L'Angola prend des mesures qualifiées d'anti-islam

La peur de l'islam radical n'est pas l'apanage des occidentaux. En effet, au mois d'octobre, en Angola, des actions hostiles ont été menées dans plusieurs villes du pays. Plusieurs officiels se sont prononcés sur le sujet. Le gouverneur de la ville de Luanda a résumé l'acte en affirmant que les musulmans radicaux n'étaient pas les bienvenus en Angola et que le gouvernement n'était pas prêt à légaliser la présence des mosquées dans le pays.

La ministre de la culture, Rosa Cruz est allée dans le même sens en affirmant que  : « Le processus de légalisation de l'Islam n’a pas été approuvé par le ministère de la Justice et Droits de l’Homme, leurs mosquées seraient fermées jusqu’à nouvel ordre ». Il faut rappeler que le pays est constitué à 95% de chrétiens et a une culture plutôt chrétienne. Le gouvernement a donc décidé de détruire à long terme, les mosquées du pays jugées illégales, l'islam n'étant pas considéré comme une religion à part entière dans le pays. En octobre dernier, le minaret d'une mosquée principalement fréquentée par des guinéens a été démonté. Dans la commune urbaine de Zango, la municipalité serait allée plus loin en détruisant la seule mosquée de la ville.

Lire aussi : Angola : Le gouvernement justifie la destruction des mosquées

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube