Visite de travail du Président nigérien au Bénin : un pas de géant dans la réalisation de la boucle ferroviaire

Au cours d'une visite de travail et d'amitié effectuée hier, jeudi 07 Novembre 2013, à Cotonou, par le Président nigérien Issifou Mahamadou à son homologue béninois, il a été signé un Mémorandum d'Entente pour la construction des chemins de fer reliant Cotonou à Niamey, et qui entre dans le cadre de la réalisation de la boucle ferroviaire qui doit relier Cotonou à Abidjan, via Niamey et Ouagadougou.

L'essentiel à retenir de la visite d'amitié et de travail du Président Issifou Mahamadou à son homologue Boni Yayi, est la signature d'un Mémorandum d'Entente pour la réhabilitation, la construction et l'exploitation des chemins de fer reliant Cotonou à Niamey. A l'unanimité, les deux Chefs d'états ont décidé de confier la gestion des travaux à une société multinationale, en lieu et place de l'Organisation Commune Bénin-Niger (Ocbn), avec un capital initial de 70 milliards F Cfa. Les deux Etats seront des parties-prenantes, avec 10 % chacun dans le capital. Il a été également procédé au choix du Groupe Bolloré comme partenaire stratégique, avec 40 % des actions, pour une période de 4 ans. Le groupe aura pour mission de mobiliser les ressources nécessaires pour la réhabilitation et la réalisation des travaux. L'actionnariat restant a été ouvert aux investisseurs privés des deux Etats, qui se partagent équitablement 40 %. Le pourcentage réservé aux opérateurs économiques béninois a été confié au Pdg du Groupe Pik, Samuel Dossou. Les travaux sont prévus pour démarrer dès la fin du mois de mars 2014. A la fin de sa visite au Bénin, le Président nigérien a affirmé qu'il s'agissait d'un grand jour pour les deux peuples, de voir la reprise des travaux liés à la ligne ferroviaire interrompue depuis 1936. Ainsi, explique-t-il, cela contribuera au renforcement de l'intégration économique entre les deux Etats frères. Et, l'hôte du Bénin a manifesté son vœu de voir se réaliser cette infrastructure de développement qui fait partie intégrante de la route ferroviaire Cotonou - Niamey - Ouagadougou - Abidjan.

avatar
Wait and see!!!Wait and see!!!Wait and see!!!
VOTES:0
avatar
le franc tireur lundi 11 novembre 2013
heureusement qu'il n'est venu que jeudi sinon son bonnet rouge, un jour plus tot aurait occasionné peut etre une crise diplomatique
VOTES:0
avatar
Eh oui "La Vie du Rail" va t-elle renaître à nouveau entre le Niger et le Bénin?
Eh bien pourquoi pas après tout!...Il faut dire que la liaison ferroviaire Cotonou-Niamey s'était arrêtée à Parakou situé à 450kms de Cotonou depuis 1930-1936. La résurrection de cette liaison serait une bonne chose surtout que le train est un moyen de transport écologique. Cependant, une question me chagrine tout de même:La nouvelle ligne ferroviaire sera t-elle électrifiée? Ou les wagons seront-ils tirés par des locomotives alimentées au fioul? Si c'est la deuxième hypothèse qui est retenue alors je dirai qu'elle n'est pas du tout écologique. Le groupe Bolloré ne s'impliquera pas dans ce projet s'il agit de faire uniquement des trains de transports de passagers. L'uranium étant à Zinder et Arlit, il faudra bien aller le chercher car il est plus rentable que le transport de passagers, non!...
Alors, imaginez, des locomotives alimentées au fioul tractant des wagons ou des containers bourrés d'uranium!...La ligne ferroviaire servira t-elle uniquement pour le transport des marchandises? Ou servira t-elle également pour le transport de passagers? A supposer que les trains Niamey-Cotonou convoient des passagers, des marchandises dont de l'uranium, quelles sont les précautions qui seront prises pour rendre suffisamment étanches les containers et les wagons contenant de l'uranium de manière à ne pas contaminer les passagers et polluer par la même occasion les différentes régions que traversera le convoi?
Enfin la liaison ferroviaire Cotonou-Parakou en l'etat actuel est une liaison à une voie. Or ce type de liaison nécessite certaines contraintes pour le croisement des trains. Pour ce type de liaison, on remarquera que dans certaines gares importantes, la voie ferrée est dédoublée afin de permettre au train descendant puis au train remontant de pouvoir se croiser aisément grâce au système d'aiguillage.
Compte tenu de la dangerosité de certaines marchandises qui seront convoyées sur la liaison Niamey-Cotonou, la nouvelle liaison ferroviaire restera t-elle une liaison à une voie? Qu'a t-on prévu pour éviter certains accidents et désagréments pour les passagers, la faune, la flore? Qu'a t-on prévu pour éviter certains catastrophes écologiques? Je vous remercie.
Bonsoir!
VOTES:1
avatar
Donc vous croyez à cette comédie ? Alors là!
VOTES:0
avatar
@on verra
Le problème aujourd'hui n'est pas de savoir s'il faut y croire ou pas mais face à une telle annonce tapageuse à coups de renforts médiatiques il faudrait leur accorder le bénéfice du doute tout en étant très méfiant. Telle est ma position.
Je n'accorderai jamais au régime en place la communion sans confession puisqu'il procède souvent par la ruse, le mensongne et la tricherie, merci.
Bonne journée
VOTES:0
avatar
La révision de la constitution nécessite de grands moyens donc tout sera mis à contribution même si elle échouera.La survie en dépend.
VOTES:0
avatar
On savait que l 'invitation du président du Niger était juste pour un autre effet d'annonce de notre fameux docteur . La réhabilitation du tronçon Cotonou- Niamey sans appel d 'offres ??? Encore une filouterie de Yayi . Il est formidable ce monsieur
VOTES:0

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube