La Nouvelle Tribune

Cures d’austérité : le Fmi reconnaît sa culpabilité dans le renforcement des inégalités sociales

Espace membre

Les inégalités sociales se renforcent davantage dans le monde notamment dans les pays dont les économies ont subi des cures d’austérité. Cette réalité, le Fonds monétaire international, l’a reconnu. En effet, il y a une semaine, des experts du Fonds Monétaire International (Fmi) ont estimé, que les cures d’austérité administrées à plusieurs économies, et souvent prescrites par le Fmi lui-même, ont contribué au renforcement des inégalités sociales. 

«La vaste restriction budgétaire en cours dans plusieurs économies a fait naître des inquiétudes liées à son impact potentiel sur les inégalités», ont reconnu les économistes du Fmi dans leur rapport sur les inégalités, le deuxième de l'institution en moins de trois semaines. Ce rapport précise que les plans d'économies budgétaires conduisent traditionnellement à des pertes d'emplois qui ont tendance à renforcer les inégalités au détriment des moins favorisés, dont les revenus dépendent exclusivement de leurs salaires. Le Fmi a déjà admis que l'austérité est nuisible pour la croissance économique, mais c'est la première fois que l’institution évoque ses effets sur les inégalités sociales. Le rapport s’est notamment penché sur l'Europe où cinq pays plombés par la dette publique, dont la Grèce et l'Irlande, ont dû se soumettre à des cures d'austérité en échange de l'aide de la Commission de l’Union Européenne et du Fmi Les auteurs du rapport ont conclu que les inégalités ont augmenté au sein des pays européens qui ont mené des ajustements budgétaires entre 2007 et 2012.