Hommage de l’Uac au 1er recteur de l’Université du Dahomey : Edouard Adjanohoun, un «baobab» célébré de son vivant

 

Hier, 26 septembre 2012 s’est officiellement ouvert le symposium organisé par le conseil scientifique de l’Université d’Abomey-Calavi en hommage au premier recteur de l’Université du Dahomey (Uac, aujourd’hui), le professeur Emérite Edouard Joshua Adjanohoun. L’amphi Idriss Déby a servi de cadre.

« Donner à César, ce qui est à César», disent les chrétiens. Et au Conseil scientifique de l’Université d’Abomey-Calavi, de s’en inspirer dire : «reconnaître au professeur Adjanohoun, ce qui est au professeur Adjanohoun». 1er recteur de l’Université du Dahomey (aujourd’hui Université d’Abomey-Calavi), 1er recteur noir, 1er botaniste africain noir, 1er Docteur noir en Sciences botaniques, auteur de plus de 200 unités de documents scientifiques, formateur de 110 enseignants dans plus de 10 pays... Les indénombrables mérites du professeur Emérite Edouard Joshua Adjanohoun sont reconnus. Et un symposium est organisé depuis hier et cela jusqu’au 28 septembre prochain par le conseil scientifique de l’Uac pour lui rendre un hommage «mérité». La cérémonie solennelle d’ouverture de ce symposium a connu la présence du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le professeur François Abiola, du recteur Brice Sinsin, président de la Cour Constitutionnelle, Me Robert Dossou, du 2ème adjoint au maire de la commune de Calavi et des universitaires venus de divers pays. Si dans son discours, le recteur Brice Sinsin, fait remarquer la «rigueur scientifique implacable» du professeur Adjanohoun, le Ministre Abiola  évoque «les talents de manager, de chercheur d’Emérite» de l’homme qui a beaucoup fait de choses dans le domaine de la recherche scientifique. Et cela à travers le monde.  L’arbre généalogique scientifique du professeur Adjanohoun présenté par le professeur Guinko de l’Université de Ouagadougou, en est une parfaite illustration. On y note plusieurs générations avec déjà des arrières petits fils.

Des différentes présentations des professeurs Lejoly de l’Université de Bruxelles, Traoré de l’Université de Cocody, Akoégninou de l’Uac, il ressort que le professeur Adjanohoun a mené une carrière scientifique pleine avec de grandes réalisations en Côte d’Ivoire, au Bénin et ailleurs dans le monde.  En Côte d’Ivoire par exemple, le professeur Adjanohoun a travaillé sur la végétation ivoirienne qui fit d’ailleurs l’objet de sa thèse soutenue en 1963. Il est l’auteur de la carte botanique du pays. Selon le professeur Traoré Dossahoua, un des « fils scientifique du professeur Adjanohoun», «l’esprit Adjanohoun en Côte d’Ivoire, hier, c’était avec lui le patron vers qui nous tendons sans jamais l’atteindre».

Des témoignages des uns et des autres et au regard de la bibliographie, de parcours il est à retenir que le professeur Emérite Edouard Joshua Adjanohoun, est simplement un «baobab ».

Marquer d’une pierre

Pour marquer d’une pierre la vie et le parcours scientifique «exceptionnel» du professeur né le 05 novembre 1928 à Ouidah, le recteur Brice Sinsin a décidé que ce bâtiment qui abrite le rectorat, porte désormais le nom du professeur Adjanohoun. Le boulevard de l’entrée principale du campus d’Abomey-Calavi et le jardin botanique auront également la même marque.

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube