Corruption autour du projet du port sec de Tori : les dessous des limogeages au port et à la présidence

Encore une affaire  de grande corruption dans la république. Si cette fois si, le Chef de l’Etat n’a pas seulement menacé de faire « un homme mort » comme dans le cas de l’affaire Pvi, il a au moins pris la peine de limoger les cadres fautifs. Après le Secrétaire général de la présidence Edouard Ouin Ouro mercredi soir, c’est les tours de Ishola Bio Sawé, Directeur de cabinet du ministre de l’économie maritime et de Joseph Ahanhanzo, Directeur général du port de Cotonou d’être limogés hier matin.

Ils sont tous accusés d’avoir reçu des pots-de-vin auprès d’un certain Eric Hounguè, patron de la société Hemosia, communément appelée Hemos initiatrice du projet du port sec de Tori Bossito.  Il s’agirait d’un projet de près de 100 milliards qui sera financé par des partenaires américains, allemands, nigérians, sud-africains… et la Banque ouest africaine de développement(Boad). Il s’agit d’un projet ambitieux  qui fait partie du projet « épine dorsale » conçu pour faire du Bénin un vrai pays de transit et de service avec des pays de l’hinterland. Mais alors que le projet évoluait, des piétinements ont commencé à être notés. En fait, une commission avait été mise sur pied par le Chef de l’Etat pour conduire ce projet et était composé de ceux là qui sont limogés actuellement. Cette commission devrait préparer tous les documents administratifs nécessaires pour la concrétisation du projet. Et c’est à ce niveau que les membres de la commission ont commencé à traîner les pas alors que le promoteur était mis sous la pression par les bailleurs. Pour donner une chiquenaude à son projet, il a commencé à soudoyer tous ceux-ci afin qu’ils signent vite les documents.  Le  Dg du port, le secrétaire général du gouvernement et le Dc du ministre de l’économie maritime Bio Sawé auraient tous reçu de l’argent.  Mais curieusement, le piétinement du dossier a continué. Selon des indiscrétions, ils auraient commencé à exiger plus d’argent avant de signer le projet. C’est alors même que l’intéressé a décidé de dénoncer le fait. Et surtout qu’il disposait à son niveau d’enregistrement sonore sur le secrétaire général de la présidence qui exigeait plus d’argent  pour  signer ces textes. Mais malgré cela, silence radio. Il a commencé à parler jusqu’au moment où l’affaire arrive au niveau du Chef de l’Etat.

Les sanctions

Selon les indiscrétions, le Chef de l’Etat a seulement pris la décision de limoger Ouin Ouro contre lequel on a brandi un enregistrement sonore. C’est ainsi qu’il a été limogé le mercredi soir. C’est alors que les pressions ont commencé à tomber sur le Chef de l’Etat afin qu’il limoge tous ceux qui sont impliqués dans le dossier. En effet, au cours de la confrontation que le Chef de l’Etat a organisé, le Dg du port aurait clairement affirmé que le promoteur lui a juste fait un cadeau et que celui-ci n’était pas conditionné à la signature de ce dossier et que c’est pour cette raison qu’il n’a pas signé. L’autre contradiction est survenue autour du montant reçu. Selon le ministre de l’économie portuaire Valentin Djènontin qui est passé sur le plateau de l’Ortb hier soir, le promoteur  aurait  affirmé avoir donné 31 millions au Dg Ahanhanzo alors que lui-même dit n’avoir pris que 5 millions. Que dire du majordome de Yayi, Désiré Kotchoni qui selon le ministre Djènontin aurait reçu une mise à pied de un mois avec privation de salaire pour avoir appelé le Dg Ahanhanzo et le Sg Ouin Ouro pour les gronder ? Bien curieux ce majordome. Une autre version circule, plus vraisemblable et qui fait dire que ce majordome est bien impliqué dans la prévarication, qu’il aurait reçu sa part et qu’il n’a livré la vérité au Chef de l’Etat qu’après avoir constaté que ce dossier allait éclater. Idem du Sg du gouvernement qui reçoit aussi la même sanction que lui pour légèreté. Si rien n’est dit sur son implication dans le dossier, il est bien curieux cette légèreté dont on nous parle. Son niveau de responsabilité reste donc à situer. Comme d’ailleurs celui du corrupteur à qui on ne semble rien reprocher. Le Chef de l’Etat aura réussi à faire un petit effort dans sa volonté de lutte contre la corruption en limogeant des gens très proches de lui(Bio Sawé est l’un de ses cousins et son majordome est aussi un de ses parents). Mais il reste à élucider certains points. Qui est ce jeune opérateur qui mobilise autant de milliards pour un si ambitieux projet. Est-ce vraiment lui le vrai propriétaire ? Des doutes subsistent sur le montant de ce projet, de même que le dégré d’implication du Chef de l’Etat lui-même. Le majordome agissait au nom de qui ? Cette décision confirme au-delà de tout l’instabilité qui règne à la tête du port de Cotonou depuis l’arrivée de Boni Yayi au pouvoir. Au total, six Dg ont pris par la tête du port sans grand succès. Aux dernières nouvelles, le Dg Ahanhanzo pourrait être remplacé par Adrien Sakla, agent du port et originaire du Zou comme son prodécesseur.

avatar
Mais je suis d'accord avec AGAGADJAVIDJIDJI que chaque peuple et chaque mouvement se donne son leader et que même tout mouvement de masse est toujours mené par des leaders qui ne sont pour la pluspart que des élites de leur peuple. Mais ceux dont il sagit pour nous autres c'est des élites patriotiques dans le vrai sens du mot. Car aussi bien Wladimir Lenin en Russie, Mao Tsé-Toung en chine, Patrice Lumumba au Congo, comme Agostinho Neto en Angola et Robert Mugabe au Zimbawe comme Nelson Mandela en Afrique du Sud, ont été des élites patriotiques pour leurs peuples.
De toute facon la discussion ici a été très bonne, très appreciable, car sans passion aveuglante et j’invite les compatriotes régulièrement à en faire autant. Je vous en remercie sincèrement.
VOTES:0
avatar
J'en conclus aussi que nous aspirons à la même cause, celle qu'AGADJAVIDJIDJI vient de formuler si joliment, qui est celle de "repositionner le peuple souverain au coeur de l'exercice du pouvoir politique". Et c'est ce que Gombo pareillement souhaite avec la proposition de l'avènement d'un parti populaire, c'est à dire un mouvement de masse. Et si moi-même j'insiste sur le fait que que la particularité de notre peuple, l'état de son évolution soient pris au départ en compte, c'est ce á quoi je voulais en venir. Les quelques divergences de vue qui nous séparent concernent la manière de s'y prendre, c'est á dire le déclenchement pour créer cet avènement et le rôle imputé aux soi-disants élites. Je comprends que Gombo ne veux pas trop composer avec une distinction de genre "élites", car il s'agit là de la définition des genres de leaders qui nous ont causé jusqu'alors plus de maux que de bien.
VOTES:0
merci pour les contributions des uns et des autres et desole pour la longueur parfois excessive de mes posts...
Je crois que nous cherchons tous a sortir ce pays de l'orniere et les voies de sortie ne sont pas des boulevards (ca se saurait depuis 50 ans qu'on cherche a tatons...)...de la discussion jaillt en effet la lumiere, et dans l'action nous trouverons et corrigerons au fur et a mesure la trajectoire...
VOTES:0
Gombo a la parodie facile.Ce qui trahit chez lui un goût prononcé pour la caricature.....
Les élites patriotes auxquelles nous appelons de nos voeux ne sont pas une vue d'esprit et constituent un impératif, même dans le modèle de démocratie populaire que vous semblez professer. Au delà de tout, concentrons-nous sur ce qui nous réunit au lieu de ce qui nous divise et je constate que nous sommes tous d'avis qu'un changement de cap s'impose en dépit des divergences apparentes sur la démarche. Il paraît que la lumière jaillit souvent de la confrontation des idées et je tiens à vous remercier pour l'élégance dans le désaccord.Malgré par ailleurs le ton quelquefois décalé dû à la passion qui anime les uns et les autres. Je ne prétends pas detenir la vérité qui peut être de mon côté comme du vôtre ou même quelque part entre les deux approches. L'essentiel est de trouver des voies et moyens à court terme pour repositionner ce peuple au coeur de l'exercice du pouvoir politique pour que comme le dirait l'autre, le pays formel ne soit plus en rupture de pan avec le pays réél . La question reste ouverte et d'autres façons de voir seront les bienvenues.
VOTES:0
Mettre la priorite sur la formation d'elites "patriotiques", rechercher le moralisateur a la Rawling qui viendrait nettoyer les ecuries, contribue a devoyer les efforts des patriotes, a concentrer ces efforts sur la recherche du Messie, a mettre l'accent sur le sommet de la pyramide plutot que la base -pour emprunter votre image.

Pour repondre a votre question sur le role des leaders, je dirais que la difference entre l'Angola, le Mozambique, le Zimbabwe, la Guinee Bissau, le Congo de Lumumba, l'Algerie de Ben Bella, l'Egypte de Nasser, voire l'Afrique du Sud de Mandela, qui ont tous connu des leaders patriotes, et la Chine de Mao ou la Russie de Lenine, tient en deux mots: parti populaire.
First things first... Construisons le parti populaire. Dans ce mouvement les leaders patriotes emergeront

Se concentrer sur la recherche, l'edification d'elites soit disant patriotiques en dehors de ce mouvement me parait etre une poursuite de chimeres. Le continent et ses cimetieres sont peuples de leaders "patriotes", d'hommes de bonne volonte, incapables de faire bouger l'aiguille de la transformation. Meme YAYI vous dira qu'il es t patriote et homme de bonne volonte, abhorre la corruption etc...On peut meme imaginer un YAYI pret a faire executer des corrompus. Combien en executera t-il ? Avec qui va-t-il gouverner ? Qui va le defendre quand les complots des puissances dont les interets sont en jeu se deploieront avec toute leur puissance et tous leurs moyens ?
Les soviets ont protege la revolution russe contre la toute puissances des puissances occidentales coalisees et les generaux tsaristes, pas des elites "patriotes"!
Ce contre quoi je m'insurges, c'est cette fascination et cette recherche de messie pour nous sauver des elites corrompues. Le salut passe par le peuple, quelque soit le temps qu'il lui faut pour prendre en mains son destin. Aidons le a le faire au plus tot.
VOTES:0
avatar
Personnellement j'aime pas trop le mot patriote en temps de paix : je parlerai de "citoyen".
VOTES:0
avatar
Mes chers amis
Nous avons fait une révolution politique pour se retrouver partiellement sur la voie de la démocratie ; je ne cesserai jamais de remercier le président Kérékou. Il a tracé le chemin. Ce qui reste aujourd'hui, c'est l'ouverture de cette valise. Pardonnez moi de vous dire qu'elle ne souvrira qu'après une autre révolution : Celle de la mentalité.

Bonne soirée mes chers compatriotes.
VOTES:0
Du pur Gombo dans toute sa splendeur! Orateur infatigable et inarrêtable lorsqu'il s'agit de nous transporter dans son monde de théories préfabriquées. Je veux seulement que vous nous donnez l'exemple d'une seule société où il s'est opéré des transformations profondes en l'absence de meneurs éclairés. Je ne souhaite revenir ici sur les raisons de l'impossibilité de trop miser sur les masses en début de processus dans les contextes qui sont les nôtres.
Nous avons déjà evacué la question de la nécessité de partis de masse à ancrage national. Mais qui selon vous servira de relai aux demandes, intérêts bien compris des peuples si ce n'est les leaders qu'ils se seraient eux-même donnés. Nous n'avons jamais soutenu qu'il existe une recette toute faite pour produire des meneurs d'hommes patriotes capables de donner des signaux forts de façon verticale. Chaque peuple et chaque génération en produit. Tout le reste est une question de concours de circonstance et de maturation des désirs de changement radical de la part des masses. Le peuple a toujours suivi de façon spontanée dans les toutes premières heures des grands bouleversements même si chemin faisant des élites corrompues douchent leurs espoirs et dévoyent les orientations de départ.../...
VOTES:0
Ce qui est inquiétant aujourd'hui c'est cette pensée unique insidieuse savamment distillée qui tend à nous faire croire qu'il n'existe qu'un et un seul modèle de gouvernance et que tout le monde doit s'aligner.
L'Etat de droit tel que vous l'entendez a toujours existé dans nos sociétés traditionnelles même si ses canaux d'expression ne sont pas codifiés sur papier.Ce n'est donc pas une invention du Blanc contrairement aux idées reçues. Depuis la nuit des temps, les peuples ont toujours puisé en eux même des trésors d'imagination pour organiser leur vie en communauté et établir leur propre codes sans forcément recourir à ce qui se fait ailleurs.....
C'est notre capacité à produire ,à redistribuer équitablement, à célebrer le mérite ...bref à asseoir une communauté de destin et une justice sociale qui posent problème aujourd'hui . La faute à une élite corrompue et prédatrice qui a toujours trouvé les moyens pour détourner en son seul profit les deux tentatives de transformation notées jusque là . Et s'il y a une correction à faire c'est par là qu'il faut commencer. C'est ce que je dis. Pas autre chose.
VOTES:0
Je vais m'arreter sur ce post.
Il ne s'agit pas de theories, mais de questions eminemment pratiques en ce qu'elles determinent ou porter l'effort de ceux qui aspirent a transformer notre societe.

Il y a 2 questions essentielles qui ont ete discutees. Elles sont liees mais exactement identiques, et nous avons quelques points d'accord minima, suffisants pour avancer :

Quelle societe voulons batir et quelle transition y conduit ?

Nous semblons etre tous d'accord que la societe a laquelle nous aspirons est democratique, cad basee sur un reelle representation de la volonte populaire, la protection des libertes individuelles et publique, l'egalite de tous de tous devant la loi, l'egalite des chances pour tous. Nous sommes tous d'accord que la societe beninoise actuelle n'est pas une reelle democratie en ce que la representation de la volonte populaire est nominale, artificielle , de facade, l'inegalite devant la loi la regle, l'egalite des chances un leurre .
Sans s'apesantir sur comment nous en sommes arrives la, le point cle est comment aller de la ou nous sommes vers la nous desirons etre ? Quel combat mener, quelles priorites se donner.
Je soutiens que l'effort et la priorite sont a donner :
a/ a la mobilisation et a l'organisation du peuple en un large parti de masse en depit de l'analphabetisme, des croyance retrograde, des tendances au repli ethnique. Au cours de ce travail emergeront des leaders , de preference paysans ou travailleurs, mais eventuellement intellectuels devoues
b/ a l'elargissement et l'approfondissement des maigres acquis democratiques existant en ce qu'ils facilitent la realisation du point a.

.../...
VOTES:0
La tache premiere est donc de creer et implanter un parti de masse sur la base d'idees claires, ancre dans le peuple par sa politique et sa composition sociale, eduquant et mobilisant le peuple pour que celui ci (et non des elites se substituant a lui) exerce la realite du pouvoir a travers des representant reels sous son controle effectif.
Au lieu de chercher a faire emerger des elites aseptisees, concentrons nos efforts sur la mobilisation et l'organisation du peuple autour d'idees et de programmes clairs, simples, accessibles (meme aux analphabetes) bases sur leur demandes, priorites et interets, en vue de la conquete et de l'exercise par eux du pouvoir. Ces idees, je les ai souvent ramassees dans un vocable simple a communiquer qu'est l'etat de droit au plan politique et economique.
L'etat de droit repose sur la legitimite (populaire), source du droit, sur l'egalite des chances (dans les faits et dans les principes), l'egalite de tous tous devant la loi, l'universalite de la loi...

L'etat de droit, bien compris, n'est ni un concept occidental, ni un attribut exclusif des democraties parlementaires (la moins imparfaites des formes de gouvernement existant aujourdhui). L'etat de droit peut exister (quoique de facon imparfaite) dans les democraties populaires. L'etat de droit n'est pas synonyme de capitalisme (encore moins de capitalisme sauvage) et de primaute sacro-sainte de la propriete privee et sa protection.
L'etat de droit est l'idee que la loi a son origine dans la volonte et souverainete du peuple qui a lui seul le pouvoir de creer et faire executer la loi, que la loi, toute la loi, rien que la loi, regit les rapports entre hommes, l'activite humaine (y compris l'economie et y compris inevitables conflits de toute sorte), garantissant l'egalite de tous devant la loi, l'access egal ou equitable aux resources communes.
VOTES:0
Cela est vrai dans toutes les societes, a un moment ou un autre de leur developpement et cela n'a pas ete un frein majeur ou obstacle insurmontable. La transformation economique rend progressivement desuetes ces croyances en leur enlevant la base materielle qui les fonde ( ce que les marxistes appellent rapports dialectiques entre infrastructure et superstructure...).
Il y a encore des milliers de gens qui croient aux extra-terrestres, aux martiiens et hommes verts quoiqu'aucune realite scientifique ne semble soutenir cette croyance :)

Ceci ne saurait non plus etre une excuse a l'inaction

3- Le role des individus et des leaders (patriotes) Dans l'argumentaire d'agadjividjidji et un peu celui de napoleon, la conclusion semble etre que l'echec des transformation chez nous est liee a l'absence d'individus patriotes. Au passage, je demande quelle est la recette pour creer ces "elites aseptisees, desinteresses, cuisinees dans le moule du patriotisme" ?
Loin de moins l'idee de nier le role d'individus charismatiques, (qu'ils soient Nkruma, Amilcar Cabral, Lenine, Mao, George Washington, Danton , Robespierre...) capable d'incarner et porter a un moment donne les aspirations de classes et couches sociales donnees.
Mais la realite est que les peuples font l'histoire, pas les individus.
L'individu, le leader ( ou le petit groupe d'individus...) patriotes ne peut reussir que s'il est a la tete d'une organisation qui entraine une large partie de la population sur la base de leur interets bien compris. Dans un post precedent, j'ai developpe le lien Rawlings-parti de Nkruma, Kagame-FPR, Mao-PCC etc...
C'est dans le combat quotidien pour la democratie que les leaders se forment, que leur integrite morale est testee et raffermie, leur abnegation revelee et endurcie.
VOTES:0
avatar
....en renplogeant dans les travaux des Chercheurs qui se sont penchés sur la question sans tout à priori d'ordre raciste
VOTES:0
L'imperatif de la democratie et plus generalement de l'etat de droit comme conditions et moyen des tranformations economiques ne resulte pas des imprecations de tel ou tel chef d'etat etranger. Le fondement essentiel de cette necesite est la creation d'un marche interieur d'homme libres, et le developement d'une classe d'entrepreneurs autochtones, conditions sine qua non pour esperer (et non garantir) une accumulation initiale de capital pouvant servir l'acceleration de la croissance economique...
Le modele democratique n'est pas plus un modele pret a porter que ne le sont les exemples dictatoiaux ou de dictature eclairee cites ca et la .
Les patriotes africains ont le devoir de developper leur voies d'acces a la democratie et au progres social, en tirant lecons de leur propres echecs, les experiences d'autres peuples.

Je veux bien que nous ayons des particularismes , mais je ne suis pas sur qu'ils sont si determinants. Les autres nations ont elles aussi connu des royaumes, la haine et la mefiance. A ce jour les indiens du sud se sentent et se disent different des indiens du Nord et du Centre. La Chine de Shanghai est differente de la Chine de Canton ou de Pekin. Les paysans russes de 1917 vivaient sous une monarchie de droit divin (que Putin veut restaurer sous des habits modernes :0 )...
Certes les mefiances et la defiance issue de souvenirs de guerre de conquete eput exister, Mais la realite qu'ont connu toutes les generations vivant sur le continent, c'est l'ethnocentrisme et le clientleisme politique qui creent et accentuent les replis identitiaires
VOTES:0
avatar
En convoquant la question de la stucturation de la pensée de l'homme noir, NAPOLEON vient d'ouvrir une fenêtre sur une autre contrainte majeure au modèle démocratique "prêt à porter" qu'on nous vend depuis le discours de la Baule comme étant la panacée à tous nos maux. Personnellement, c'est un domaine où je n'aime pas trop m'aventurer en ce qu'il a de complexe, de subtil et parfois de transcendant au point où, même dans les rangs des socio-anthropologues, les avis sont toujours partagés sur la question. N'empêche qu'on ne peut nier le rôle determinant du substrat sociologique où baigne la conscience collective dans le rapport de cette communauté au pouvoir politique.
L'histoire nous enseigne que le Bénin d'aujourd'hui est le continuum de ce qui fut un conglomérat de royaumes aux tailles et influences diverses passant le clair de leur temps à gerroyer du fait de désir naturel de l'un d'assoeir son hégémonie sur les autres. Tel était le cas un peu partout sur le continent avant l'avènement du colon(hormis le cas de l'Afrique du Nord). L'on peut donc se demander si des peuples ayant toujours vécu dans des monarchies héréditaires où le monarche est considéré comme detenant son pouvoir d'une Entité Suprême(appelons le ainsi pour contourner les multiples représentations du Divin dans nos civilisations), peuvent du jour au lendemain(sans transiter par leur "Prise de la Bastille") être convaincu de ce que désormais c'est eux les sujets d'hier qui sont les vrais détenteurs du pouvoir et qui sont donc appelés à l'exercer par le truchement d'une poignée des leurs.La tendance à s'accrocher au poste noté chez nombre de nos dirigeants(même si la tendance est sensiblement à la baisse) n'est-elle pas un stigmate de ce type d'organisation sociale et d'exercice du pouvoir politique d'un passé pas aussi lointain que ça? Bref, le sujet est vaste et complexe et on pourrait avoir peut être un début de réponse en replongeant dans les travaux des chercheurs qui se sont penchés sur la question sans tout a priori d'ordre raciste.
VOTES:0
Attendre que tous les beninois sachent lire et ecrire pour transformer la societe, revient a dire que cela n'arrivera pas car la volonte politique et les moyens d'une politique massive d'eradication de l'illetrisme sontsouvent liees a la realite d'etat democratiques et d'economies (cercle vicieux, il faut l'alphabetisation pour transformer, et il faut transformer pour alphabetiser...).

2- La persistence des superstitions, le caractere "irrationnel" de l'Africain ou du Beninois. Je me serais insurge, si de tels propos etaient tenus devant moi par un "blanc", mais depuis que Senghor a mis dans les tetes que (je paraphrase) "la raison est helenne et l'emotion negre", ces propos semblent etre devenus verites d'eglise.
D'abord disons tout net que rationalite et spiritualite ne sont pas incompatibles. De nombreux savants et inventeurs ont une vie spirituelle riche.
Il est aujourdhui acquis dans les plus grandes entreprise, modeles d'efficacite et de rationalite, que l'intelligence emotionnelle ( la capacite a sentir et transmettre des emotions) est tout aussi importante que l'intelligence "pure" au plan economique et social. Les facteurs promouvant la creativite (et l'invention technique, gage de la prosperite requiert autant que creativite que de rationalite...) relevent largement de l'emotionnel.
Mais au dela de ces considerations, je refuse d'accepter que nos populationns soient irrationnelles. Le paysan qui planifie et execute ses activites de culture et recolte le fait sur la base de plans rationnellement concus, meme s'ils ne sont pas codifies dans des opuscules structures en trois parties...Idem pour les artisans.
L'etat d'arrieration economique, la faible diffusion des sciences et techniques fait que pour de nombreux paysans et travailleurs, nombre de phenomenes physiques, socio economiques leur paraissent inexpliques ou inexplicables, d'ou les explications surnaturelles, les superstitions.
.../...
VOTES:0
L'enjeu n'est pas d'inventer un nouveau modele, une nouvelle voie, mais d'executer patiemment un plan permettant d'etablir les bases d'une democratie representative et d'une justice independante ...
Certes nous avons des particularismes dont il faut tenir compte, mais trop souvent les partucularismes sont l'excuse a l'inaction, a la perpetuation de systemes surrannnes, alors meme que l'on emprunte aux autres societes tous leur travers et deviances.

Je vais adresser les objections qui sont au centre des argumentaires d'agadjavidjidji et napoleon, lesquels se rejoignent en ce qu'elles sont basees sur la "qualite des hommes" a la base , au sommet et dans la societe.

1- La qualite des citoyens et l'analphabetisme. Disons tout de suite que rien n'empeche d'eduquer les populations dans leur langue d'origine. C'est le role des partis qui se veulent leur representants. La culture orale n'est pas un frein insurmontable a la diffusion des idees et des programmes pour la constitution de large organisation visant la conquete du pouvoir. La Chine de 1949, la Russie de 1917 comptaient une proportion elevee d'illetres (ne savant ni lire , ni ecrire). Ceci n'a pas empeche la mobilisation et la participation active et directe des apysans chinois et des serfs russes dans les transformation de leurs pays, quoique l'on pense des resultats ulterieurs. Chez nous aussi, les paysans peuvent etre eduques et mobilises dans leur langue, organises dans leur partis pour la conquete du pouvoir a leur profit. J'ai donne l'exemple de mon propre pere qui n'a jamais mis les pieds a l'ecole, mais a ete un citoyen engage et un militant actif de parti de l'epoque (UDD), parti qui malheureusement n'avait pour but la transformation de la societe dans le sens des interets des travailleurs. .
.../...
VOTES:0
agadjavidjidji Ecrit:
Le postulat qui tend à faire de l'Etat de droit à l'occidental un impératif pour le décollage économique est trop poussif pour tenir la contradiction. Le Bénin du renouveau démocratique est un modèle d'Etat de droit sur papier en ce que toutes les composantes de la société à commencer par les institutions de la république sont organisées et sous tendues par des textes? .

Vous apportez vous meme la reponse a votre question. Le renouveau democratique a apporte un etat de droit sur papier, une democratie de facade et non une democratie reelle, un ensemble de texte legislatifs et non un etat de droit !
Dans un etat de droit, pour l'essentiel, la justice n'est pas dite en fonction de la classe sociale, de l'appartenance partisane ou ethnique ou de l'epaisseur de votre portefeuille (meme si celui ci peut vous permettre d'avoir de bons avocats dont la qualite influe sur l'issue d'un proces).
Dans un etat de droit, les deputes ne votent pas des textes sur mesure pour interdire le droit de greve quand le pouvoir le leur demande.
Dans un etat de droit, les votes des citoyens ne sont pas vendus contre 500, 5000 ,ou des sacs de riz...
Dans un etat de droit les tribunaux reglent les conflits entre gouvernement et operateurs economiques et non les conseils de ministres.
Dans un etat de droit la poice n'"enferme" pas les citoyens sur simple demande de citoyens plus puissants, les journaux ne sont pas interdits pour avoir ecrit que des institutions regionales sont inutiles... J'en passes et des meilleures.

Dire que l'etat de droit n'a pas fourni la base a une croissance durable au cours des 20 dernieres annees est equivalent a dire que le socialisme a echoue parce que la bande a Kerekou n'a pu faire decoller le Benin en 17 ans de "revolution".
Le Benin n'a jamais connu ni le socialisme, ni l'etat de droit. La democratiede facade a succede a la pseudo-revolution.
.../...
VOTES:0
avatar
La situation des sociétés africaines considérée sous cet angle fait donner raison à AGADJAVIDJIDJI. Les voeux et les souhaits de Gombo que tout africain expatrié s’adhère délibérement resteront des voeux pieux. Car l’Etat de droit comme le respect de la loi et de la chose publique ne peuvent être décrétés du jour au lendemain et accepté en toute tranquillité sans qu’au paravant il y ait une rupture radicale des croyances, des moeurs, des habitudes et comportements véhiculée par la mesure cohércitement capitale pour boulverser les esprits et les coeurs. Car on ne reste pas dans le “magnan pour tirer le magnan”, c’est un proverbe Yoruba qui l’enseigne.
VOTES:0
avatar
Et ceci contribue partiellement à sa légérté d’inacceptance de l’Etat de droit et de transgresser la loi. Nous autres africains nous demeurons ainsi encore inpénétrables voire imperméables aux idéaux hérités de la philosophie des lumières, encore que celles-ci résultent les valeurs d’une culture à base de la prédominance de documents écrits, ce qui ne nous facilite pas leur acceptance . Cette foi aux supertitions agissant encore sur le subconscient de l’homme noir, cette tendance à recourir aux faux et à l’obscurentisme à ce stade actuel du développement des sociétés africaines est d’une Charactéristique universelle. Ceci ne changera pas sans un grand chambardement voire un transbordement général. À la veille du dixneuvième Siècle le peuple francais croyait fort à la surpertition de la monarchie hériditaire à tel enseigne que la République avait la peine de s’imposer. Il a fallu une saignée générale: Le monarque guillotiné, sa femme, sa soeur et beaucoup de nobles de naissance et de robe afin que les esprits et les consciences puissant être frappés durablement et accepter la fin de l’ancien regime et permettre à la République et la démocratie de faire les premiers pas.
VOTES:0
avatar
Nous vivons en Afrique dans une culture, où les connaissances et autres savoires sont de génération en génération éssentiellement transmis oralement. D’où la prédominance d’un autre mécanisme d’acceptance des valeurs dans la société et surtout beaucoup de supertitions chez le grand nombre d’entre nous. Le Sécretaire général de la présidence limogé, n’a –t-il pas essayé de se justifier de sa malversation, en évoquant le fait d’être tenté par le diable? Le Président Kérékou n’avait-il pas engagé en son temps un marabout, qui a détourné à lui seul la colossale somme de treize milliards qu’il avoua au tribunal pour en avoir servi d’organiser la protection du président contre les mauvais esprits? Dans une culture sans prédominance des supertitions de telles justifications ou arguments n’ont pas cours. Le noir africain a beau être intellectuel et grand cadre, son psychisme, son intellect et son subconscient demeurent toujours faconnés par les supertitions et autres valeurs ancestrales d’obscurentisme.
VOTES:0
avatar
J'ai suivi avec intérêt la discussion d'Agadjavidjiji et Gombo et je dois dire ceci: créer l'Etat de droit et amener la majorité des populations à avoir accés au pouvoir politique et aux décisions les concernant sont bien ce à quoi tous les hommes de lumière aspirent. Cependant l'on devait au préalable se demander, si la notion de droit, sa compréhension est aussi déjà ancrée dans la culture des sociétés africaines en général et du Bénin en particulier. Sans vouloir faire mienne l'arrogance intellectuelle que l'on pouvait emprunter à la culture occidentale, je dirais qu'au stade actuel du développement des sociétés africaines nous sommes encore bien loin de la compréhension et de l'acceptance de la notion de loi et de l'Etat de droit.
VOTES:0
avatar
Comment voulez vous que corruptions et détournements cessent, lorsque vous ne pouvez dire publiquement que quelqu'un mène au nez et à la barbe de tout le monde un train de vie au dessus de ces moyens officiels? Là réponse que vous entendrez à ce sujet sur les antennes béninoises est:"est-ce que vous avez la preuve de ce que vous dites?"
Deux trois années à un poste suffisent pour changer de comportements, voitures et autres...
Hors, ailleurs les organes de surveillance en générale n'agissent la plupart du temps que sur dénonciation qui déclenchent immédiatement des discrètes enquêtes. La presse qui se targue d'être d'investigation demande aux auditeurs d'amener la/les preuves qui ne sont pas leurs pas forcément à la portée des auditeurs. Les suspects peuvent dans ces conditions continuer allègrement à détourner et à se laisser corrompre à souhait.
VOTES:0
En ce sens la Chine n'est pas fondamentalement differente de la Russie, des USA ou de l'Europe. La liberation de la paysannerie, l'octroi de droits et libertes (par rapport aux situations anterieures) a la paysannerie a ete le moyen et l'instrument de l'augmentation de la productivite agricole qui a permis l'accumulation initiale de capital ayant servi a financer l'industrie et autres secteurs de l'economie.
En ce sens la politique entraine l'economie. Les droits politiques creent les bases pour l'expansion des droits economiques.
Au Ghana et au Rwanda, l'expansion economique est a venir et je postule que tant que la paysannerie (et les jeunes paysans deracines dans les villes, les artisans etc...) n'auront pas des droit reeels et une representation directe ou indirecte, il n'y aura aucune accumulation serieuse de capital fixe et aucune croissance durable. La paysannerie libre, eduquee (un tant soit peu), dotee de droits politiques, libre de s'organiser, de produire differement et mieux (avec des incitations politiques et/ou economiques, dans un contexte equitable) cree le marche et les excedents . Sans cela , aucune croissance economique durable n'est possible.

Creer un etat de droit durable, requiert que des partis representant reellement la majorite du peuple emergent et participent au pouvoir a defaut de le controller.Travailler a l'emergence de tels partis et leur ancrage populaire est la tache urgente. Cela sera moins rapide que l'irruption de "dictateurs eclaires" a la tete de l'etat, mais cela est plus durable et les chances de success infinimment plus grandes
VOTES:0
Le postulat qui tend à faire de l'Etat de droit à l'occidental un impératif pour le décollage économique est trop poussif pour tenir la contradiction. Qu'à cela ne tienne! Comment comptez-vous procéder pour sensibiliser une paysannerie rurale et analphabète sur les implications de ce qui constitue l'essentiel de leurs droits à commencer par le droit de vote si ceux-ci ne sont pas au moins alphabétisés? Comment comptez-vous mobiliser et fixer le capital quand le juge dit le droit en fonction de la classe sociale et du poids du portefeuille du justiciable?Avez-vous intégré dans votre matrice les stigmates encore saignants des particularismes de tous genres? Le Bénin du renouveau démocratique est un modèle d'Etat de droit sur papier en ce que toutes les composantes de la société à commencer par les institutions de la république sont organisées et sous tendues par des textes? Pouvez vous nous dire pourquoi rien de ceci n'a jamais fonctionné et que 20 ans après on en soit encore à se chamailler autour d'une liste électorale soit disant informatisée? Non. Nous ne souffrons pas d'un déficit de textes de lois et si je devais m'en tenir à votre postulat de base(etat de droit=coissance durable), ça ferait longtemps qu'on serait à une croissance à deux chiffres. Nous souffrons plutôt d'un problème d'Hommes depuis la base de la pyramide juqu'au sommet. Dans ces conditions, seules des élites aseptisées,désinétressées et cuisinées dans les moules du patriotisme peuvent nous tirer de l'inertie.
VOTES:0
avatar
A propos des lois punitives da la corruption, y a t-ils des sanctions réservvées aux corrompus si non le problème ne saura être résomu. Il faudrait par exemple une sanction pour cet opérateur économique. S'il avait dénonocé ce fait plus tôt, je crois que nous n'en serions pas là. Si le corrompu s'est qu'il y a une punitive pour liu aussi, il fera très attention.
VOTES:0
Pour paraphraser et resumer "le pain avant la liberte" ou le "pain comme moyen d'etablir et etendre la liberte" au lieu de "la liberte pour gagner le pain".
La realite est que les deux sont etroitement lies dans un rapport dialectique et il est possible que mon insistence a sur l'etat de droit ait donne a penser que l'on peut avoir durablement une democratie sans reelle transformation economique. Tel n'est pas mon point de vue.
Mais reconnaitre l'interdependance de la lutte pour le pain et la democratie, sans expliciter les moyens d'arriver a l'un et/ou l'autre n'a pas grand interet pratique.
Il nous faut donc jeter un oeil critique -meme s'il est rapide - sur les experiences de la Chine, du Ghana de Rawlings et du Rwanda de Kagame ( en attendant une etude et analyse poussee et detaillee...).
D'abord il faut noter que contrairement aux apparences, dans ces 3 cas, un parti avec un programme defini et une certaine adhesion populaire etaient le soubassement des entreprises de transformation sociale, et non la seule determination de patriotes. Au Ghana ce qui restait du parti de Nkrumah et ses cadres ont fourni a Rawlings les bras et les cerveaux pour de son entreprise de nettoyage des ecuries... Les ideaux patriotiques et panafricanistes diffuses par le parti de Nkrumah ont laisse des empreintes fortes (y compris a ce jour) dans les populations et elites ghaneennes, fournissant la base ideologique et programmatique pour l'acceptation des actions du Lt Rawlings.
Au Rwanda, le parti FPR et l'experience de l'exil a contribue a la creation de cette " tradition d’abnégation –cimentée par des luttes communes pour un idéal partagé-" a laquelle je me referrais dans mon ca se discute cite plus haut.
Bien entendu la Chine avait et a le PCC.
.
VOTES:0
avatar
@Gombo...Evitez les raccourcis et les approches réducteurs. Il n'a jamais été question de troquer le pain contre la liberté dans le modèle suggéré.Encore que la liberté dont il s'agit dans le modèle à l'occidental est si encadré qu'il est possible à n'importe quel quidam de la vider de sa substance dont en maintenant la charpente.(Cas de la Haac au Bénin). Vous avez bien fait de suggérer que les deux doivent aller de pair. Et c'est justement parceque l'un manque au Bénin que nous en sommes aujourd'hui confrontés à un système qui va imploser tout ou tard si un changement de cap ne s'opère dans le court terme.
Vous évoquez à juste titre le rôle d'une puissante formation politique qui doit servir d'incubateur à ces leaders visionnaires, patriotes et décomplexés dont il est question. C'est à cela que je fesais allusion en début d'argumentaire en parlant de parti d'avant garde. Je comprends que le terme avant garde ressucite un passé récent pas glorieux dans le subconscient de bon nombre. Mais la Constitution de 1990 a accouché de tout sauf des partis politiques. Les leaders de type nouveau que nous convoquons ne sortiront pas des cuisses de jupiter ou forcément des casernes. Même si c'était le cas, ils devront s'appuyer sur de puissants outils de veille citoyenne animés par des idéologues chevronnés et acquis corps et âmes au rayonnement de la mère patrie. Tout ceci dans le strict respect des libertés fondamentales et des garanties de non atteinte à la dignité et à l'intégrité de la personne humaine reconnues et consacrées par la nouvelle constitution .
VOTES:0
@Agadjavidjidji... Nous sommes d'accord sur l'importance de partis representatifs du peuple, qu'on les appelle d'avant garde ou de masse.
L'essentiel est qu'ils aient un veritable ancrage populaire, non seulement par leur programmes et ideaux, mais aussi par leur implantation et composition..( ce qui n'est pas la chose la plus aisee, vu la place et le role de l'argent dans la politique aujourdhui chez nous).
VOTES:0
avatar
Lisez "tout ou mantenant la chrapente...." au lieu de "dont en maintenant" et désolé pour les nombreuses coquilles dues à la précipitation au caractère quelque peu passionné des propos.
Je souhaite toutefois repréciser ma pensée. Le multipartisme intégral est une catastrophe dans un contexte où moins de 10% savent qu'au commencement de tout, il existe une charte fondamentale qui fait des gouvernants des mandataires du peuple et non des détenteurs d'attributs divins. Parler d'Etat de Droit dans un pays où plus de 70% des votants ne savent ni lire, ni écrire dans aucune langue est une grossière mise en scène.200 partis politiques pour 9000 000 d'habitants( soit en moyenne 45000 personnes par formation politique) est une grosse farce qui ne nous mènera nulle part. Laissez le champ politique grandement ouvert à des aventuriers de tout poils et des repris de justice nous prive d'office de toute persepective d'une classe politique vertueuse et patriote capable d'implémenter des transformations profondes. Et on pourra passer toute la journée à énumérer les vices congénitaux que traîne un modèle calqué, les yeux fermés, sur ce que d'autres ont mis 3 siècles à bâtir.
VOTES:0
Certes 200 partis ( je crois que le nombre reel est plus proche de 100) est une farce...
Mais la encore applique t-on les lois (imparfaites) dans le systeme existant ?
La charte des partis exige un nombre minimum de fondateurs dans chacun des departements et /ou communes et la loi pourrait certainement etre amelioree, mais les tenants du pouvoir y ont ils interet ?
Certes la multiplication de clubs electoraux a base clanique sape les bases memes de la democratie.
Mais faut il decreter 2, 3 ou 4 partis ?
Commencons par appliquer les lois qui existent (charte des partis) , mettre en place des lois sur le financement des partis reprimer severement les entraves (dissolution de partis, annulation d'elections par des voix achetees etc...).
L'analphabetisme est une difficulte, mais pas un obstacle insurmontable. Mon pere, ouvrier, fils de paysan, qui n'a jamais mis pied dans une ecole a appris a lire tout seul et lisait regulierement sa bible et autres revues philosophiques, ecoutait et nous faisait ecouter VOA, BBC, France-Inter etc.., eveillant notre conscience sur le monde, participait activement a la vie des partis de l'epoque...et j'ai fait mes classes en distribuant dans le quartier les convocations aux reunions de cellule de partis de l'epoque que mon pere animait.
Il est donc possible de mobiliser, d'eduquer et d'organiser paysans et ouvriers analphabetes, dans leur langue et de les aphabetiser dans le meme temps.

La construction de l'etat de droit est un processus au cours duquel les participants actifs se transforment a mesure qu'ils transforment la societe et vice versa. Les leaders paysans et ouvriers emergent et se developpent dans ce processus a condition qu'on leur laisse un espace et qu'on les y aide au lieu de les utiliser simplement comme chair a voter...
VOTES:0
Ceci pour dire que plutot que des individus patriotes, nous avons un role pre-eminent joue par des partis , organisations politiques, qui se sont donne pour mission de representer et defendre les interets du peuple, et dont la composition et direction reflete un tant soit peu cette mission. C'est la une difference importante a garder a l'esprit dans les comparaisons et suggestions.

