Gestion des ressources municipales de Cotonou : des agents perçoivent de faux frais à la mairie

Une nouvelle mafia sévit à la mairie de Cotonou. Composée d’agents percepteurs, ce réseau perçoit doublement des frais municipaux chez les occupants de boutiques et hangars dans le 5è arrondissement de Cotonou. Tout est fait en intelligence avec les responsables du domaine, à l’insu des autorités municipales compétentes. La mairie de Cotonou est encore dans la tourmente. Alors que les autorités de la municipalité s’attèlent à assainir les finances de la maison, une minorité d’agents utilisent des manèges pour se sucrer sur le dos de l’autorité de tutelle. Des commerçants étrangers tenanciers de boutiques et de hangars ont été ainsi grugés allègrement. La semaine écoulée, la plupart des occupants desdits hangars sis dans le 5è arrondissement ont été étonnés de la visite de certains agents de la mairie de Cotonou, en uniforme kaki et se disant collecteurs de taxes municipales au nom de la mairie. Sous le prétexte que la mairie a envoyé des titres de perception, ces agents débarquent dans les centres commerciaux et hangars pour exiger de force des propriétaires, le paiement de ces taxes. Les commerçants étrangers constituent la cible privilégiée des agents indélicats puisqu’ils sont plus sensibles aux affabulations et intimidations du genre. Un commerçant a témoigné avoir payé cette taxe au début du mois mais s’étonne qu’on lui demande encore de payer la même taxeau cours du même mois. Chose curieuse, ce sont ces agents qui fixent à la tête du client le montant de la taxe à verser. Pour bien rentabiliser leur affaire, ils fixent des montants exorbitants. Une dame victime de l’arnaque, a dit être surprise du coût très élevé des taxes. Cette une situation confuse et très difficile qui pourrait dégénérer si les autorités municipales n’interviennent pas au plus tôt. Selon des confidences, ces agents seraient soutenus par quelques cadres de leur administration.

La mairie doit nettoyer son écurie en extirpant l’ivraie des bons grains avant que ces agents ne continuent leur sale boulot dans d’autres arrondissements. Cela permettra d’éviter le désordre qui gagne du terrain dans la perception de taxes municipales à Cotonou et de préserver les maigres ressources qu’engrange la ville pour faire face à ses besoins.

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube