La Nouvelle Tribune

Lutte contre le blanchiment de capitaux dans l’espace Cedeao : les experts du Giaba s’évaluent

Espace membre

La deuxième réunion plénière de l’année 2013, et la 20ème dans la vie de la Commission technique du Groupe Intergouvernemental d’Actions contre le Blanchissement d’Argent en Afrique de l’Ouest (Giaba), s’est ouverte hier, 06 novembre 2013, à Azalaï Hôtel de Cotonou. Elle permettra aux participants de faire le point de leurs actions et de repartir sur de bonnes bases.

Il ne doit plus y avoir de place aux crimes de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, ainsi que leurs auteurs, dans les pays membres du Groupe Intergouvernemental d’Actions contre le Blanchissement d’Argent (Giaba). Les acteurs commis, dans l’espace Cedeao à travers la Commission technique Giaba, ont réaffirmé leur engagement pour voir se réaliser ce souhait. C’est à la faveur de la 20ème réunion plénière de ladite Commission, qui s’est ouverte hier, mercredi 06 novembre 2013, à l’hôtel Azalaï de Cotonou, en présence de plusieurs autorités béninoises, des correspondants nationaux du Giaba et d’autres acteurs concernés par la question. Dans son allocution de bienvenue à cette 20ème réunion plénière, qui fait suite à celle de Mai 2013 à Accra, Sévérine Dossou, la Présidente de la Cellule nationale du traitement des informations financières (Centif) et Correspondante nationale du Giaba, a rappelé aux participants l’importance de cette réunion, qui intervient dans un contexte où les crimes économiques liés au blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme demeurent très importants dans l’espace Cedeao. Un avis que renchérit le Directeur général du Giaba, Dr Abdullahi Shehu, en saluant la promptitude du gouvernement béninois, pour avoir accepté d’accueillir ces assises. Qui permettront au groupe de repartir sur de bonnes bases. Ainsi, «les experts participants auront à faire le bilan des actions des sept dernières années du groupe, des acquis, et à tirer leçons des expériences précédentes, pour s’armer, techniquement, davantage», a laissé entendre le Directeur général du Giaba. Avant de laisser le ministre Jean-Michel Abimbola, ministre de l’Economie et des Finances par intérim, ouvrir officiellement les travaux, en rappelant les réformes entreprises par le gouvernement béninois, pour lutter contre les crimes économiques cités plus haut.