La Nouvelle Tribune

Climat des affaires au Bénin : de nouvelles perspectives pour le développement

Espace membre

Serge Prince Agbodjan, juriste d’entreprise, et William Kpakpassou, magistrat et juge au Tribunal de première instance de Cotonou,  étaient, Vendredi dernier, sur le plateau de la télévision nationale.

Invités de Wabi Boukary, ils ont abordé des questions relatives aux litiges commerciaux, nocifs pour le climat des affaires, aux réformes entreprises afin d’améliorer l’environnement des affaires ainsi que les performances de notre pays.

Entre autres points essentiels abordés, il y a les différentes réformes et les mesures prises pour trouver des solutions efficientes aux problèmes et difficultés rencontrés par les opérateurs économiques, hommes et femmes d’affaires dans notre pays. D’autres points ont été aussi abordés, dont celui relatif au  Guichet unique des formalités d’entreprises (GUFE). Il a pour missions principales d’accomplir, au nom  et pour le compte des promoteurs d’entreprises, en un même lieu, avec un nombre réduit de procédures, en un temps record et à coût réduit, les formalités d’entreprise. En somme, c’est une réforme qui vise ainsi la facilitation des formalités de création des entreprises et qui joue un rôle déterminant dans l’amélioration du climat des affaires, car faut-il le rappeler, l’indicateur ‘’création d’entreprise’’ dont tient compte le rapport Doing Business, fait aussi partie des 20 indicateurs du Millénium Challenge Corporation (MCC). C’est conscient de cela que le Secrétariat permanent du Conseil Présidentiel de l’Investissement a travaillé en étroite collaboration avec le Millénium Challenge Account pour la prise du décret sus évoqué. Ce qui est un effort à saluer, reconnait Serge Prince Agbodjan qui s’est également intéressé à ce qui se fait au niveau des tribunaux afin de remplir certaines formalités.

Ainsi, contrairement au passé, où des dossiers devaient trainer plusieurs semaines voire des mois, parce que les juges et autres spécialistes avaient à s’occuper d’un nombre important de choses et de dossiers à la fois, désormais certains juges ou magistrats se sont vus confier, spécialement, certaines tâches. Dès lors, pour la création et la gestion formelle d’une entreprise industrielle ou commerciale, des dispositions sont prises en vues d’accélérer les procédures indispensables. Il s’agit notamment d’obtenir toutes les licences et tous les permis et autorisations nécessaires, et d’accomplir auprès des autorités concernées, toutes les formalités requises pour l’entreprise et ses employés, y compris les notifications les vérifications ou les inscriptions. Les deux invités ont aussi mis l’accent sur la mise à disposition des agents des administrations partenaires du GUFE, telles que la Direction Générale des Impôts et des Domaines (pour l’enregistrement des statuts et l’attribution d’un numéro Identifiant Fiscal Unique (IFU) et le Greffe (pour l’immatriculation au Registre du commerce et du crédit Mobilier (RCCM).

La présence de la Direction Générale du Commerce Extérieur et celle du commerce intérieur au sein du GUFE, et d’autres initiatives prises pour booster les réformes pour l’amélioration de la performance du Bénin, ont également été objet de débat.