La Nouvelle Tribune

La revente des voitures d’occasion en Afrique, un secteur en pleine croissance

Espace membre

Nous connaissons tous dans notre entourage au moins une personne qui, cherchant à se séparer de son véhicule, a pu avoir la surprise d’entendre que son auto allait partir prendre le soleil en Afrique, pour y être revendue. En effet, il s’agit d’une filière de distribution automobile de plus en plus florissante. Selon la plupart des estimations, entre 4 et 5 millions de véhicules quittent chaque année l’Europe, direction l’un des 54 pays qui composent le continent au sud de la Méditerrannée.

Parmi celles-ci, 450 000 d’entre elles sont écoulées en Afrique de l’Ouest. Le plus grand point d’entrée de quatre-roues d’occasion de cette région est le port de Cotonou, la capitale économique du Bénin. Quatrième port d’Afrique de l’Ouest, il voit défiler chaque année environ 340 000 automobiles, qui, de là, partent alimenter les marchés nigérian, burkinabé, nigérien, malien, togolais… 80 000 autres arrivent par la ville de Douala, au Cameroun. Enfin, c’est le Sénégal qui se place en troisième position, avec 78 000 importations en 2014. A titre de comparaison, seulement 2 000 à 3 000 autos neuves y sont vendues chaque année.

Mais pourquoi un tel engouement pour les véhicules de seconde main ? Tout d’abord, c’est évidemment une question de prix, les véhicules d’occasion étant toujours moins onéreux que les neufs. Mais également grâce à la particularité du système de distribution. En effet, une fois n’est pas coutume, les géants du secteur peinent à s'approprier la plus grosse part du gâteau. Ce sont plutôt des particuliers qui vendent leurs marchandises sur le bord de la route qui trustent toute l’industrie. La raison ? Ils ne sont tout simplement pas soumis aux même restrictions gouvernementales que les grands acteurs du marché, sont souvent bien connectés politiquement et disposent de filières d’approvisionnement moins chères. Une configuration pour le moins originale, dans un monde où le rachat de voiture profite rarement aux classes les moins privilégiées !