La Nouvelle Tribune

2015: année très difficile pour les pays exportateurs de pétrole

Espace membre

Aon, cabinet de conseil en gestion des risques, a,  en partenariat avec «Roubini Global Economics», réalisé une étude sur la situation des pays exportateurs de pétrole en 2015. L’étude, publiée ce mercredi 04 mars 2015 et dont l’agence Ecofin fait cas, révèle que l’année en cours s’annonce très difficile pour ces pays.

Qu'ils soient d’Afrique, de l’ex-Urss ou du Moyen-Orient. Deux raisons fondamentales expliquent ce mauvais présage. Primo, certains pays sont exposés à des «risques géostratégiques propres». Ce sont les actions des groupes djihadistes qui les déstabilisent, affectent leurs voisins et les sanctions occidentales.

Dans le premier cas, on peut citer la Libye, l’Irak, le Nigeria, la Syrie, l’Egypte, la Tunisie et le Maroc, entre autres. Dans la deuxième catégorie, il s’agit de la Russie ; sous le coup de sanctions occidentales pour son implication dans la crise ukrainienne.

Secundo, on a la chute des cours de pétrole. Selon Ben Heaney, responsable du département risque politique, cité par Ecofin, cette chute «augmente significativement les risques de défaut de paiement d’entreprises» des pays exportateurs «ainsi que le risque de non convertibilité de leurs devise».

En effet, dans certains pays, les recettes pétrolières sont utilisées pour subventionner les produits de première consommation. Ce «système coûteux de subvention» permet aux dirigeants «d’acheter la paix sociale». Avec la chute des cours de pétrole, qui entraine la baisse des recettes publiques, «des décisions difficiles seront rapidement imposées» à ces pays, projette Ben Heaney.