Maintenant, la question est de savoir quelle est la place et le role de l'etat de droit dans ces experiences.
L'etat de droit auquel je me referes, n'est pas seulement, voire pas essentiellement l'organisation d'elections, mais le fait l'organisation de la societe, de l'economie, la gestion des conflits se fait par reference a la loi, rien qu'a la loi et toute la loi, fournissant un cadre visant la justice, l'equite, l'egalite des chances.
La revolution chinoise de 1949 a d'abord et avant tout ete la creation d'un etat de droit pour la paysannnerie chinoise. La paysannerie chinoise, largement majoritaire a eu le droit de s'exprimer, de faire valoir ses interets, de choisir des representants a travers le PCC. Avant de creer -50 ans plus tard- un modele de croissance economique admire sous nos cieux, la revolution chinoise a d'abord cree une democratie populaire en donnant la parole et une certain niveau de controle a des milliards de paysans qui en etaient prives. C'est la liberation de la paysannnerie (de l'oppression des latifundaires, commercants, usuriers, comptoirs etrangers, bandes armees, ignorance, absence de representation, etc...) qui a permis l'accumulation initiale de capital au travers de l'intensification et de la rationnalisation de la production agricole, laquelle servira a financer l'expansion dans les autres secteurs.
VOTES:0
avatar
voilà un vrai débat ici de niveau interessant et très relevé c'est ce qu'il nous faut au bénin ..pas de polémique inutile qui n'avance à rien...
VOTES:0
Dans un contexte de pauvreté extrême et de quasi inexistence de puissants creusets(partis politiques d'avant garde) de formation à l'éveil citoyen l'Etat de droit ne peut prospérer pour devenir une rampe de lancement à une croissance auto centrée. Le système de gouvernance "prêt à porter" que tente d'imposer un certain nouvel ordre mondial est un leurre car il revient à chaque peuple et à chaque communauté d'inventer le modèle adapté à son contexte socio-culturel, sa trajectoire historique, ses pesanteurs sociologiques, avantages comparatifs, positionnement géographique... etc.
Au Bénin, il est aujourd'hui indéniable que le modèle accouché par la Conférence nationale affiche des signes d'essoufflement et mérite d'être repensé. On nous a fait croire que l'organisation à bonne date de contestables élections à coup de milliards avec un maquillage institutionnel en toile de fond était une condition suffisante pour sortir la grande masse de la paupérisation. La réalité en est que nous virons de plus en plus vers une plutocratie élitiste où des aventuriers de tous genres se liguent avec des détenteurs de capitaux pour s'accaparer du pouvoir et siphonner les maigre ressources nationales. A cela s'ajoute la promotion du repli identitaire par des dirigeants à légitimité douteuse......
VOTES:0
En l'absence d'une classe politique de qualité et de tout sentiment d'appartenance à une communauté de destin, le salut béninois et de nombre de pays subsahariens passera par l'émergence de leaders patriotiques vertueux à la Rawlings qui dans un dirigisme éclairé et non redevable aux ecuries politiques mais au peuple, réduira l'incurie au sommet à son minimum (emprisonnement à vie des hauts fonctionnaires convaincus de corruption à défaut de leur exécution publique, mise en confiance des apporteurs de capitaux, sécurisation de l'initiative privée grace à un cadre juridique fiable et une administration aseptisée et moderne) et permettre ainsi une sédimentation des capitaux fixes susceptibles d'induire une croissance auto-centrée. Cette dernière étant le plus souvent un inducteur d'une bourgeoisie moyenne économiquement autonome et de mieux en mieux intruits, il s'ensuit une masse critique de citoyens éclairés de plus en plus exigeants face à leur dirigeants en matière de réddition de comptes, plus de liberté, plus de paroles. Naîtra par la suite de puissantes sociétés civiles(et non celles alimentaires que nous avons aujourd'hui) dont les voix comptent et qui inspirent la crainte auprès des pouvoirs publics. C'est le préalable de l'emergence d'un Etat de droit durable qui se pose ici comme un aboutissement de la prospérité économique et non le moyen pour accéder à celle-ci.
VOTES:0
Les pères du miracle chinois n'ont pas eu besoin du suffrage universel pour hisser l'empire du milieu au rang de la deuxième économie mondiale et jusqu'à aujourd'hui on ne vote pas en Chine. Preuve que le modèle occidental n'est qu'un chemin parmi des milliers d'autres imaginables. Mais sur le long terme, le parti communiste chinois est condamné à plus d'ouverture car la prospérité a engendré une nouvelle classe moyenne riche qui voyage, fréquente les meilleures universités occidentales, et qui manifestent de plus en plus une aspiration à plus de liberté et de droits. C'est de ce côté qu'on devra regarder au lieu de s'aligner sur les injonctions des maîtres à penser universels qui apres nous avoir saignés à coup de PAS(Programmes d'Ajustements Strucurels), jouent maintenant la carte du maquillage institutionnels où ne trouve son compte qu'une élite kleptocrate en connivence avec d'obscurs magnats financiers. Dans la quête du bien être collectif dans le contexte qu'est le nôtre, l'Etat de droit n'est pas le chemin mais l'aboutissement.
VOTES:0
Il est clair que ce a quoi nous avons eu droit au cours des 20 dernieres annees de "renouveau democratique" est une democratie de facade, un maquillage des memes systemes de gouvernement contre le peuple, d'economie arrieree et dependante, avec le mascarat des elections frauduleuses dans leur essence ou realite;une pseudo-democratie succedant a une pseudo-revolution.

L'etat de droit dont je prone la necessite n'a rien a voir avec la mascarade des elections avec des partis essentiellement claniques, les votes achetes, les institutions factices demunies de tout pouvoir et legitimite populaire (voir mon point de vue plus dans detaille dans le ca se discute " 30 Novembre 1972 – 28 Février 1990 : de la Pseudo-Révolution a la Démocratie de façade" ).

Ayant dit cela, il faut preciser que la "democratie de facade" est un progres par rapport a l'autocratie et la repression brutale telle que vecues sous le PRPB en ce qu'elle facilite l'education et l'organisation du peuple, a condition qu'on veuille le faire, au lieu de voir voir cette democratie de facade comme l'aboutissement.

La question que pose Agadjavidjidji et qui nous interpelle tous ceux est de savoir comment transformer nos pays, mettre fin a la misere.
Il oppose les "recettes de democratie" qui seraient proposees par les occidentaux a l'approche dont la Chine serait l'exemple ou la croissance economique precederait la democratie, cette derniere etant l'aboutissement, le resultat, plutot que la condition et/ou l'instrument.

Dans le modele / approche suggere, la condition et l'instrument seraient un individu ou un groupe d'individus, profodement patriotes, impulsant des changements au sommet (nettoyage des ecuries, reduction de la corruption, controle de l'incurie et de la mauvaise gestion...), creant les conditions de l'emergence d'une societe civile, l'elevation du niveau de conscience et d'implication du peuple, l'emergence d'une classe moyenne et d'une bourgeoisie moyenne.
VOTES:0
L'état dé droit n'est pas seulement un impératif moral ou politique, c'est un instrument, la condition de de la croissance économique... Étendre les droits politiques de la paysannerie est le seule moyen de la retransformer en entrepreneurs agricoles, d créer et développer la concentration et l'intensification de la production agricole:. Donner des droits politiques réels aux artisans et aux jeunes sous employés est le seul moyen de leur donner la confiance pour prendre et assumer des risques en sachant que leur talent et travaill, et non leur connections politiques déterminera le succès.
Les paysans et autres artisans et travailleurs ne deviendront pas conscient et lettres sans qu'ils n'aient des droit étendus pour s'exprimer, faire prévaloir leurs intérêts et points de vue' même leur education.
Le dictateur éclairé à la Singapour ou le nettoyeur d'écuries à la Rawlings ne contribue à résoudre l:équation vitale pour la croissance et la pérennité de la démocraties qu'est la création et le développement d'une classe moyenne autochtone, d'une bourgeoisie véritablement nationale
Au mieux avons ous une économie dépendant des exportations et des implantations étrangères comme l'a été Singapour pendant longtemps (et il y a des limites à ce modèle et à sa réplétion au travers du globe), ou modèle comme l'afriaue du sud avec de propsperes multi-nationales implantées localement avec un effet d'entraînement local limite et une dualité d'une mince couche Ltd-riche et une majorité ultra pauvre ( modèle qui n'est pas durable).
Quelqu'en soit le,prix et la lenteur, la mise en place de l'état de droit sous tendu par une participation de plus en plus large des populations est la seule voie de salut durable, contre la corruption et pour une croissance économique durable
VOTES:0
excusez les fautes et coquilles liees a l'utilisation d'un ipad anglophone et a la precipitation, mais j'ose croire que le message est demeure comprehensible...
VOTES:0
avatar
L'état de droit me supprime pas la corruption, mails li en facilite la repression et en limite l'expansion...
Meme si la corruption existe dans les plus grandes democratizes les instruments de sa repression existent et fonctionne plus ou moins bien, témoins les arrestations et procès de dirigeants d'entreprises, de députés, de maires , de lobbyistes, indiquant aux jeunes générations que la corruption n'est ni une entreprise honorable, ni une entreprise sans risque, ni la voie royale de réussite sociale...
La question du rapport entre état de droit et stade de développement économique et social à voirndenfacon globale et systémique avec interdépendances et mécanismes. Feedback et d'accélération...
Certes la misère ambiante rend la corruption d'en bas (celle du petit fonctionnaire ou du petit policier, planton etc...), l'achat de votes et de consciences plus "facile"....
Mais quoique la corruption d'en bas soit aussi nuisible que celle d'en haut en ce ce qu'elle crée cette prévalence et tolérance morale d la corruption, c'est la corruption d'en haut - celle des ministres, présidents , haut cadres , députés, juges etc..- qui a un impact eceonomique majeur rendant les investissements non rentables, les coûts de production non compétitifs...
La tentation du modèle de Singapour ( dictature éclairé ) ou de rawlings est forte et compréhensible... Mais sur le long terme, le facteur essentiel qui permet,le décollage économique et la croissance auto-centrée dans la plupart des cas est l'état de droit au plan politique et économique, quelque soit le temps qu'il faut pour l'etablir.
C'est l'état de droit qui permet l'émergence de cette classe moyenne en ville comme à la campagne qui crée le marche intérieur dé consommateurs. C'est lui qui permet aux entrepreneurs nationaux d'avoir des chances face aux multinationales et au capital étranger.
L'état dé droit n'est pas seulement un impératif moral ou politique, c'est un instrument, la condition de de la croissance économique... Étendre les droits politiques de la paysannerie est le seule moyen de la retransformer en entrepreneurs agricoles, d créer et développer la concentration et l'intensification de la production agricole:. Donner des droits politiques réels aux artisans et aux jeunes sous employés est le seul moyen de leur donner la confiance pour prendre et assumer des risques en sachant que leur talent et travaill, et non leur connections politiques déterminera le succès.
Les paysans et autres artisans et travailleurs ne deviendront pas conscient et lettres sans qu'ils n'aient des droit étendus pour s'exprimer, faire prévaloir leurs intérêts et points de vue' même leur education.
Le dictateur éclairé à la Singapour ou le nettoyeur d'écuries à la Rawlings ne contribue à résoudre l:équation vitale pour la croissance et la pérennité de la démocraties qu'est la création et le développement d'une classe moyenne autochtone, d'une bourgeoisie véritablement nationale
Au mieux avons ous une économie dépendant des exportations et des implantations étrangères comme l'a été Singapour pendant longtemps (et il y a des limites à ce modèle et à sa réplétion au travers du globe), ou modèle comme l'afriaue du sud avec de propsperes multi-nationales implantées localement avec un effet d'entraînement local limite et une dualité d'une mince couche Ltd-riche et une majorité ultra pauvre ( modèle qui n'est pas durable).
Quelqu'en soit le,prix et la lenteur, la mise en place de l'état de droit sous tendu par une participation de plus en plus large des populations est la seule voie de salut durable, contre la corruption et pour une croissance économique durable
VOTES:0
avatar
Si ce filou d'opérateur économique sans économies a pu distribuer tout ce pactole aux cadres, combien en a t-il donné au ministre DJENONTIN lui-même ? Il est clair que si ce n'est pas ce dernier qui a combiné tout ceci pour se débarrasser de collabos gênants, il doit alors avoir reçu sa part. Ce dossier est donc loin d'être clos !
VOTES:0
Que l'opérateur économique soit un filou ou un homme correcte, on connaît la règle chez nous. nos cadres réclament tjrs les 10 % sur les marchés. et ces 10 % sont partagés un peu, un peu à tous les niveaux.

moi je pense plutôt que celui là est un peu honnête, c'est pourquoi il a pris le soin de faire des enregistrements pour les confronter après.
VOTES:0
avatar
Anonyme Ecrit:
Tout projet a un coup de financement si le promoteur est capable d’en donner autant en dessous de table, quelque chose ne fonctionne pas dans son plan d’affaires pour me pas dire que cet homme d’affaires est aussi un filou, que restera-t-il pour construire les infrastructures de qualité répondant aux normes ? Le premier coupable est le donneur de pots- de- vin. Il aurait dû demander audience et faire- savoir ce qui se trame au niveau de l’avancement du projet. Si le projet ne se fait pas au Bénin les voisins du Bénin seront gagnants. Pour un pays dont la jeunesse est au chômage, c’est une honte que ces hauts fonctionnaires ne se contentent pas de faire leur travail. Le seul cadeau est le salaire qu’on gagne après avoir fait son travail dans les règles de l’art et lorsqu’on est insatisfait de son salaire soit on demande une augmentation ou en recherche un qui est plus payant. La notion de biens légitimement acquis a pris le bord dans ce pays. Au secours !!!

Tout-à-fait d'accord avec vous ; mais il faut aller plus loin ! Si ce filou a pu distribuer tout ce pactole aux cadres, combien en at-il donné au ministre DJENONTIN lui-même ? Il est clair que si ce n'est pas ce dernier qui a combiné tout ceci pour se débarrasser de collabos gênants, il doit avoir reçu sa part. Ce dossier est loin d'être clos !
VOTES:0
avatar
@ Adjinakou kla kla
Il s'agit de la même affaire dénommée "arnaque à la nigériane"

L'arrestation de Loïk Le Floch-Prigent serait liée à celle d'un ancien ministre togolais de l'Administration territoriale, Pascal Bodjona, inculpé le 12 septembre dans le cadre d'une affaire «d'escroquerie internationale», qui oppose un homme d'affaires togolais, Bertin Sow Agba, à un homme d'affaires émirati, Abbas El Youssef. L'Emirati a porté plainte contre Bertin Sow Agba, l'accusant d'avoir organisé un réseau pour lui soutirer la somme de 48 millions de dollars. Les membres de ce réseau lui auraient fait croire qu'ils avaient une fortune de feu le président ivoirien Robert Gueï, estimée à 275 millions de dollars, bloquée sur un compte en banque au Togo.( source 20 minutes)
VOTES:0
avatar
@WGACTU
En effet il s'agit de la même affaire je vous remercie.

Cordialement!
VOTES:0
avatar
Loïk Le Floch-Prigent, ex. PDG de l'entreprise pétrolière Elf entre juillet 1989 et 1993, puis président de la SNCF de décembre 1995 à juillet 1996, date de sa mise en examen dans le cadre de l'affaire Elf, vient d'être rattrappé par la justice africaine. Il a été arretté hier à Abidjan et extradé vers le Togo afin qu'il puisse répondre des faits de l'escroquerie à la nigériane (Guyman).
VOTES:0
avatar
@WGACTU
En réalité il n'y a pas que cela comme affaire car Loïck Le Flock Prigent serait également rattrappé par d'autres affaires notamment celle de l'escroquerie touchant l' Emirati Abbas Al YOUSEF, affaire pour laquelle un certain Bertin Sow AGBA proche du régime Togolais est en prison ainsi que l'ex-ministre Togolais de l'administration territoriale monsieur Pascal BODJONA serait en prison.La coquête somme escroquée par le trio ABA-BODJONA-Le Flock Prigent est estimée à 48 millions de dollars ($).

Pour ceux veullent en savoir plus je vous donne le lien: togoforum.com/index.php

Si cela ne fonctionne allez donc sur Google et taper : Togoforum sites
Sinon vous pouvez également sur Google taper: Koaci Togo

A suivre!
VOTES:0
avatar
La  corruption active, est le fait du corrupteur, et la corruption passive,  est le fait du corrompu. il incombe de bien distinguer les deux fléaux pour que les sanctions n'épargnent aucune. On a tendance aujourd'hui à plus s'appuyer sur la corruption passive or il n'y a pas de corrompu sans corrupteur.

 Le Bénin est enlisé dans la pauvreté et affligé par l’inadéquation des mesures et volontés pour réellement combattre ce mal dont souffre l'économie et les institutions du pays

 Les recettes publiques dégagées étant gaspillées du fait des comportements corrompus.

Le mot à la mode aujourd'hui autant au Bénin qu'ailleurs est "croissance". Il ne suffit pas d'en parler mais de comprendre entre autres, les raisons de ces baisses de croissance.

"La corruption retarde la croissance économique, décourage l’investissement étranger et freine l’accès aux services publics vitaux. Elle nuit aussi à l’efficacité de l’aide internationale." . Tant qu'un vrais diagnostic ne serait pas tiré le mal ne sera pas guérit. Je ne crois personnellement pas que seuls les recettes du port de Cotonou et l'envergure de la production cotonnière, atténueront les souffrances des Béninois tant que la neutralisation de  la capacité des agents des pouvoirs publics à piller les caisses de l’État ne serait pas une priorité nationale et institutionnelle. Pour se faire, il faut commencer à nettoyer le Bénin de la
 corruption politique et communautariste. 
VOTES:0
avatar
Oui ! Il faut traquer l'incurie dans toutes ses coutures et ce n'est pas la cosmétique institutionnelle adossée au multipartisme intégral qui est la solution. D'ailleurs, on doit à la vérité de reconnaître qu'en dehors d'une restauration de la liberté de pensée de parole et d'association(ce qui est fondamentale c'est vrai), nous n'avons pas avancé outre mesure sur la plan socio-économique depuis 1996. La faute à une gouvernance approximative et à l'instinct. Yayi avait tout pour asseptiser le cadre macroéconomique et nous doter au moins d'une économie balbutiante,après le laissez faire généralisé de Kérékou 2. J'en suis toujours à me demander ce qui a pu causer sa perte....
La question est de savoir comment faire pour ramener l'ethique au centre de la conduite des affaires publiques à compter de 2016 sans remettre en cause les acquis fondamentaux de la Conférence nationale.
En réalité, le contrôle populaire est inexistant dans le contexte de multipartisme intégral sauvage de type clanique qu'est le nôtre et j'attends qu'on vient m'expliquer la raison pour laquelle une démocratie majeure comme les Etats unis arrive à fonctionner avec deux partis politiques alors que nous devons nous autres compter avec 200 officines electoraux pour à peine 5000 000 de citoyens en âge de voter dont les 70% sont analphabètes de surcroit.
VOTES:0
avatar
......La solution doit passer d'abord par des leaders forts,patriotes(pas forcément des officiers) et visionnaires qui, auréolés d'une légitimité populaire conséquente pourront faire le ménage dans un premier temps et rassurer dans un second temps les apporteurs de capitaux en lançant des signaux forts à l'endroit des fossoyeurs de l'économie nationale. Tout ceci en laissant libre cours à la liberté de pensée et de paroles. C'est ce qui me pousse à conclure qu'un Rawlings ou un Kagamè ne nous ferait pas de mal.
VOTES:0
avatar
@Gombo...La correlation entre Etat de droit et regression de la haute corruption n'est pas aussi évidente que cela. Quoique la transparence relative(réddition des comptes, institutions puissantes, culture du mérite...etc) qu'il impose dans la conduite des affaires fait de l'Etat de droit un puissant bouclier contre la délinquance à col blanc. A preuve, les mains des dirigeants dans les modèles d'état de droit les plus aboutis ne sont pas toujours aussi propres que l'on pense. Car eux non plus ne s'embarassent de scrupules lorqu'il s'agit de recourir aux commisssions et aux retro commissions dans le ficelage de gros contrats...
Le problème se situe à mon avis sur l'impact direct de la turpitude au sommet sur le vécu quotidien des masses. Dans le cas de nos pays où les populations manquent de tout et où les fondamentaux économiques sont si fragiles, il est indéniable que la haute corruption est plus dévastatrice et constitue un puissant frein au décollage économique pendant que dans les économies prospères, on parlera de l'embourgeoisement d'une frange de technocates habitués à mener grand train. Ce qui m'amène à formuler la problématique suivante. Peut-on véritablement asseoir un Etat de droit dans le contexte de pauvreté noire où le vote du citoyen se négocie en échange de billet de banque et de sacs de riz? En torpillant systématiquement tous les projets socio commnuataires et en empêchant la sédimentation de capitaux fixes indispensables à la croissance, les élites corrompues ne sont-elles pas un obstacle à l'épanouissement économique des masses? Je n'irai pas jusqu'à affirmer comme l'autre que la démocratie est un luxe pour nous ,mais nous n'avons pas encore la masse critique de citoyens économiquement autonomes,suffisamment instruits et sensibilisés sur les exigences du rapport à la chose publique pour prétendre à de véritables états de droit.La solution doit passer d'abord par des leaders forts,patriotes(pas forcément des officiers) et visionnaires qui, auréolés d'une légitimité populaire conséquente pourront faire le ménage dans un premier temps et rassurer dans un second temps les apporteurs de capitaux en lançant des signaux forts à l'endroit des fossoyeurs de l'économie nationale. Tout ceci en laissant libre cours à la liberté de pensée et de paroles. C'est ce qui me pousse à conclure qu'un Rawlings ou un Kagamè ne nous ferait pas de mal.
VOTES:0
avatar
Tout projet a un coup de financement si le promoteur est capable d’en donner autant en dessous de table, quelque chose ne fonctionne pas dans son plan d’affaires pour me pas dire que cet homme d’affaires est aussi un filou, que restera-t-il pour construire les infrastructures de qualité répondant aux normes ? Le premier coupable est le donneur de pots- de- vin. Il aurait dû demander audience et faire- savoir ce qui se trame au niveau de l’avancement du projet. Si le projet ne se fait pas au Bénin les voisins du Bénin seront gagnants. Pour un pays dont la jeunesse est au chômage, c’est une honte que ces hauts fonctionnaires ne se contentent pas de faire leur travail. Le seul cadeau est le salaire qu’on gagne après avoir fait son travail dans les règles de l’art et lorsqu’on est insatisfait de son salaire soit on demande une augmentation ou en recherche un qui est plus payant. La notion de biens légitimement acquis a pris le bord dans ce pays. Au secours !!!
VOTES:0
avatar
gombo ..il y aura pas de génération spontanée ..mais ce que j'entends en parlant de génération ...c'est que changer cette mentalité beninoise sera plutot un très long travail à fair et pour voir les résultats il faudra attendre 1 ou 2 générations

il ya quelque jours tu as mis toi meme l'accens sur un point particulier en ce qui concerne cotonou

cotonou est en effet une ville ou ils n'existent pas de batiments publics en tant que tel pas de hlm quelque rares batiments administratives et pourtant cotonou est bien construit avec des batiments élégants de belles villa ect ( j'ai eu la chance de voir d'autres villes de la sous région) cet argent des partculiers qui a servi à construire cotonou ,,,c'est sorti d'ou??dans la plus part des cas ... de la corruption ..COTONOU A ETE CONSTRUIT AVEC L'ARGENT DE LA CORRUPTION ...et je pense que ce phénomène ne va disparaitre du jour au lendemain .. il faudra vraiment du temps et pour y parvenir : reprendre l'éducation patriotique et civique à la base
VOTES:0
avatar
M. Olatundji dit :

"cet argent des partculiers qui a servi à construire cotonou ,,,c'est sorti d'ou?"

Une très belle question que je m'étais également posé lors de mon passage à Cotonou et c'est avec étonnement que j'ai réalisé que la plupart de ces propriétaires sont des "douaniers, des transitaires, des anciens policiers, des hauts fonctionnaires de l'état, des opérateurs économiques, et des présumés expatriés et ressortissants Béninois des pays de l'Afrique central ( RCA, CONGO, GABON). Beaucoup sont ceux qu'on appelle aujourd'hui des honorables. Comment voulez vous croire qu'un simple fonctionnaire béninois soit capable de construire un bâtiment de. 3 étages.
Sur ce point, j'ai vraiment honte pour mon pays. Nous devons renforcer les arsenaux juridiques pour procéder à des saisies dont les moyens de réalisations ne seraient pas justifiés par une comptabilité rationnelle.
VOTES:0
avatar
et YAYI meme combien a t il dejà mangé dedans ou combien va t on lui promettre? Car 100 MILLIARDS ce n'est pas petit dè.
VOTES:0
avatar
@agadjavidjidji
Je crois que nous sommes d'accord sur 2 chooses :
1- la réponse a la corruption generaliisee est l'instauration de l'etat de droit
2- l'état de droit n'a pas été instauré par la conférence nationale et ne saurait être décrété par des assises d'intellectuels et autres ministres du PRPB....

On est d'accord que les populations ne sont pas encore conscientes et organisées pour la prise du pouvoir à leur profit demain...
Qu'il y ait des obstacles et des difficultés, nul n'en doutes; au nombre de celles ci, une culture de méfiance générée par la dislocation des anciens instruments de résolution des conflits à l'intérieur des structures claniques et l'absence de nouveaux instruments qui devraient basés sur la loi, le contrat et les tribunaux; comment voulez vous que la confiance règne quand on sait qu'en cas de conflits (inévitables dans toute entreprise collective humaine) il n'y a aucune règle définie et certaine pour la résolution, et que la solution est la loi du plus fort, du plus connecté politiquement , ou chez le bokonon mettant en péril la vie...
La question devant nous est de savoir comment surmonter ces obstacles pour bâtir un lendemain meilleur ?
À) attendre le passage du temps en espérant que les générations futures soient spontanément plus vertueuses ou plus patriotiques ? Pourquoi les générations futures baignant dans un univers corrompu seraient elles différentes ?
B) investir un officier présume patriote du pouvoir de décapiter les corrompus et instaurer une morale nouvelle... Nous avons fait l'expérience des offiers prétendus patriotes...les Alladaye, Aikpe, Badjogoume et consorts... Le résultat est connu... Les circonstances du Ghana avec ce qui restait du parti de Nkrumah, le degré de décrépitude économique et social sont à prendre en compte dans tes tentatives de vouloir rééditer l'experience Rawlings
VOTES:0
avatar
. Autant dire que la corruption est pathologique en soi mais, c'est une pathologie qui peut être guérit par des sanctions pénales. Y avoir recours à la corruption,  condamne celui qui en souffre à l’isolement et à la solitude et le positionne à long terme dans la méfiance généralisée. C'est donc un grand mal psychologique que cela répercute sur la santé des victimes et de la population.

Le danger de la méfiance systématique qui s'instaure sont considérables.
Sans  confiance, aucune relation amicale, amoureuse ou professionnelle n’est possible.

Les pouvoirs publique doivent dès lors prendre en compte les traumatismes causés  pour ne pas considérer la corruption comme un acte banal.

La loi doit donc s'imposer de manière ferme. Un simple limogeage ne suffit pas, la justice doit être saisie afin que ceux qui se sont rendus coupables aient le temps de prendre conscience de leurs actes en prison.
VOTES:0
avatar
le pays souffre de tous ses dirigeants zélés et supporters applaudimetres...
ils ne cherchent que leur profit, c'est dommage
tout ce que l'etat entreprend est souffrant....à cause d'eux.
jespere que on ne va pas dire que ce sont les opposants ni les syndicalistes qui ont
remis de l'argent aux personnes limogées...
C'est dommage...
au lieu de faire de la refondation, ils sont en train de fondre le pays..pressurer totalement.

Ils gâtent même le nom des jeunes ...
qui n'auront plus une bonne image à l'extérieur du pays
VOTES:0
Cette situation de défiance est le reliquat des choix opérés par l'opposition regroupée dans l'UN pour prendre le pouvoir à Yayi Boni aux dernières élections présidentielles.

Quand l'intérêt de la nation passe au second plan des préoccupations partisanes c'est un climat délétère qui cède la place à une mobilisation générale de tous les fils du pays pour le défi du développement.

Quand le PRD et la RB se démarquent maintenant de l'UN et de son idéologie de destruction je me demande si vraiment ces dirigeants ont du patriotisme?
VOTES:0
avatar
Je ne sais pas est-ce que vous allez chercher à développer votre intelligence??? A la moindre chose vous ne trouvez que l'opposition, si tout le monde pouvait se taire dans le pays pour qu'on continue de voler le pouvoir c'est comme ça que tout va se passer car plus personne n'aura peur du bien publique, aussi quand quelqu'un vous aide à faire du faux, il se targue de vous dénoncer le moment venu si vous le touchez outre mesure, et c'est ce qui se passe dans le pays pour que YAYI se retrouve du jour au lendemain un Cabris mort.
Alors si vous voulez applaudir, allez applaudissez, et vous serez surpris en flagrant délit de corruption et de détournement à gogo.
Je crois que c'est l'opposition qui reçois plus de pot de vin???? cachez-vous la face et ayez un peu honte.
VOTES:0
avatar
en tout cas moi je persiste et je signe c'est un problème générationnel ...il ya rien à faire ,...celui qui arrive à detourner est applaudi et bien vu ..les gayman n'en parlons pas!!!

le changement patriotique c'est dans une génération ou deux!!!ça va venir ....
VOTES:0
avatar
Cher olatundji

Le générationnel est héréditaire et l'hérédité continuera tant que sa racine n'est pas neurolectiquement soignée. Anxiolytiquement soignée ne serait qu'un effet sédatif qui ne guérira pas la pathologie. Il faut donc couper la racine ou la soigner efficacement .
VOTES:0
avatar
absulument d'accord avec toi l'éducation à la base sera fondamentale
VOTES:0
Un climat de défiance généralisée: Notre compatriote Wantchékon de l'université de Princeton a recemment publié une etude où il a est mis en évidence une forte correlation entre les variables "niveau de développement" et "dégré de confiance" qui prévaut entre les membres d'une même communauté. S'il existe un échantillon grandeur nature où ce modèle ferait l'unanimité c'est bien notre pays. Je n'ai pas encore les chiffres. Mais je suis persuadé que le Bénin est l'un des pays où le taux de défiance entre citoyens est encore des plus élevés au monde. Ce qui implique la difficulté de mettre sur pied des projets collectifs à même de déboucher sur des initiatives de grande envergure. Parler de démocratie populaire dans un pareil climat, j'attends personnellement de voir.D'ailleurs vous en avez chaque jour des preuves vivantes sur ce forum.
La construction d'une démocratie populaire est une entreprise de très longue haleine qui requiert par ailleurs des fondamentaux que les résolutions issues d'une semaine d'assises entre fonctionnaires internationaux, organisations syndicales,anciens tortionnaires et autres néo affidés du Prpb ne nous procureront jamais.
Vous conviendrez donc avec moi pourquoi je préconise le modèle à la Rawlings.Un brin visionnaire(la cruauté en moins) qui devra défricher le terrain sans complaisance et fixer les grandes orientations.
Lors de ce qui restera comme sa seule visite en Afrique pour l'instant, Obama disait qu'il nous faut des institutions fortes et non des hommes forts. Il a tout juste oublié d'ajouter que les premières ne sauraient exister sans les derniers.....
Bien entendu tout ceci n'est qu'une façon de voir qui n'engage que ma petite personne.
VOTES:0
@Gombo.....J'affectionne votre plaidoyer habituel en faveur du rule of law que vous désignez à juste titre comme le gage d'une société équitable offrant les mêmes chances à toutes et à tous. Bien que nous en ayons déjà débattu longuement ici, je vais vous répéter une fois encore pourquoi nous en sommes encore trop loin du tryptique majeur: le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Les causes sont multiples et proteiformes mais je vais juste insister sur celles qui me semblent déterminantes
Convoquons d'abord la base de la pyramide c'est à dire la masse: nous formons une constellation de peuplades qui n'ont pas encore fini de faire le deuil de nos antagonismes d'avant l'arrivée du colon .Conséquence, nous nous sommes retrouvés à pas de charge sous une même bannière(le drapeau national) auquel nous peinons à nous identifier. La résultante directe est le repli identitaire encore fortement ancré dans les consciences, empêchant l'emergence de véritables formations politiques d'nevergure nationale et à même de porter les idéaux d'une démocratie populaire. Le rule of the law suppose une conscience citoyenne elevée des masses instruites et à même d'appréhender les enjeux d'une nation moderne.
Une élite patriote et acquise aux causes du bien être collectif: La prise de la Bastille a été précédée d'un intense activisme intellectuel ayant pour finalité d'éveiller les masses sur l'illégitimité de la monarchie héréditaire. Ces courants de pensée ont été portés par des objecteurs de conscience que furent Montesquieu, Voltaire, Chateaubriand...etc. Cette race d'intellectuels patriotes ,désinteressés et mus par des idéaux orientés vers le bien être collectif nous fait encore cruellement défaut. La prise et le controle du pouvoir par le peuple est illusoire dans le désert d'objecteurs de conscience et de porte flambeaux qu'est notre pays. Conséquence, c'est la course au confort et au lucre qui n'épargne même plus les chefferies traditionnelles../....
VOTES:0
@Gombo.....J'affectionne votre plaidoyer habituel en faveur du rule of law que vous désignez à juste titre comme le gage d'une société équitable offrant les mêmes chances à toutes et à tous. Bien que nous en ayons déjà débattu longuement ici, je vais vous répéter une fois encore pourquoi nous en sommes encore trop loin du tryptique majeur: le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Les causes sont multiples et proteiformes mais je vais juste insister sur celles qui me semblent déterminantes
Convoquons d'abord la base de la pyramide c'est à dire la masse: nous formons une constellation de peuplades qui n'ont pas encore fini de faire le deuil de nos antagonismes d'avant l'arrivée du colon .Conséquence, nous nous sommes retrouvés à pas de charge sous une même bannière(le drapeau national) auquel nous peinons à nous identifier. La résultante directe est le repli identitaire encore fortement ancré dans les consciences, empêchant l'emergence de véritables formations politiques d'nevergure nationale et à même de porter les idéaux d'une démocratie populaire. Le rule of the law suppose une conscience citoyenne elevée des masses instruites et à même d'appréhender les enjeux d'une nation moderne.
Une élite patriote et acquise aux causes du bien être collectif: La prise de la Bastille a été précédée d'un intense activisme intellectuel ayant pour finalité d'éveiller les masses sur l'illégitimité de la monarchie héréditaire. Ces courants de pensée ont été portés par des objecteurs de connscience que furent Montesquieu, Voltaire, Chateaubriand...etc. Cette race d'intellectuels patriotes ,désinteressés et mus par des idéaux orientés vers le bien être collectif nous fait encore cruellement défaut. La prise et le controle du pouvoir par le peuple est illusoire dans le désert d'objecteurs de concience et de porte flambeaux qu'est notre pays../....
VOTES:0
avatar
Croyez-moi, c'est parce que YAYI fait pas peur, il ne fait vraiment pas peur car il est impliqué dans tout, et ceux qui le côtoient le connaissent ainsi. Si non comment comprendre que pour de ces cas de corruption avérées, des sanctions appropriées ne soient pas prise en conseil des ministres....
Ces cadres indélicats devraient être déclarer à jamais Incapable d'exercer une fonction publique ou Politique en République du Bénin, et tenez-vous Bien avec retrait de leurs passeports.
Après le coté pénal des sanctions il faudrait que ceux là ne puissent plus se faire établir un passeport Béninois afin qu'ils ne puissent pas s'exiler pour aller vivre tranquille avec notre fortune à l'étranger et revenir nous narguer sous le Vocable, Béninois de l'extérieur.
Sous YAYI beaucoup de cadres ont été relever de leurs fonction, mais pour des fautes différentes, mais les cas qui choquent sont ceux des douaniers impliqués dans les fausses sorties de marchandise tel que Marcelin ZANNOU et certains directeurs de la Douane qui font aujourd'hui la pluie et le beau temps en plaçant leurs fils afin d'éterniser la fraude.
Ne pas punir des cadres indélicats est une complicité tacite à la corruption,
YAYI a t-il les coudées franches pour sévir????? Non et Non, car il est lié pieds et mains, les exemples sont là, ou les faits sont bien têtu et l'attendent.
Ainsi les pauvres seront toujours pauvres, et les intouchable le seront toujours, mais un jour nous trouveront sauveur, un homme qui mettra fin à toute cette pagaille.
Puisse DIEU le tout puissant exauce ma prière.
VOTES:0
avatar
Il y a d'autres affaires de corruption par example la tour administrative qui ont besoin d'actions musclés. L'entourage du Chéf de l'Etat est complètement corrpompue, même au-delà des frontières béninoises et surtout dans les ambassades béninoises à l'extérieur. Ce n'est pas maintenant de prendre ces mesures de sanctions. Il faut demander des conseils au Président Kérékou.
VOTES:0
avatar
Merci, mon frère, DJOE, ce qui se passe aujourd'hui dépasse l'entendement, quand j’entends qu'on limoge quelqu'un pour détournement des fonds publique ou pour une corruption active et qu'il est libre de ces mouvements, je me demande dans quel pays nous sommes? où on encourage le vol et on protège le ******, mais on trouve le vilain plaisir d'abattre un escroc et de s'en enorgueilli?
Quand moi je regarde la configuration de ceux qui nous dirigent et de ceux qui se font appeler sages, je me demande si notre avenir n'est pas plus compliqué que sous KEREKOU et SOGLO? car sous ces deux les prédateurs de la République d'aujourd'hui n'avaient pas pue mettre leur système en place.
Mais avec YAYI qui voulait du pouvoir à tout prix, ils le lui ont donné en restant ensemble pour organiser et prononcé le KO qui met progressivement le pays au KO.
Si non comment comprendre que YAYI puisse prendre un certain Edouard OUIN OURO qui avait abandonné son poste de Préfet de l'Atacora- Donga, et relancé par voix de presse qui n'avait pas repris service, comme secrétaire Général du Gouvernement??? n'est ce pas encouragé et faire la promotion des Médiocres à la place des travailleurs???
Prenons un à un ceux là qui entourent aujourd'hui YAYI et voyons comment ils y sont, si ce n'est pas par le mensonge d'état, c'est par un lobbying religieux ou mafieux.
Voyez par exemple deux des conseillers politiques:
AMOS ELEGBE et Alexandre HOUNTONDJI, le 1er avait été ministre sous KEREKOU et il a bouffé jusqu'aux os le projet ( LA ROUTE DES PÊCHES ) l'autre est remercier à plusieurs reprise que ce soit sous KEREKOU et SOGLO.
Les Mafieux eux n'auront que leurs yeux pour pleurer, car ceux pourquoi ils avaient persécuté et chassé M. RODREGUEZ: Acheté les quittes qui ont servi à faire le KO leur a été repris avec une violence particulière. et ces bien cela la rançon de la méchanceté gratuite.
YAYI est en train de faire du cinéma, il sait tout et fait semblant de ne rien savoir, c'est quand ça devient trop flagrant qu'il liquide quelques uns pour faire taire le bas peuple.
N'est-ce pas avec ces mêmes gens qu'il avait marché contre la corruption dans ce pays??? Pourquoi quand il limoge il ne livre pas ceux là à la justice??? ou bien ceux là sont au dessus de notre justice qui elle aussi corrompu???
VOTES:0
Il est clair que que le gouvernement de YAYI, illegitime au depart, promeuvant le NON ETAT DE DROIT, sous couvert de dictature de developement, ne peut qu'engendrer et faire prosperer la corruption.
Quand le clientelisme, le nepotisme, le regionalisme sont promus en instrument de gouvernement, quand la ruse, le detournement des institutions sont la regle, n'esperez pas que les cadres/intellectuels, petits ou grands soient des modeles de patriotisme ou de vertu.

L'exemple de la corruption des cadres vient d'en haut et est etroitement liee au mode de selection et de promotion des dits cadres...
Il y a quelque mois, le sieur Ahanzo DG du Port , se faisait le donneur de lecons pour expliquer comment et pourquoi la loi devait etre violee pour arraIsonner des navires au large sans decision de justice !
Ce monsieur qui n'a aucun respect pour la loi et l'etat de droit, etait alors celebre par la clique YAYI. Pourquoi vouleZ vous que subitement il commence a respecter la loi quand des millions sont agites devant ses yeux ? L'engagement a respecter et appliquer la loi (y compris les loi anti-corruption , la nouvelle comme les nombreuses pre-existantes- ) ne peut etre selectif... et on ne peut l'attendre de gens qui doivent leur fonctions et responsabilites au clientelisme et nepotisme ambiant!
VOTES:0
avatar
Je partage entièrement votre opinion très éclairée et édifiante dans l'ensemble.
VOTES:0
Decapiter la corruption , c'est appliquer la loi dans toute sa rigueur (la prison a vie fait partie de l'arsenal des peines et si la loi le prevoit, elle doit etre utilisee), ceci requerant un etat de droit reel, des deputes qui votent des lois, des juges qui jugent en toute independance et impartialite, des forces de securite qui font executer les decisions de justice et rien d'autre.

Decapiter la corruption, c'est oeuvrer pour que le peuple ait le pouvoir et controle le pouvoir, car seulement dans ces conditions pourrons nous creer un etat de droit reel.

Au risque de donner l'impression de jouer un disque raye, je dirais que la solution est d'abord politique. Un pouvoir politique, rellement representatif -litteralement et politiquement- de la volonte populaire est le point de depart.
Un pouvoir politique populaire determine a creer un etat de droit dans tous les domaines et se donnant les moyens de le faire en faisant respecter les lois, toute les lois, et rien que les lois (rule of law).
Une economie capitaliste auto-centree, visant a developper des capitalistes nationaux, batir une infrastructure nationale, au rythme de nos capacites (elles sont grandes), de celles de notre peuple, de nos inventeurs, de nos financiers, de nos entrepreneurs agricoles et industriels, pour satisfaire d'abord et avant tout les besoins de notre marche local et regional...

Les incantations contre les cadres/intellectuels tares, et les haut-le-coeur ne vont pas resoudre les probleme de la corruption. Seul un changement politique radical, ouvrant la voie a une profonde transformation economique, pourra creer une nouvelle culture patriotique basee sur l'egalite des chances, la valeur du travail, du talent et de l'effort comme seuls moyens de reussite sociale.
VOTES:0
Je ne crois pas que la corruption soit plus innee au Benin qu'ailleurs, que les generations a venir seront "spontanement " moins corrompues que les presentes ou que "les cadres" soient le probleme !
Il y a certes une diffusion inquietante de la tolerance de la corruption dans la culture populaire, voire sa celebration ( "il faut prendre ta part... qui est fou... " etc...), mais nous devons prendre garde a ne pas confondre les effets et les causes.
La tolerance apparente de la corruption dans le discours populaire (encore faut il en circonscrire la portee) est le resultat de la prevalence de la corruption et du sentiment d'impuissance des populations a l'eradiquer et non sa cause.
La cause de la corruption est a rechercher dans un systeme politique bati sur la mise a l'ecart des populations dans la gestion et le controle de la chose publique (la republique) , ce qui permet et amplifie l'accaparement des maigres richesses produites et la subordination / dependance economique qui alimente et etend la corruption.
Car enfin, d'ou viennent ces Millions distribues par ce corrupteur , si ce n'est d'entreprise etrangeres a l'aise pour distribuer des millions en pots-de-vin parce qu'ils esperent des rendement anormaux (au plan strictement economique) du fait de ce que notre econome n'est pas soumise aux lois normales du marche d'un capitalisme auto-centre!
La solution n'est donc pas de decapiter les corrompus, mais de decapiter la corruption !
VOTES:0
avatar
Encore écolier à l'époque, nous avons vu des camarades s'expatrier ou renoncer aux études parceque le Prpb reprochait à leurs parents d'avoir été pris en flagrant délit d'arnaque. C'est justement cette incapacité à supporter le regard de la société une fois que l'on est pris en faute qui a désormais déserté les moeurs de nos jours. Nous célébrons désormais l'incurie et la culture du mensonge et de la tricherie s'enracine davantge dans les consciences chaque jour que Dieu fait. J'ai recemment vu toute une famille traiter l'un des leurs de Yêyinon(idiot en fon). Le seul tort du pauvre 'est de ne pas avoir détourné les fonds publics pendant qu'il était encore coordonnateur d'un juteux projet. Pour dire à ceux qui parlent de honte populaire que cette notion n'a plus beaucoup d'adeptes au Bénin. Je n'irai pas jusqu'à citer des noms ici. Mais entre nous.Est-ce qu'on peut parler de honte populaire dans un pays dont la classe politique est truffée de repris de justice et où le jeune adolescent de 17 ans(gayman) est déifié par tout un quartier pour avoir grugé un retraité européen voulant faire fortune sous les tropiques? Peut-on parler de honte populaire lorsque vous êtes raillé par la communauté pour (excusez du peu) n'avoir pas détourné les deniers publics lorsque vous en avez l'opportunité?
Pour vous dire que Le MAL a fini d'étendre ses tentacules dans tous les segments de la société. La seule issue pour l'en extirper est de recourir à l'extrême afin de marquer définitivement les esprits. Pour peu qu'il soit bon vivant, l'homo beninisis accorde trop d'importance à la vie pour risquer de la perdre dans le seul dessein de taper dans l'oeil de ses congenères. C'est justement par là qu'il faut le tenir en laisse.
VOTES:0
avatar
En matière de gestion, j'ai ouï dire qu'Il y a une règle qui veut tout simplement qu'on ne confie pas de l'argent à un nécessiteux. Les résultats de nos gouvernants ces vingt dernières années le confirment.
Toujours pour les esprits tordus, nécessiteux ici n'est pas dans le sens misérabiliste du terme mais plutôt de celui qui à des besoins propres à tous ceux qui rentrent dans une vie active..
L'exemple patent est que celui que Kérékou a limogé avec fracas à l'époque, parce que surpris en flagrant délit de monnayer chèrement les audiences est aujourd'hui un de nos ministres de l'enseignement, pourtant tout le monde savait qu'à chasser le naturel, il revient au galop.
En effet la honte populaire serait une arme efficace. La menace a tenu à distance pas mal de prédateurs.
Croyez-moi si vous le voulez, la tache me semble titanesque tellement elle immense, j'ai beau m'y refuser dans ce que cela comporte de barbare mais sans un Rawlings, je crains que ce ne soit un rêve. car à vrai dire, ce serait tresser les cheveux sur des poux.
VOTES:0
avatar
Cette affaire de limogeage de cadres pour corruption soulève des ommentaires et d'importantes questions de notre société.
Il est souhitable que en dehors de l'émotion circonstancielle nous pussions aborder ces question avec sérieux:
1) contrairement à ce qui est dit, la "corruption n'est pas dans nos moeurs", il suffit de se référer à notre histoire pour le voir; il n'y a pas si longtemps, personne ne se vantait de poceder des biens d'origine douteuse, aujourd'hui c'est chose courrante
2) on tire sur les cadres commes si les cadres travaillaient sans directives: il ya des cadres moins corrompus mais il ne sont pas appréciés par la hiérarchie politique qui nomment à des postes (voir le cas de Madame Houeto au début du rêgne de Yayi Boni)
3) la peine de mort n'est aps une solution car personne à mon avis n'est qualifié pour oter la vie de l'autre, par contre il y a des traitements sociaux qui sont plus dures que la mort: si on soumettait les pourris démsqués à la "honte populaire", on en tirerait plus de bénéfice ( voir les dénoncitions oygnisées lors des "élections" sous le PRPB.
4) ce n'est pas une question de génération, car ceux qui adultes sur la scene politique aujourd'hui étaient jeunes ou dolescent il y a à peine 20 ou 30 ans, où i ly avait moins de corruption! l'éducation est la clé de voute de tout
5) un système politique qui tolère la magouille u niveau où elle a été organisée aux dernières élections vec la complicité de Yayi Boni, Gnonlonfoun, Dossou Robert, Arifari et autres peut-il lutter contre la corruption de hut niveau?
VOTES:0
avatar
le 12 septembre passé sous la plume de Léonce Gama, on lisait "Yayi entre la reconquête de sa popularité et l’aveu de l’échec du changement". LNT peut se flatter d'être ce précurseur sur la vision actuelle de Yayi. Il veut tenter ces coups de 2006 pour attendrir le cœur des béninois sur l'échec de son changement refondé. Il faut remarquer qu'il fait un repli identitaire sur le peuple nagot. La reconquête lui sera difficile.
VOTES:0
avatar
Pauvre Bénin! Pauvres de nous! Je ne reviendrai pas sur ce qui a été déjà dit. Le Bénin ne souffre pas de Président mais d'Hommes. Le Bénin est pourri jusqu'à son armée et cela me fait peur. Une administration au sein de laquelle la pagaille est installée. On fait signer et viser n'importe quoi au chef de l'Etat qui lui pense avoir désigné des hommes et des femmes de confiance de qui, rien ne souffrirait d'insuffisance vu leur dévouement hypocrite.
J'ai mal et je saigne. Je fais appel au chef de l'Etat à voir dans son cabinet militaire pour corriger bien d'autres tromperies qui draine le pays dans les décors.
VOTES:0
avatar
UNe simple comédie ou spectacle de YAYI pour faire oublier aux béninois sa sortie malheureuse du 1er Août et ainsi reconcquérir son image. ç'est sa stratégie depuis toujours. pour exemple, ON peut citer CENSAD, ICC où LAWANI et ZINZINdoHOUE sont limogés servant de bouc émissaire. c'est lui-même qui monte ses mafias et les démonte par comédie quand ça lui plait.
VOTES:0
avatar
Ce n'est pas encore fini,le limogeage fera à coup sûr son petit bonhomme de chemin.D'autres têtes plus importantes tomberont.Du courage mon Président.Mais faites attention pour que cette tâche qui vous entoure ne vous colle pas au cou.Chers compatriote ,je vous encourage à vous élever dans la corruption afin d'enliser plus le bénin dans l'extrême pauvreté,mais sachez que, si Dieu vous pardonne ,Satan vous livrera à Yayi le second Dieu béninois. merci
VOTES:0
avatar
Affaire classée. Oubliez tout, nous on avance... Prochain rendez-vous.... La nomination et les promotions de ces memes cadres . Mais ... Probleme: ils ne sont pas de la commune de beterou? De Savè? Ohhhooohhh, dommage, ils n'ont aucune chance. Lol...
VOTES:0
avatar
OLATOUNDJI1, pourquoi vous donnez trop de soutiens et slips à notre président sans rien faire, et le pillage est votre compétence????
VOTES:0
avatar
je ne suis pas d'accord avec toi dans l'ensemble,,, MAIS sur kotchoni oui ... vraiment dommage il a fait la pluie et le beau temps en utilisant sa relation rapprochée avec yayi ,,,,de lui je ne suis PAS surpris ,,,mais les autres en particulier OURO ?C'EST VRAIMENT DECEVANT.......yayi seul ne peut rien ,,ceux qui travaillent dans l'administration savent bien qu'un chef ne lit jamais un document(il jete un regard sommaire) de 5 0,, 60 voir 100 pages avant de signer il a souvent ses hommes de confiance qui font le travaille à sa place ...au bénin je me pose maintenant la question de savoir QUI EST MAINTENANT L'HOMME DE CONFIANCE DE YAYI BONI!!???C'EST REGRETTABLE
VOTES:0
avatar
c'est vraiment dommage que yayi ne voit pas combien de fois il met le peuple béninois a genoux avec sa comédie. dire vouloir faire avancer le pays et même temps persister a garder les gens qui créent des problèmes partout, on finira par comprendre que son seul et unique but est d’asphyxier ce pays. koupaki kogui ndouro et consorts ont géré de manière calamiteuse le pvi. mais ils sont tjrs la et jouissent encore de sa confiance. desire kotchoni, un veritable mafieux connu pour ses affaires de rançonnement est tjrs la et ne prend qu'une mise a pied après ce lourd scandale.
c'est vrai dommage de sacrifier l'avenir de tout un peuple de la sorte. quel type de croyant es tu.
VOTES:0
avatar
Ce que je crois: L'éducation doit reprendre une place de priorité dans notre société. J'ai l'impression qu'il n'y a plus d'éducateur ni de formateur chez nous qui éduquent, forment pour rendre le béninois responsable de lui-même et de la nation. Tout se fait comme si l'argent facile, ce que l'on peut gagner sans rien faire est l'ultime but poursuivi par le béninois d'aujourd'hui. Il va falloir reprendre l'éducation de nos progénitures, de la jeunesse et toute la population en main. Il faudra que nous tous nous reapprenions que c'est aussi une satisfaction de vie quand on aime sa patrie et lui rend des services loyaux avec désintéressement. Les télévisions du monde entier rapportent dans nos salons tous les biens matériels que l'ont peut avoir aujourd'hui mais savent-ils nos cadres que tous ces biens ne font pas automatiquement le bonheur? J'ai aimé mon pays le Bénin et je l'aime encore toujours gràce à ce que mes parents et éducatueurs m'ont inspiré. C'est cet amour de la patrie qui nous soutient pendant les moments difficiles, c'est cet amour de la patrie et le service que nous pouvons lui rendre avec désinteressemt qui nous comblera de satisfaction et de la vraie paix du coeur.
VOTES:0
avatar
Nous attendons aussi les tetes de ceux qui sont impliquer dans les affaires SEN SAD, Machines agricoles et le tres grands dossier de tout les temps: ICC. Les tetes ne sont pas encore tomber, on attends...
VOTES:0
avatar
Cessez d'accuser les cadres. Vous faites tous semblant de ne pas regarder la réalité en face.
Il y a quelques jours, tous ces limogés ont organisé des marches de soutien suite aux propos du Chef. Il faut bien de l'argent pour financer toutes ces marches puisqu'elles n'ont jamais été spontanées.Eh bien maintenant nous savons maintenant leurs sources de financement.
VOTES:0
avatar
Toi tu n'as pas honte?
VOTES:0
Voilà comment le changement échoue!!! Il y a quelques jours j'ai fait un commentaire à la suite de l'article de LNT sur les propos du PR à DOGBO, mais comme d'habitude c'est parce que je supporte aveuglement Yayi que je le défend.

Cette affaire met en lumière ce que sont nos cadres, je dirai même la plus part des agents de l'Etat. Combien de fois moi, dans l'exercice de mes fonctions alors que je venais pour des formalités courantes pour le compte de l'entreprise qui m'employait, des agents ne me proposaient pas des solutions moins que ce je devrais payer dans la caisse de l'Etat moyennant une enveloppe pour eux!!!

C'est sérieux et très sérieux ce qui se passe!!!
Une chose est d'avoir bon programme pour le pays, encore qu' il faudrait bien connaître les maux dont souffre le pays pour pouvoir apporter les remèdes appropriés.
Avis à ceux qui ont peu d'expérience du pays et qui cherchent à le diriger!!!.
VOTES:0
avatar
KASS Ecrit:
Voilà qui est bien dit. Le Président de la République est obligé de travailler avec les fils et filles du Bénin mais en nommant les gens, il n'est pas devin pour savoir ce que le nommé est capable de faire dans l'obscurité. A cette allure, je me demande s'il ya encore d'homme intègre chez nous

tu sais meme son fils ......si il a grandi au bénin devant l'argent il va le trahir ....

la corruption c'est dans nos moeurs notre culture secondaire ..il y a rien à faire on doit laisser passer une génération ou deux... pour voir des hommes intègres et vertueux au bénin
VOTES:0
avatar
oui napolèon ...c'est vraiment amer .....je peux t'ajouter en plus de ce projet allemand d'autres projets de construction routière : route des peches ,,route godomey pahou une machination inimaginable ....si je me mets à vous raconter les desous de cette affaire vous allez avoir la chair poule c'est dramatique ...et je crains que le bénin va rester longtemps dans cet état actuel il ya rien à faire ---on va attendre une génération ou deux ..encore peut etre pour voir vraiment un changement patiotique dans l'état d'esprit des gens ..dommage un vrai gachis !!!!!
VOTES:0
avatar
:ooo: :ooo: le majordome est puni pour avoir insulté le Dg port dans cette sulfureuse affaire.c'est bien YAYI.Mais quand est il du corps du corps :0
VOTES:0
avatar
Voilà qui est bien dit. Le Président de la République est obligé de travailler avec les fils et filles du Bénin mais en nommant les gens, il n'est pas devin pour savoir ce que le nommé est capable de faire dans l'obscurité. A cette allure, je me demande s'il ya encore d'homme intègre chez nous
VOTES:0
avatar
ici j'ai souvent écrit que yayi boni est seul contre tous au bénin....en voilà de nouveau la preuve... ("kotchoni ..je le connais très bien) .dns ce contexte je me demande qui est ce fonctionnaire integre qui peut aider yayi boni à sortir le bénin du sous developpement ..??je crains que ma question restera sans réponse
VOTES:0
avatar
Cette affaire des vins de pôts dans les couloirs du pouvoir chez nous cause des dégats immenses. Vous avez beau avoir des bonnes idées pour votre pays et revenant de l'extérieur pour mettre un petit projet en place, la culture des vins de pôts vous decoit et vous dissuade. Ainsi la communauté béninoise d'Allemagne souffre à présent de ce mal. Un projet de la redynamisation de la culture du palmier à huile dans la région de Houêzoumê dans le département de l'Atlantique traîne depuis des années à cause des exigences excessives des pôts de vins. Les allemands sont prêts au financement. Les fonds nécessaires sont tranférés au Bénin et blocqués sur des comptes de banque. Alors qu'il s'agit d'agrandissement des plantations et la construction des nouveaux types d'usines pour la fabrication du diesel dans le cadre du traitement de l'énergie écologique en remplacement des centrales électriques atomiques en Allemagne. Tout est bloqué par ce que le dossier ne passe pas pour raison de pôts de vins et les sous-tables que les allemands ont de peine à faire passer dans leur comptablité pour le fisc. Ainsi les popualtions de chez nous se trouvent toujours privées de ce qui pouvait améliorer leurs conditions. Tout cela parce que les cadres au sommet des ministères veulent prendre d'avance leurs parts d'un gâteau qui n'est pas encore cuit. Je pense bien comme Agadjavijiji que seule la peine de mort pourra rémédier à cette culture de corruption *************.
VOTES:0
Il serait interessant de restaurer la peine de mort et de rendre la corruption d'Etat passible de la peine capitale. C'est seulement à ce prix qu'on pourra s'affranchir de la boulimie de nos cadres. Les limogeages et remises à disposition n'ont aucun effet dissuasif dans un pays où le banditisme d'Etat est célébré. Le mal est désormais si profond qu'il n'emeut plus grand monde. Une thérapie de choc sera donc la bienvenue. La haute corruption commence par nous coûter cher et executer publiquement quelques ripoux convaincus de crimes économiques ferait un grand bien à ce pays.C'est d'une oeuvre de salubrité publique qu'il s'agit et ce n'est pas cher payé d'envoyer à l'échafaud quelques individus pour sauver neuf millions d'âmes. Ce peuple a trop souffert de son élite. Les futurs aspirants à la fonction suprême n'ont qu' à y penser serieusement. Le Bénin a besoin de son Rawlings. C'est une évidence.
VOTES:0
avatar
NonVi, ca fait bien longtemps!
Ta méthode est est de la plus grande cruauté, et malgré mon plus grand désaccord, je pense que c'est l'une des meilleures issues pour calmer ce vent de corps d'état véreux. En effet, je pense qu'à l'instar de plusieurs grandes nations, la maison n'a pas été correctement purgée et nous payons le prix des plaies qui ne cicatriseront jamais tant que la peine, ou du moins le sentiment de peur suscité ne sera pas supérieur au délit. En économie, certains appelent ça le dilemme du prisonnier. !

Agréable weekend
VOTES:0
Que veux-tu mon frère? On ne peut tout de même pas laisser une poignée de kleptocrates hypothéquer indéfiniment le sort de toute une nation. Il existe peut être d'autres moyens mais je n'en vois pas hélas d'autres méthodes que celle exposée supra. A cette allure, ils vont torpiller toutes les tentatives de mise sur orbite du pays car quelque soit par ailleurs sa bonne foi ou je ne sais quoi, il n'existe pas ce dirigeant au monde qui puisse s'en sortir sans des cadres patriotes. Il faudra purger et fixer un nouveau cap par la pédagogie de l'exemplarité. Certes,on fabriquera quelques orphelins au passage. Mais ce sera pour l'intérêt suprême de la nation et du bien être collectif.

J'attends toujours tes nouveaux articles de l'autre côté......Bon week end!
VOTES:0
avatar
@Agadhavidjidji

Slt
Je comprends votre colère mais aucune douleur ne justifie la mort d'un homme. La vengeance n'appelle qu'à la vengeance, c'est une chaine interminable. L'abolition de la peine de mort a fait rentrer notre pays dans les cours des grands. Soyons fiers.
Cordialement
VOTES:0
avatar
Cher WGACTU,
Je pense que la philosophie mise de côté, la notion de biens publics et de denier public est très mal comprise par nos élites. Nous sommes jusqu'à présent dans un Etat laïque où l'Etat et la République sont ce qu'il y a de plus suprême.
Nous en sommes à un niveau où le laxisme est prépondérant. Dans la rue, même si c'est malheureux, seule la vindicte populaire contrecarre le problème au niveau du peuple, et encore....

Pour moi, je ne doute pas que le signal doit venir de beaucoup plus haut et doit être fort!

Et pour cloturer, les USA, la Chine sont dans " la court des grand" mais ratifient toujours à la peine de mort.
Sauf si vous nous trouvez un moyen de sévir à la hauteur de la "justice transcendante".
VOTES:0
avatar
Cher Yin
Je comprends vos inquiétudes mais il ne faut pas mélanger la loi fédérale et la loi de chaques état issus de la fédération américaine. La loi fédérale n'a pas légiféré sur la peine de mort. Seuls les lois de certains états appliquent cette peine de mort et comme vous pouvez observer, beaucoup ont interrompu l'exécution des condamnés à mort ; c'est une avancée substantielle. Le Bénin ne peut donc sous prétexte de douleurs, recommencer ce qui est en cours d'extermination aux USA. Quant à la Chine, c'est une autre affaire qui risque d'être assez long à débattre ici.

S'agissant des vindictes populaires : Dans un état de droit, la force est réservée uniquement à la loi. Nul n'a le droit de rendre lui-même justice dans une démocratie civilisée.
VOTES:0
avatar
Justement, c'est en l'absence de toute loi stricte et punitive que la vindicte populaire prend le pas.

Quant aux USA, c'est principalement pour des raisons économiques que la peine de mort est stoppée. Au Bénin, nous ne dépensons pas encore des millions en avocats commis d'office donc le problème n'en est pas là.

Et le Japon alors, pays de loi et de droiture absolu, la peine y est toujours d'ordre donc je pense qu'elle en est pour quelque chose.
On peut éternellement débattre de sa valeur et de sa moralité, mais en tant que châtiment, je doute fort que le débat y soit d'ordre.
VOTES:0
avatar
Cher ami...C'est la fin qui justifie les moyens. Je n'éprouve aucun, mais alors aucun état d'âme s'il s'agit de désinfecter une nation de ses virus. Vous ne pouvez vendre nulle part au monde un pays qui trône à la 110/170 ème placement dans le classement des pays les plus corrompus du globe. Vous avez beau être animé d'une déterminination herculéenne, personne ne vous prendra au serieux quand vous irez convaincre des investisseurs de venir mettre leur bille dans un pays où les maîtres chanteurs sont ceux là même qui sont chargés de les introduire auprès de la haute autorité. Vous ne pouvez implémenter aucun projet, fût-il le plus ambitieux du globe quand vous ne pouvez même plus avoir confiance en votre secretaire particulier. On me retorquera que la pourriture reste la pourriture. Mais en parlant de peine de mort, je n'inclus pas dans le champ d'application de la loi le petit smicard à qui l'usager pressé glisse un billet de 1000 francs pour lui "suivre" un dossier en souffrance. Je vise cette forme de corruption qui est la spécialité de hauts fonctionnaires dans l'exercice de leur mission et qui font perdre quantité de milliards et de projets de developpement à la dernière économie de l'uemoa. Vous allez vous raviser le jour où vous allez croiser un habitué des couloirs du palais de la marina. Je peux déjà vous souffler que c'est le théâtre par excellence des transactions les plus sordides.
VOTES:0
avatar
quit au double Ecrit:
c'est bien honteux; OUIN OURO aussi?

OUI! lui aussi!
j'ai été une de ses victimes et je peux le prouver... mais certainement pas ici, du moins pour l'instant.
VOTES:0
avatar
il n'y a pas de corruption sans corrupteur et corrompu. dans ce dossier l'opérateur a été fatigué de se faire corrompre et a préféré dénoncé les auteurs. c'est tout simple.

non seulement il a donné mais aussi le travail a traîné. y en a eu marre et puis zut !
VOTES:0
avatar
Et les autres nagots : Kotchoni et DOSSOUMOU? mes oreilles!!!
VOTES:0
avatar
Voilà un des faits qui justifient la pauvreté de la majorité des Bébinois et surtout des peuples. On dit souvent que ce sont les hommes politiques qui sont riches cela se justifie maintenant avec des millions et milliards de cadeaux qu'on leur offre sous forme de corruption pour pousser un dossier ou pour avoir un marché d'Etat.Mais c'est ******** car c'est seulement eux qui vivent bien tandis que la majorité du peuple vit au-dessous de la pauvreté. Ayez la crainte de DIEU. Le peuple vous a élus pour pouvoir l'aider à sortir de la misère mais hélas vous vous servez avec vos parents et amis. C'est ça la politique en Afrique et plus particulièrement au Bénin mais DIEU est GRAND.
VOTES:0
avatar
C'est le vrai visage de nos cadres.
VOTES:0
avatar
On ne le dira pas assez, seul le Président élu ne pourra rien faire. La psychologie du béninois est infectée d'un mal très nuisible à la société, le mal ataviste de perméabilité aux faux et à la corruption ambiante. Voilà des cadres de la nation qui ont des postes enviés et enviables mais qui nuisent au dévéloppement et à l'avancement du pays en empêchant des potentiels investisseurs dans notre pays par leurs comportements déshonnereux. C'est le mérite du Président YAYI de dévoiler ces genres de choses qui tout le temps ont été du surcroît couverts par les autres présidents. Voilà un Président animé d'une volonté innébranlable pour améliorer les conditions de vie des populations, mais à qui les cadres incompétents ****s entravent toutes les bonnes actions et font tout pour torpédier le valeureux projet de société:en cours, celui du changement par émergence. Que les auteurs de cette affaire malsaine ne soient pas seulement limogés, mais que procès avec les sanctions prévues par la loi leur soit faite. Vive la République, vive le Président YAYI Boni.
VOTES:0
avatar
Vous avez raison. Le principal problème du Benin n'est pas Yayi, c'est les béninois.
VOTES:0
avatar
Vive le president yayi? LOL................

S'il y a corruption jusqu'a ce niveau , au sommet de l'etat, je doute tres fort qu'il ne sache rien. Je pense que ils ont sentit que l'affaire allait eclater, surtout a cause des enregistrement, et ils ont vite fait de pallier au plus presser. Il y encore des complices au plus haut , voir des ministres et meme notre champion...LOL...
VOTES:0
avatar
bonjour à tous,
le marjord'homme de qoui il se mêle, il doit être aussi limogé comme tout le reste. Sa veut dire que Yayi sait ce qu'il fait comme c'est des parents à lui, il les a laissé. mais ce limogeage mais il reste il qu'a fouillé encore.
Bne journée à tous
VOTES:0
avatar
Je pensais que lorsque nous parlons de Corruption, qu'il falait avoir au moins deux acteurs: Corrupteurs et corrompus. Eclairez moi. Je ne comprends rien de ce dossier. je connais des pays ou des corrupteurs de cette race devaient disparaitre du monde des affaires.
VOTES:0
avatar
Le grand et le chef même de la mafia le Docteur est encore là. la haute corruption a du beaux jours devant elle. Pure folklore, c'est vraiment du pipeau...
VOTES:0
avatar
Le grand et le chef même de la mafia Yayi Boni est encore là. La haute corruption a du beaux jours devant elle! Pure folklore, c'est vraiment du pipeau...
VOTES:0
avatar
c'est bien honteux; OUIN OURO aussi?
VOTES:0
avatar
POURQUOI ET POURQUOI LE MAJORDOME DE YAYI N'A PAS ETE LIMOGE ?
POURQUOI LE SG DU GOUVERNEMENT N'A PAS ETE LIMOGE ?
CURIEUX :0 STUPEFACTION :ooo: PIPEAU :( NON - DIT :angry-red:
LE CHANGEMENT VIENT UNE NOUVELLE FOIS ENCORE D'AJOUTER UN TROPHEE A SON ACTIF : LE PORT DE COTONOU :)
-ICC !
- CEN -SAD !
- MACHINE AGRICOLE !
ET LA LISTE EST LONGUE ....
LE DERNIER TROPHEE A ETE GAGNE AU PORT DE COTONOU ET LA HONTE EST BUE JUSQU'A LA LIE PUISQUE DES CARTONS ROUGES ONT ETE RECU PAR LES SIEURS [ OUIN OURO , BIO SAWE ET LE TRES JOSEPH AHANHANZO ]
NB: QUE DIRE DE CEUX QUE L'ARBITRE [L'INTRUS ] A OMIS VOLONTAIREMENT DE SANCTIONNER ? C'EST DIRE QUE YAYI PRENDS LES BENINOIS POUR LES VOISINS DE L'OUEST DU TEMPS DE EYADEMA PERE ! CES DEUX QUI ONT ECHAPPE AUX SANCTIONS SONT PLUS TREMPE QUE LES SANCTIONNES CAR ILS RISQUENT DE METTRE LE ROI A NU SI ON LES TOUCHAIT TROP FORT !
VIVE LE CHANGEMENT :x
VIVE LA REFONDATION :no-comments:
A BAS L'OPPOSITION QUI NE COMMET AUCUN SCANDALE :0 :0 :0
SUPPORTERS DE YAYI : REAGISSEZ !
VOTES:0
avatar
Pure folklore, c'est du pipeau...
VOTES:0
avatar
Yayi se réveille et j'en suis fier
Limogé n'est pas la solution, mais que les loi leur soient appliqué, vendre leur bien, et les remet à néant plus que le dernier pauvre du Bénin.
Autres scandale: recrutement 300 policiers, Dégla seul a pris frauduleusement 200 personnes lui seul, que Yayi fouille encore dans ce dossier.
Il est entouré vraiment des cadres de mauvaise foi, gang-stère.
YAYI Boni, Réveille toi, si non, ils te couvrent les yeux avec leur soutien et slip pour piller le pays, et tu seras le seul respo devant le peuple et la nature.
VOTES:0
Soutien et slip? la pourquoi s'en faire s'il aiment se faire couvrir?


marichesse.com
VOTES:0

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube