La Nouvelle Tribune

Les coulisses du sommet

Espace membre

Les bourdes du protocole d’Etat : Comme lors de la cérémonie d’investiture de Boni Yayi, à Porto Novo, le protocole d’Etat a encore fait montre d’erreurs graves. Au lieu d’inviter le Premier ministre de la Guinée, le Chef du protocole a appelé Alassane Ouattara. Cette bourde a fait sursauter le président Yayi qui, visiblement, n’a pas digéré la bourde du protocole qui a pu indisposer le Président ivoirien. Le même monsieur, apparemment coutumier de ces genres d’erreurs, fait un lapsus linguae inacceptable. Au lieu de «allocution», il prononce «allocation» avant de se corriger sous les murmures de désapprobation de la salle.

Le représentant de l’ambassadeur des Usa fâché

Il s’appelle Kévin Amstrong, directeur, me souffle-t-on, de l’Usaid. Il devait représenter l’ambassadeur des Usa, empêché. Dans la salle, il se dirige vers les sièges réservés au corps diplomatique et déjà occupé par certains de ses collègues. Mais alors qu’il s’apprêtait à s’asseoir, un membre du protocole d’Etat l’en dissuade et l’éconduit. «En tant que représentant de l’ambassadeur, vous n’avez pas votre place ici». Surpris et irrité, il vient s’asseoir derrière, sur la dernière table et s’occupe à évacuer des tâches courantes. Sa position surprend Mme Békélé Thomas du Pnud. Quelques minutes après, un autre membre du protocole vient lui demander de reprendre sa place au sein des autres ambassadeurs. Il s’y oppose. Les excuses du monsieur pendant une bonne dizaine de minutes ne changent rien. Dans son français approximatif, il indique à son interlocuteur qu’il n’a jamais vu ça. C’est lorsque Yayi s’apprête à entrer dans la salle qu’il se déplace enfin et se met alors sur une table vide derrière les ambassadeurs.

Six secondes de salutations entre Nago et Koupaki

Un peu avant l’arrivée des Chefs de l’Etat, les ministres et les présidents d’institutions de la république se saluaient chaleureusement: accolades, sourires et conciliabules… Le 1er ministre Koupaki vient au moment où tous les présidents d’institutions étaient présents. Il salue à tour de rôle Tévoédjrè, Batoko, Dossou et Nago. Mais avec ce dernier, la salutation a été brève et moins chaleureuse. Juste le temps de dire «bonjour, comment ça va?» et Nago se rasseoit. Mais à côté de lui, Robert Dossou s'est donné le temps d’une longue discussion avec le 1er ministre.

Deux voitures pour Faure

Le président Faure Gassingbé du Togo est le plus heureux de tous les Chefs de l’Etat. A Cotonou, il s’est retrouvé avec deux voitures présidentielles. L’une immatriculée au Togo. Apparemment, il s’agit d’une voiture que sa délégation a amenée pour lui de Lomé.

Yayi parle, la sécurité organise le désordre

Pour une des rares fois, la sécurité a violé le principe sacro-saint de ne pas faire entrer des gens à la suite du Chef de l’Etat. Alors que Yayi présentait son discours, ils ont ouvert une porte pour faire entrer des badauds venus un peu pour combler les places vides laissées derrière.