Création d’une Autorité transitoire de régulations des activités portuaires : la direction du Port bientôt dépouillée de ses prérogatives

(Le Syntrapac proteste) La création de l’Autorité transitoire de régulation des activités portuaires (Atrap) suscite des grincements de dents au sein des travailleurs du port autonome de Cotonou. Ils y voient une « action non concertée » pour transformer l’autorité portuaire en une coquille vide.

L’Autorité transitoire de régulation des activités portuaires que le gouvernement a mis sur pied pour, dit-on, juguler les difficultés au port de Cotonou est plus un problème qu’une solution.  C’est ce qu’on retient du dernier communiqué de presse en date du Syndicat national des travailleurs du Port autonome de Cotonou (Syntrapac).  A travers un communiqué rendu public hier, ce syndicat crie haut et fort que la création de cette Autorité fait partie « des actions qui ont toujours mis à mal le fonctionnement et la productivité du port». Plusieurs structures sont impliquées directement ou indirectement dans la gestion ou la supervision de la gestion du port. Il s’agit du ministère de l’Economie maritime, de l’Autorité portuaire qu’est le port Autonome de Cotonou, la direction nationale des ports et maintenant l’Autorité transitoire de régulations des activités portuaires. Selon le Syntrapac, il existe toujours des difficultés dans la clarification des missions de l’Autorité portuaire et celles de la direction nationale des ports. Voici qu’on se précipite à installer l’Atrap. Et comment ? « … Sans aucune concertation ni avec les acteurs portuaires, ni avec les partenaires sociaux afin de définir les missions de cette Autorité dans un environnement de dialogue, de paix, de tranquillité et d’assurance pour tous les intervenants du port de Cotonou ».  Pis, l’objectif de la création de cette autorité est de « dépouiller le port autonome de Cotonou de ses attributions et prérogatives régaliennes d’Autorité portuaire », a fustigé le Syntrapac Et cela, c’est sans compter avec les conflits d’attributions qu’il pourrait y avoir entre les différentes structures. Pour les observateurs de la chose portuaire, la création de l’Autorité transitoire de régulation des activités portuaires dans les conditions actuelles ne saurait être la potion magique pour venir à bout des difficultés que connait le port de Cotonou.

Le Syntrapac coupe court : « la création de l’ATRAP au regard des attributions qui lui sont dévolues est un nouvel acteur portuaire dont les interventions» telles que définies actuellement « perturberont profondément la cohésion, le fonctionnement, les performances et la relance des activités au niveau de la plate forme portuaire de Cotonou. Et pour ne pas laisser cela arriver, il met en garde : « En tout état de cause, le bureau directeur du Syntrapac mettra tout en œuvre et par tous les moyens de droit pour barrer la route à cette manœuvre et imposture qui mettraient à mal l’existence de l’Autorité portuaire et la vie des travailleurs du part autonome de Cotonou ».

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube