La Nouvelle Tribune

Le gouvernement français bloqué par la crise de l’immobilier

Espace membre

Ce n’est une surprise pour personne : le secteur de l’immobilier va mal en France. Si l’on en croit l’INSEE, la conjoncture actuelle coûte à l’Hexagone 0,4 point de croissance par an. François Hollande confirme la nécessité de relancer le secteur afin de “relever le niveau de croissance au plus vite”. L’investissement locatif serait sa cible prioritaire.

Une situation de plus en plus urgente

Depuis plus d’une dizaine d’années, la construction de logements neufs ne cesse de baisser en France (elle devrait perdre 3,1% en valeur cette année). Les permis de construire, quant à eux, enregistrent une baisse de 20,2%. Et cela a des conséquences néfastes pour ce pays. Outre le manque de logements disponibles, les professionnels du secteur constatent une perte globale de 20 000 emplois dans le bâtiment. Une situation paradoxale quand on sait que la France génère un besoin annuel de 450 000 nouvelles habitations. Face à l’urgence de la situation, le gouvernement français a donc décidé de mettre en place un certain nombre de mesures destinées à relancer la construction de logements neufs. Le plan de relance prévoit notamment 50 nouvelles actions destinées à simplifier les normes de construction.

Inciter les particuliers à investir dans le neuf

Mais le cœur de la manoeuvre consiste à relancer l’investissement locatif, principal moteur du dynamisme de la construction. Le dispositif Duflot devrait surbir des modifications importantes. Un arrêté ministériel a d’ores et déjà prévu de reclasser un grand nombre de villes au sein des zones Duflot A/B/C. Marseille, Lille et Lyon, qui possèdent toutes les trois un marché tendu, passeront en zone A, rendant ainsi le dispositif fiscal beaucoup plus attractif. Le second changement devrait concerner la location du bien puisqu’il est prévu que l’investisseur, contrairement à ce qui est le cas actuellement, puisse le louer à un de ses ascendants ou descendants. Les investisseurs peuvent avoir une idée des avantages de ce type d’investissement grâce aux différents outils de simulation Duflot disponibles sur le web. Dans le marasme ambiant, une bonne nouvelle devrait néanmoins rassurer les investisseurs français : Standard & Poors prévoit une augmentation des prix de l’immobilier (neuf et ancien) en 2015. Pas sûr que cela suffise à leur redonner la confiance nécessaire pour investir.