Centrafrique : l’exploit diplomatique assez osé de Djotodia à Cotonou

En tournée dans la sous-région ouest-africaine, le Président contesté de Centrafrique, Michel Djotodia, n’a pas évité le Bénin, comme le pensaient bon nombre d’observateurs. Il a rendu visite, mardi dernier, au Président Yayi avec qui il a eu des relations très difficiles dans son passé d’opposant politique à Bozizé.

C’est sûrement la plus émouvante de ses visites dans les pays de la sous-région. En foulant, ce mardi, le sol béninois, auréolé de sa couronne, certes contestée, de Président de la Centrafrique, Michel Djotodia devait être très ému. Le Président centrafricain a connu son enfer sur terre à Cotonou, quelques années plus tôt. Alors qu’il fuyait la répression politique de son prédécesseur, François Bozizé, Michel Djotodia a trouvé refuge à Cotonou. Mais, il avait oublié de compter sur les relations très fraternelles entre Bozizé et Yayi. Le premier, informé, avertit le second de l’aider à arrêter des opposants installés à Cotonou. Avec l’implication personnelle de Yayi, deux opposants centrafricains seront arrêtés à Cotonou. Parmi eux, un certain Michel Djotodia. Il purgea 18 mois de bagne à Cotonou.  Après cela, il ne rentre pas à Bangui, comme son compère, pour aller occuper des responsabilités dans l’appareil d’Etat. Il reste à Cotonou, trime et galère. Il mène une vie austère, loue un appartement modeste du côté d’Atrokpocodji, et fonde même une famille.  Téméraire, il résiste à tout et ne rentre à Bangui que lorsque ses proches politiques commencent à prendre corps.

Il ne rentre que l’année où la rébellion est lancée contre Bozizé. Il y prend la tête et devient ministre après les Accords de Libreville. Le rêve de Djotodia est encore devant. Il use de sa ruse pour renverser Bozizé.  Son ami Yayi est le premier à lui avoir accordé un exil sans qu’il ne le demande. Mardi, Djotodia      revient à Cotonou et rencontre son ancien «bourreau» à qui il demande de l’aider à regagner la confiance de la communauté internationale. Ceci est un acte de grandeur d’esprit de la part de Djotodia qui a ainsi fait table rase de passé sombre. «Tu m’as fait prisonnier, me voici de nouveau, Président», serait-il en train de se murmurer intérieurement. Et la carte diplomatique, il l’a joué à fond à Cotonou. Lui qui a lancé un mandat d’arrêt international contre Bozizé, trouve qu’il peut rentrer désormais à Bangui puisqu’il est Centrafricain. Plus pathétique, il demande presque l’impossible à Yayi : l’aider à légitimer son régime de force. Et qui sait si Yayi n’est pas tombé sous le charme de sa séduction diplomatique. Et loin des sophistications de la Diplomatie, il est allé voir ses anciens compagnons d’infortune, à Atrokpocodji, pour la fête du Président centrafricain le plus béninois.

 

Inscription Newsletter

Suivez-nous

RSS facebook Twitter google plus Youtube