Corruption autour du projet du port sec de Tori : les dessous des limogeages au port et à la présidence

Encore une affaire  de grande corruption dans la république. Si cette fois si, le Chef de l’Etat n’a pas seulement menacé de faire « un homme mort » comme dans le cas de l’affaire Pvi, il a au moins pris la peine de limoger les cadres fautifs. Après le Secrétaire général de la présidence Edouard Ouin Ouro mercredi soir, c’est les tours de Ishola Bio Sawé, Directeur de cabinet du ministre de l’économie maritime et de Joseph Ahanhanzo, Directeur général du port de Cotonou d’être limogés hier matin.

Ils sont tous accusés d’avoir reçu des pots-de-vin auprès d’un certain Eric Hounguè, patron de la société Hemosia, communément appelée Hemos initiatrice du projet du port sec de Tori Bossito.  Il s’agirait d’un projet de près de 100 milliards qui sera financé par des partenaires américains, allemands, nigérians, sud-africains… et la Banque ouest africaine de développement(Boad). Il s’agit d’un projet ambitieux  qui fait partie du projet « épine dorsale » conçu pour faire du Bénin un vrai pays de transit et de service avec des pays de l’hinterland. Mais alors que le projet évoluait, des piétinements ont commencé à être notés. En fait, une commission avait été mise sur pied par le Chef de l’Etat pour conduire ce projet et était composé de ceux là qui sont limogés actuellement. Cette commission devrait préparer tous les documents administratifs nécessaires pour la concrétisation du projet. Et c’est à ce niveau que les membres de la commission ont commencé à traîner les pas alors que le promoteur était mis sous la pression par les bailleurs. Pour donner une chiquenaude à son projet, il a commencé à soudoyer tous ceux-ci afin qu’ils signent vite les documents.  Le  Dg du port, le secrétaire général du gouvernement et le Dc du ministre de l’économie maritime Bio Sawé auraient tous reçu de l’argent.  Mais curieusement, le piétinement du dossier a continué. Selon des indiscrétions, ils auraient commencé à exiger plus d’argent avant de signer le projet. C’est alors même que l’intéressé a décidé de dénoncer le fait. Et surtout qu’il disposait à son niveau d’enregistrement sonore sur le secrétaire général de la présidence qui exigeait plus d’argent  pour  signer ces textes. Mais malgré cela, silence radio. Il a commencé à parler jusqu’au moment où l’affaire arrive au niveau du Chef de l’Etat.

Les sanctions

Selon les indiscrétions, le Chef de l’Etat a seulement pris la décision de limoger Ouin Ouro contre lequel on a brandi un enregistrement sonore. C’est ainsi qu’il a été limogé le mercredi soir. C’est alors que les pressions ont commencé à tomber sur le Chef de l’Etat afin qu’il limoge tous ceux qui sont impliqués dans le dossier. En effet, au cours de la confrontation que le Chef de l’Etat a organisé, le Dg du port aurait clairement affirmé que le promoteur lui a juste fait un cadeau et que celui-ci n’était pas conditionné à la signature de ce dossier et que c’est pour cette raison qu’il n’a pas signé. L’autre contradiction est survenue autour du montant reçu. Selon le ministre de l’économie portuaire Valentin Djènontin qui est passé sur le plateau de l’Ortb hier soir, le promoteur  aurait  affirmé avoir donné 31 millions au Dg Ahanhanzo alors que lui-même dit n’avoir pris que 5 millions. Que dire du majordome de Yayi, Désiré Kotchoni qui selon le ministre Djènontin aurait reçu une mise à pied de un mois avec privation de salaire pour avoir appelé le Dg Ahanhanzo et le Sg Ouin Ouro pour les gronder ? Bien curieux ce majordome. Une autre version circule, plus vraisemblable et qui fait dire que ce majordome est bien impliqué dans la prévarication, qu’il aurait reçu sa part et qu’il n’a livré la vérité au Chef de l’Etat qu’après avoir constaté que ce dossier allait éclater. Idem du Sg du gouvernement qui reçoit aussi la même sanction que lui pour légèreté. Si rien n’est dit sur son implication dans le dossier, il est bien curieux cette légèreté dont on nous parle. Son niveau de responsabilité reste donc à situer. Comme d’ailleurs celui du corrupteur à qui on ne semble rien reprocher. Le Chef de l’Etat aura réussi à faire un petit effort dans sa volonté de lutte contre la corruption en limogeant des gens très proches de lui(Bio Sawé est l’un de ses cousins et son majordome est aussi un de ses parents). Mais il reste à élucider certains points. Qui est ce jeune opérateur qui mobilise autant de milliards pour un si ambitieux projet. Est-ce vraiment lui le vrai propriétaire ? Des doutes subsistent sur le montant de ce projet, de même que le dégré d’implication du Chef de l’Etat lui-même. Le majordome agissait au nom de qui ? Cette décision confirme au-delà de tout l’instabilité qui règne à la tête du port de Cotonou depuis l’arrivée de Boni Yayi au pouvoir. Au total, six Dg ont pris par la tête du port sans grand succès. Aux dernières nouvelles, le Dg Ahanhanzo pourrait être remplacé par Adrien Sakla, agent du port et originaire du Zou comme son prodécesseur.

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube