La Nouvelle Tribune

Changement climatique : ouverture hier de l’atelier de lancement de l’initiative « LocAl » en Afrique

Espace membre

Pendant trois jours, une soixantaine d’experts venus de neuf pays africains vont s’approprier l’initiative ‘’LocAl’’ et élaborer une feuille de route avec les principales étapes de sa mise en œuvre.

Initié par le bureau régional de l’United nations capital development fund (Uncdf) sous l’égide du Pnud, cet atelier international de lancement a eu lieu hier à la salle Baobab du Novotel Orisha à Cotonou.

Plusieurs mécanismes sont mis en place par la communauté internationale pour financer la lutte contre les effets du changement climatique. Mais, selon Roth Christine, Secrétaire Exécutif de l’Uncdf, il se pose le problème d’adéquation avec les réalités locales qui sont, entre autres, l’insuffisance des ressources et des capacités des acteurs locaux. C’est dans ce contexte que se tient un atelier de trois jours sur l’initiative ‘’LocAl’’ qui n’est rien d’autre que la facilité de l’adaptation aux changements climatiques au niveau local. Pour Nardos Békélé-Thomas, représentant résident du Pnud au Bénin, «l’ampleur avec laquelle les perturbations climatiques se sont manifestées  ces dernières années, impose d’organiser une riposte collective et coordonnée avec un accent particulier sur les actions  et les acteurs de proximité». «Le Bénin est quotidiennement confronté, comme tous les pays en développement, aux effets pervers du changement climatique», explique Blaise Ahanhanzo-Glélè, ministre chargé de l’environnement, de l’habitat et de l’urbanisme. Pour lui, les pays en développement sont de plus en plus vulnérables.

La réponse de l’Uncdf 

Les secteurs de vulnérabilité aux changements climatiques en Afrique sont les secteurs productifs, et par conséquent, ceux qui devraient garantir la sécurité alimentaire. C’est pourquoi l’Uncdf s’est engagé  dans une évolution pragmatique en faisant de l’insécurité alimentaire et du changement climatique, deux domaines thématiques qui semblent être prise en charge par une multitude de partenaires, mais sont traités de manière spécifique et originale par l’Uncdf.

Ainsi, l’initiative ‘’LocAl’’, est un mécanise qui vise à favoriser la mise en œuvre des investissements plus résilients aux changements climatiques. Déjà testé au Bhoutan puis au Cambodge en 2011, LocAl permet de canaliser les fonds globaux destinés à l’adaptation vers les collectivités locales qui sont les plus confrontées aux effets du changement climatique.

Aux dires de la Secrétaire Exécutif de l’Uncdf, les neufs pays qui prennent part à cet atelier et qui sont les potentiels porteurs du LocAl, ont des atouts et des avantages comparatifs qui sont, entre autres, les engagements des gouvernements avec l’appui de l’Uncdf et du Pnud à promouvoir et concrétiser la décentralisation et la vulnérabilité avérée de ces pays vis-à-vis des changements climatiques et la nécessité de s’adapter. Au cours de cet atelier, les participants vont s’imprégner du modèle asiatique afin de concevoir un mécanisme de financement de leur choix. A l’issue de cet atelier, les participants devront élaborer une feuille de route avec les principales étapes de mise en œuvre de «Local», dans leurs pays respectifs, y compris les opportunités et modalités de financement.