La Nouvelle Tribune

Trêve de grève dans les sociétés et offices d’Etats : les raisons qui motivent le respect ou non de la décision

Espace membre

L’ensemble des syndicats des sociétés et offices d’Etats a tenue hier une assemblée générale pour décider du sort a donné à leur mouvement de grève. A l’issue de cette ag il est décidé que le mouvement de grève entamé soit suspendu. Si pour certaines sociétés il n’est pas question de suspendre le mouvement de grève, pour d’autres, il faut aller au boulot comme si de rien n’était. En dépit de la suspension du mouvement de grève dans les sociétés et offices d’Etats tous les travailleurs ne sont pas retournés au travail hier. Et pour cause, un tour dans ces différentes sociétés étatiques a permis de faire le constat. Cependant certains travailleurs sont allés normalement au travail. Les raisons qui ont été évoquées par chaque partie dans leur décision de suivre ou pas le mouvement de grève sont multiples et diverses. Du côté des sociétés où les travailleurs ont été abonnés absents à leurs postes de travail, la raison principale pour laquelle ils ont été absents est simple. Ils ont reçu tardivement la correspondance venant de la présidence de la république dans laquelle la suspension des primes et indemnités a été annulée. Ce qui a par conséquent entrainé le respect du mouvement de grève qui avait été déclenché. Mais en dehors de cette raison, d’autres arguments ont été avancés pour justifier leur acte. La plupart des travailleurs pensent que cette dernière initiative du président qui vise le retour sur sa décision en ce qui concerne la suspension des primes et indemnités des travailleurs n’est que de l’eau versée sur le dos du canard comme pour paraphraser un proverbe fon. Aussi, pour les esprits avertis, est-il évident que la dernière décision du président de la République par rapport à la suspension des primes et indemnités est prise juste pour calmer les travailleurs afin que le pays ne soit pas pertubé lors du séjour du pape Benoît XVI au Bénin. Ce qui laisse penser que tout juste après le départ du pape, le président reviendrait sur sa décision de suspendre les primes et indemnités des travailleurs des sociétés d’Etats. Il faut dire qu’il y a eu au moins un service minimum dans certaines sociétés qui ont suivi le mouvement de la grève.

Tout comme les sociétés qui ont suivi le mouvement de grève, celles qui ne l’ont pas fait ont aussi évoqué des raisons qui expliquent leur décision. Pour elles, il est inadmissible non seulement de suivre un mouvement de grève après que l’ordre ait été donné de retourner au travail mais aussi après que le gouvernement ait décidé de ne plus suspendre les accessoires de salaire. En plus, cette décision prise par le président vient calmer les esprits. ‘’Si les responsables syndicaux ont décidé de suspendre le mouvement de grève, c’est parce qu’ils pensent que le gouvernement à satisfait notre revendication’’ a laissé entendre l’un d’eux. Mieux, ils affirment qu’ils ont plus intérêt à travailler et à dialoguer avec le président afin de pouvoir trouver une porte de sortie qui arrange tout le monde que de grever.