La Nouvelle Tribune

Bénin : Les plantes négligées, nouvelle priorité pour l’ANSALB

Espace membre

Le 25 novembre 2016, l’Académie nationale des Sciences, arts et lettres du bénin (ANSALB) a tenu son quatrième vendredi autour du thème : « Plantes négligées du Bénin : diversité et stratégies de valorisation ».

Pourquoi le choix de ce thème ? Selon les explications du professeur titulaire Mansourou Moudachirou, secrétaire perpétuel de l’académie, il y a une mobilisation au plan international autour des plantes négligées, sous-utilisées ou encore plantes orphelines. C’est en restant dans la droite ligne de cette mobilisation que l’Académie a opté pour des réflexions sur ces plantes dites orphelines.

Ce qui apportera la connaissance à ces nombreuses Béninoises qui en produisent et s’en servent au quotidien. A l’occasion, des chercheurs ont été commis à la tâche. Ils ont présenté diverses communications cadrant avec le thème central de cette journée scientifique.  « Le voandzou : diversité, importance et stratégie de promotion de sa chaîne de valeur au Bénin » ; « le rôle des biotechnologies, de la génétique moléculaire et de la bioinformatique dans l’étude et la valorisation des plantes négligées et sous-utilisées » ; « Programmes et projets internationaux sur les espèces négligées et sous utilisées » ; sont entre autres les communications auxquelles a eu droit l’auditoire. Après quoi, des questions-réponses et contributions s’en sont suivies.  

Au terme des travaux, trois choses essentielles sont à retenir. La première, c’est qu’il y a une grande variété de plantes négligées et sous-utilisées, sous forme de légumes, de graines, ou sous d’autres formes. La deuxième, ces  plantes ont la capacité de traiter un certain nombre de maladies. La troisième chose, elles ont des propriétés nutritives assez importantes. Pour Norbert Hounkonnou, président de l’ANSALB, il urge de mener des actions pour « la préservation et la valorisation des plantes orphelines ». L’Académie entend continuer à jouer sa partition et donner des conseils au gouvernement dans ce domaine