La Nouvelle Tribune

Les agents de la Sbee et de la Soneb renoncent une fois encore à leur mouvement de grève

Espace membre

Une fois encore, le Bénin entier ne sera pas plongé dans le noir et ne sera pas non plus privé d’eau courante. La grève illimitée sur toute l’étendue du territoire nationale, à compter de ce jour et sans service minimum que les agents de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) et ceux de la Société nationale des eaux du Bénin avaient prévue a été annulée.

Si pour la dernière annulation, les raisons évoquées étaient de donner une chance au pouvoir en ce qui concerne la décision prise par le Chef de l’Etat de suspendre les accessoires de salaires dans les sociétés et offices d’Etat, cette fois ci, les raisons sont toutes autres. En effet, tout porte à croire que leurs revendications sont satisfaites ou sont en train de l’être (lire ici). La raison principale qui est à la source de la levée de la grève illimitée qui est prévue pour aujourd’hui a un rapport avec un communiqué qui est venu de la présidence de la République. Dans ce dernier, il est question de ce que l’inspecteur en charge du dossier a affirmé que tous les salaires du mois de novembre et de décembre seront payés normalement avec les primes. Une autre raison pour laquelle la grève illimitée a été suspendue est relative à l’annulation de la lettre n°769/SG/PR/SP-C que le syndicat indépendant des travailleurs de la Sbee (Synint-Sbee) de concert avec les agents des autres sociétés et offices sans oublier ceux de la Soneb avaient exigé du gouvernement. De source interne au collectif des syndicats des travailleurs de la Sbee, cette revendication a été satisfaite par le gouvernement. Du moins pour le temps que dure le séjour du Pape Benoît XVI au Bénin. Il s’affiche clairement que leur lutte dans un mouvement d’ensemble exprimé par les syndicats de toutes les structures concernées par la lettre N°769/SG/PR/SP-C du 31 octobre 2011 du secrétariat général de la présidence de la République relative à la suspension du paiement des accessoires des salaires dans les sociétés et offices d’Etat a porté son fruit. Il faut noter que la décision du Président de la République a créé un tollé général dans les structures en question.