Rencontre avec Parfaite de Banamè : « Je suis Dieu, Esprit Saint, le Père… »

A quelques jours de l’arrivée du Pape Benoît XVI au Bénin, nous sommes allés à la rencontre de Parfaite, la fille de Banamè. Celle qui affirme incarner le Saint Esprit, nous parle de sa mission, de l’église catholique, de « l’excommunication » du Père Mathias Vigan qui la soutient et des persécutions dont elle fait l’objet.

C’est dans une résidence privée située en banlieue nord de Bohicon que vit Parfaite. Embarqués dans un pick up -commis visiblement pour les courses de Parfaite- devant l’hôtel Nifur, nous arrivons dans la résidence après quelques minutes de parcours alambiqué. La résidence, un petit palace à un niveau se dresse un peu à l’écart, entourée de brousse et située au bout d’une rue. A l’entrée, un véhicule Bmw noir est garé en face d’un espace où sont posées des images de Jésus Christ, de la Vierge Marie et d’autres icônes de la chrétienté. Nous sommes installés dans une véranda d’où nous apercevons, derrière une grille, des jeunes filles et enfants faire des navettes. Quelques secondes après, le Père Mathias Vigan, vêtu d’une chemise manche courte en tissu local et d’un pantalon jean kaki sort du salo.

Sur le même sujet : Le schisme de Banamè

Lire également : Déclaration de la Conférence épiscopale du Bénin sur la secte dénommée «Eglise Catholique Privée de Banamè»

Il nous salue très discrètement et se dirige vers le portail. Quelques minutes après, Parfaite apparaît. Sa présence nous surprend un peu d’autant plus que c’est la première fois qu’on la voit ainsi, sans coiffure, sa tête laisse découvrir des cheveux noirs et courts, une apparence simple, sans boucles d'oreille. Elle portait une longue robe de soie fleurie qui lui tombait au niveau du talon. Elle nous dit sobrement « soyez les bienvenues » et se dirige aussi vers le portail. Après quelques minutes de concertation, le Père Vigan et Parfaite reviennent sur leurs pas, s’installent devant nous et nous demandent l’objet de notre visite, sans nous laisser le temps de répondre, le Père Vigan enchaîna en nous notifiant ses réserves. Apparemment déçu par des confrères qui, selon lui, dénaturent ses propos et ceux de Parfaite, il souhaite que le texte à publier viennent d’eux-mêmes.  S’il vit dans une ambiance familiale, le discours du Père Vigan l’est moins. Parlant de l’excommunication dont il a été l’objet, il rectifie : « non, il s’agit d’une suspension provisoire. Et ce n’est pas Monseigneur Houndékon qui l’a rédigée. Ce sont les agents de Belzébuth qui l’entourent qui l’ont fait ». Il précise son discours sur la déité de Parfaite. « Ne dites plus Parfaite, c’est Dieu Esprit Saint qui a pris chair à Banamè.  Parfaite n’a pas de parents. Elle a été retrouvée dans la brousse à Bembèrèkè le 13 novembre 1992. Le 18 novembre marque le jour où le Saint Esprit a pris chair en elle », précise-t-il.  Parlant des persécutions dont lui et Parfaite font l‘objet, il se montre agressif. « On a mis à nu la pourriture qui dirige l’église. Mais comme ils sont des suppôts de Satan accrochés à leurs intérêts, ils sont contre nous », fulmine-t-il avant d’ajouter : « ils ne peuvent pas combattre Dieu. Ils seront tous grillés. A partir de Décembre, le Dieu de la vengeance qui détruit Gomorrhe et Sodome va se manifester. Tous ceux qui oseront aller contre nous, vont payer par leurs vies ». Si le Père de Banamè se défend d’opérer un schisme, son discours s’y accommode.

Lire aussi : France info : reportage sur l'église de Banamè (vidéo)

Autre article : BANAMÈ SOVIDJI: Quelles interpellations ?

Parfaite

A côté, Parfaite s’enflamme. « Moi je vais poursuivre tous les journalistes qui écrivent n’importe quoi sur moi sans preuves, je vais les enfermer ». Répondant  à un coup de fil, elle se désole de la persécution dont elle fait l’objet et qui a amené le commissaire central de Bohicon à lui adresser une convocation. « Maintenant, je vais rétablir la vérité, je n’accepterai pas qu’on continue de m’accuser alors que je n’ai rien dit à personne », dénonce-t-elle. Se prêtant à quelques questions de notre part, elle dit : «Moi je suis Dieu Esprit Saint, le créateur du ciel et de la terre, je suis dans le corps de Parfaite, donc moi je ne m’appelle pas parfaite, j’ai pris la chair de Parfaite pour sauver le monde ». Elle s’en prend aussi à l’église : «  les dirigeants de l’église ne veulent pas accepter le fait que Dieu soit parmi eux. Que Dieu vienne nettoyer son église, rétablir la vérité au sein de l’église pour qu’elle devienne l’église de Jésus Christ. 

Ils ont pris l’église comme fond de commerce. Ils se foutent même des populations. Ils trompent le peuple. Ils ne peuvent pas abêtir les chrétiens tout le temps. Ils sont orgueilleux, hypocrites ». Répondant à une question qui la passe pour une émanation de Belzébuth, elle affirme que si elle est l’était vraiment, pourquoi les prêtres, les évêques, exorcistes, ces  milliers de religieux ne peuvent l’arrêter et enlever le mauvais esprit . Puis quelques minutes après,  une transformation se produisit. La voix et le comportement de Parfaite changent subitement.  On annonce le retour de Parfaite, la petite fille innocente. Décidément le phénomène de Banamè regorge encore de mystères.

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube