La Nouvelle Tribune

Suite au spectacle survenu lors du discours de clôture du Sommet de la Cen-Sad

Espace membre

De nouveaux limogeages s’imposent
Mercredi au terme des travaux de la 10ième Conférence des Leaders et Chefs d’Etat de la Communauté des Etats sahelo-sahariens (Cen-Sad), le nouveau président en exercice, le béninois Boni Yayi n’a pas pu lire son discours normal jusqu’au bout. Et pour cause ! Une partie de ce discours solennel de clôture s’est retrouvé au sol au pied du président de séance.

Et pourtant, il était entouré pour la circonstance de son aide de camp, du directeur du protocole d’Etat et d’autres membres de cette direction du ministère des Affaires étrangères. De telles erreurs d’absence d’esprit et de manque de vigilance deviennent récurrentes au sein du protocole d’Etat béninois et de la garde rapprochée du président Boni Yayi aux grandes occasions et il va falloir y parer avant qu’il ne soit trop tard. Pour beaucoup d’observateurs il est inadmissible qu’en présence de son aide de camp, le président de la République arrive à être victime d’un tel fait. Car ce dernier est d’ailleurs celui chargé de lui apporter le texte de son discours et de veiller de façon minutieuse sur ses affaires. Aussi certains imputent-ils cette erreur au directeur du protocole d’Etat et à ses collaborateurs  présents qui viennent ainsi, une énième fois d’étaler leur limite de gestion des grandes cérémonies. Alors  pour ces cadres cessent de livrer le Bénin en spectacle, certains citoyens qui étaient hier devant leur poste téléviseur au moment du drame et qui comprennent un peu le fonctionnement normal de ces structures proposent déjà au chef de l’Etat de les faire remplacer par d’autres cadres pour de nouvelles preuves et expériences.

Ludovic D. Guédénon