La Nouvelle Tribune

Popularisation des réseaux sociaux au Bénin : Facebook, nouveau canal qu'exploitent les hommes politiques

Espace membre

Comme partout d’ailleurs dans le monde, le phénomène Facebook fait des émules au Bénin aussi. Depuis, il est l’attraction des hommes politiques qui s’en servent pour leur opération de séduction des populations. De Bio Tchané à Pascal Irénée Koupaki en passant par Lehady Soglo et les moins connus comme Salomon Kérékou, ce réseau social est devenu un véritable outil de propagande. Lancé il y a de cela quelques années par le jeune américain, Mark Zuckerberg, Facebook est devenu depuis un véritable phénomène planétaire. Au Bénin, c’est d’abord la jeunesse qui l’a adopté pour coller à une tendance mondiale. C’est sûrement l’intérêt de plus en plus accru des jeunes pour ce réseau social qui ameute aussi les hommes politiques. Depuis, ils ne sont plus nombreux à résister au phénomène Facebook. Beaucoup parmi eux l’utilisent d’ailleurs plus que les médias conventionnels pour communiquer avec leurs militants ou électeurs. C’est le cas par exemple de l’honorable Salifou Issa (qui dispose de trois comptes facebook), qui après un long mutisme a choisi facebook pour rompre le silence. Dimanche dernier, de 14h12 à plus de 15h, il a accepté volontiers de répondre aux questions des centaines de jeunes connectés qui voulaient en savoir plus sur les ambitions pour l’emploi des jeunes. Au terme d’une discussion assez enrichissante, l’honorable Issa a proposé organiser une formation en entreprenariat aux jeunes. Après cette formation, les dix meilleurs plans d’affaires seront retenus et financés par le parti Union pour la relève (Upr). Il n’est pas le seul qui utilise facebook pour séduire ses électeurs. Lehady Soglo y est aussi très présent. Juste après l’élection présidentielle, un réseau a été créé en son nom. Dénommé « Lvs 2016 », entendez Lehady Vinagnon Soglo 2016, ce réseau a pris très tôt une option politique, celle de devenir un outil de communication et de mobilisation politique pour Lehady qui a très tôt affiché ses ambitions pour 2016. « La jeunesse est au cœur du projet de Lvs. Ensemble, avançons vers un avenir meilleur dans une république solidaire », lit-on sur le mur du réseau. Mais ayant vu le caractère prématuré de cette ambition, l’année 2016 a été retirée et le nom du réseau est devenu simplement « Lvs ». C’est ce réseau qui a abondamment relayé ses points de vue et ses justifications après son retournement spectaculaire de veste suite à l’échec du candidat Houngbédji au 1er tour de l’élection présidentielle. Ayant compris lui-même que sa côte de popularité est en chute libre après les opérations de déguerpissement, c’est à Facebook qu’il a fait recours pour gagner un peu la popularité des gens. Toujours ce même réseau qui a été utilisé pour expliquer les opérations de déguerpissement organisée par la ville de Cotonou.

Koupaki, Bako et les autres

Depuis quelques jours, le réseau social s’est enrichi d’un compte dénommé : « Pascal Irénée Koupaki président en 2016 ». Ce compte animé selon nos sources par des jeunes soutenant cette candidature, travaille pour rallier tous ceux qui veulent susciter et soutenir la candidature de Koupaki. Chose curieuse c’est pendant que le premier ministre a des difficultés au sein de son gouvernement à vraiment « sortir la tête de l’eau ». Idem pour Nassirou Bako Arifari dont le compte « Amis Nassirou Bako Arifari » travaille pour sa visibilité nationale et internationale. Sur Facebook, d’autres hommes politiques moins connus sont très actifs. Adam Dendé Affo, Directeur général de la Caisse autonome d’amortissement(Caa) est très actif sur le réseau. Depuis la dernière élection présidentielle, facebook a aussi révélé un nouvel opposant : Salomon Kérékou. A travers ces déclarations, il incarne un nouveau courant politique, celui du courage politique avec le Cran (Creuset de réflexion pour une Afrique nouvelle). C’est lui qui a déclaré que « Yayi n’a jamais gagné la présidentielle de 2011 ». Ces derniers jours, facebook a révélé un profond différend entre Aké Natondé et Janvier Yahouédéhou, les frères ennemis d’Agonlin.