La Nouvelle Tribune

Madougou et Batcho lancent les activités de la Cei-Rcif

Espace membre

Dans la matinée d’hier, le ministre de la micro-finance et le coordonateur national du Mca-Bénin ont procédé au lancement des activités de la société de gestion de la Cei- Rcif. C’était à l’Infosec de Cotonou en présence des membres des structures de micro-finances du Bénin.

Banque de données nationale sur les clients de l’ensemble des institutions de micro-finance, la Centrale d’échange d’information du risque crédit des institutions financières (Cei-Rcif) a lancé ses activités dans la matinée d’hier à l’Infosec de Cotonou. La cérémonie de lancement de ces activités a été présidé par madame le ministre chargé de la miro-finance, de l’emploi des jeunes et des femmes Réckya Madougou en présence de président du conseil d’administration du consortium Alafia Salomon Saliou et des membres des institutions de micro-finance du Bénin. 

Au nombre des activités d’amélioration des services financiers du projet «accès aux services financiers» de Mca-Bénin, figure l’appui à la gestion de la Centrale d’échange d’information du consortium Alafia. Ceci de manière à accroitre durablement son efficacité. Ainsi, une étude a été diligentée par Mca-Bénin dans le but de l’amélioration de la Centrale d’échange d’information des institutions de micro-finance du Bénin du point de vue organisationnel, technique et financier. La société de gestion retenue pour l’amélioration de la Cei-Rcif a son centre de traitement informatique basé à Bologne en Italie. La modernisation du Cei-Rcif a coûté  1 506 264 dollars Us soit environ 700 millions de franc Cfa. Ce montant a pris en contre entre autres l’honoraire des consultants, l’attribution des logiciels, les séances de sensibilisation, l’élaboration des rapports et de la proposition des dispositions juridiques. Pour soutenir la nouvelle société, Mca-Bénin met à sa disposition des actifs précédemment utilisés par le projet «accès aux services financiers» notamment des climatiseurs, des mobiliers de bureau, du matériel informatique et bureautique, un véhicule 4x4. De plus, Mca-Bénin étudie actuellement selon Samuel Batcho, la possibilité d’accorder à la société de gestion une subvention dont le montant sera précisé plus tard. Il a aussi émis le vœu que d’autres acteurs comme les banques qui le désir, adhérent et coopèrent étroitement avec la nouvelle société. Le ministre en charge de la micro-finance a attiré l’attention des gestionnaires de la nouvelle société sur le fait qu’ils doivent être professionnels et irréprochables du point de vue de la transparence et de la qualité du service rendu.