Après les clarifications du coordonnateur du Ppma dans l’affaire des machines agricoles

{mosimage}Yahouédéou  persiste et signe qu’il y a surfacturation

(Il donne les coûts exacts des essoucheuses)
Le feuilleton de l’affaire des machines agricoles continue d’aller de rebondissement en rebondissement. On se rappelle que lors de la visite du président Boni Yayi à Ouinhi au cours de la semaine, le député Janvier Yahouédéou a révélé un scandale financier concernant une surfacturation dans l’achat de quatre essoucheuses dans le compte du projet de promotion et de mécanisation de l’agriculture (Ppma). Mercredi dernier, lors d’une autre visite du président à Covè, le coordonnateur du projet, André Okounlola a balayé du revers de la main les allégations du député. Il a affirmé que le processus normal a été suivi dans l’acquisition desdites machines. Mais, Janvier Yahouédéou revient à la charge à travers la présente déclaration dans laquelle il donne certaines précisions en ce qui concerne les coûts d’achat réels des essoucheuses en attendant des preuves plus consistantes.

Déclaration Du  Député Janvier Yahouédéou


(Relative au coût des 4 essoucheuses)

Suite aux déclarations du coordonateur du PPMA, monsieur Biaou André OKOUNLOLA,  le mercredi 16 décembre 2009 à Covè, je voudrais par la présente déclaration apporter les précisions qui s’imposent :

1°) Au sujet du coût d’acquisition des matériels agricoles

Je félicite d’abord monsieur OKOUNLOLA, coordonateur du projet PPMA pour son courage. Il a le mérite de venir au moins au micro s’expliquer. Une fois encore, je regrette le dilatoire dans lequel il  verse au lieu de passer à l’essentiel et aux choses sérieuses. Il est en train de divertir l’opinion publique car je ne sais comment il peut affirmer qu’il connaît les documents dont moi Janvier YAHOUEDEOU je dispose pour parler. Il a peut être des dons de visionnaire, cette fois-ci il s’est trompé.  Je le remercie tout de même parce que ses déclarations sont en réalité des preuves supplémentaires qui démontreront sa mauvaise foi dans les prochains jours.
Pour l’instant, j’affirme que les documents authentiques du fabricant dont je dispose au sujet des prix réels des 4 gyro-broyeurs  n’ont rien à voir avec des prix de matériels usagés  dont parle monsieur Okounlola.
Comme il est permis de se tromper, je voudrais l’aider à connaître les prix d’achat réels de ces  4 machines acquises en réalité auprès du fabricant canadien GYRO TRAC, mais dont la facture a fait quelques escales auprès de ‘’sociétés écrans’’ en France avant d’atterrir au Bénin. Je persiste et je signe qu’il y a surfacturation de 750 millions  FCFA environ sur l’acquisition de ces 4 machines.
- Le prix réel du gyrobroyeur (les dites essoucheuses) modèle GT25XP neuf sorti d’usine conformément à la facture du fabricant GYRO TRAC est de 233.046 $ canadien.
 - Le prix unitaire de chacun des 3 gyrobroyeurs GT13XP est de 155.364 $ canadien.
- Le prix réel du lot de pièces de remplacement livré est de 38.841 $ canadien.
- Les frais de transport du Canada à Cotonou  facturés par GYRO TRAC s’élèvent  à 11.924,18 $. canadien
- Les frais d’assurance cargo s’élèvent à 4.544,39 $.canadien
- Soit un total de 754.447.57 $ canadien.  Le taux de conversion du dollar canadien en euro à la date  de la transaction était de 0,613056, soit l’équivalent de 402 F CFA.
Le montant direct d’acquisition des machines s’élevait donc à 303.402.144  FCFA. A ce montant s’ajoutent des frais divers qui s’élèvent à  35.588.347. Le tout représentant  le montant payé au fabricant des 4 essoucheuses, soit 339 millions. Le montant de 1 milliard  90 millions décaissé par le trésor public au profit d’une entreprise béninoise qui n’avait que 4 mois d’existence à la date de passation du marché n’est qu’un montage grotesque.  
 
2°) Au sujet de l’invitation en vue d’un débat contradictoire.
Je n’ai pas l’intention de rentrer dans du dilatoire sur une chaîne de télévision ou radio. Nous devons passer au concret avec les différentes preuves. Avec mes prérogatives de Député à l’Assemblée nationale, j’ai écrit au gouvernement depuis le 1er décembre 2009 pour réclamer un certain nombre de documents au coordonnateur du PPMA. A ce jour, je n’ai encore rien reçu.  Cette affaire d’acquisition de matériels agricoles est un gros scandale, à crimes et à facettes multiples. Si nous tenons encore à un peu de vertu et dans le but d’un contrôle de gestion par les citoyens, que les responsables du PPMA mettent à la disposition du peuple dans les plus brefs délais les différents documents réclamés.

{mosgoogle} Le même jour je m’engage à fournir les preuves de la surfacturation au peuple béninois, qui n’aura donc pas besoin d’un débat contradictoire pour connaître la vérité.
Pour l’instant, je reste serein malgré les tentatives de bâillonnement dont je suis victime. Je sais que là où l’argent passe, la vérité trépasse. Mais dans ce dossier, elle ne trépassera pas malgré la pluie d’argent sale qui se déverse dans tous les couloirs pour noyer ce dossier.
Janvier YAHOUEDEOU

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube