La Nouvelle Tribune

10e sommet de la Cen-Sad au Bénin

Espace membre

La crise alimentaire s’est fait inviter comme le sujet principal
La crise alimentaire et énergétique qui frappe sévèrement le monde et surtout les pays africains dont ceux membres de la Cen-Sad s’est fait inviter comme l’une des principales préoccupations à débattre lors de ce sommet qui regroupe à Cotonou plus de 25 pays africains.

A cet effet et à l’occasion de la journée internationale de la lutte contre la désertification, la communauté des Etats Sahélo Sahariens  a organisé en marge de la 16e session du conseil exécutif, une table ronde sur la crise alimentaire dans l’espace Cen-Sad. Elle aura permis aux ministres des Etats membres présents à cette 16e session du conseil exécutif de la Cen-Sad, de saisir l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la désertification, pour mettre en synergie les actions que chaque pays entreprend pour juguler la crise. Ceci, en vue d’une mobilisation plus accrue des Etats membres de la Cen-Sad autour de la pertinence du sujet. Plusieurs communications axées sur les liens entre la désertification et l’agriculture durable, des effets de la crise alimentaire mondiale sur les Etats membre de la communauté et enfin des initiatives engagées par le secrétariat général pour endiguer la crise alimentaire et la pauvreté, ont été présentées par des experts et techniciens dont le Béninois Luc Gnacadja. Dans son exposé, il a invité les décideurs à mieux sensibiliser les populations africaines pour la lutte contre la dégradation des sols et surtout que cette population prenne l’habitude de consommer ce qu’elle produit. Il a par ailleurs proposé plusieurs solutions dont celles d’harmoniser les politiques nationales sur la question et celle d’aider à résoudre les questions frontalières telles que la gestion des bassins fluviaux. Il pense qu’un règlement efficient de ces problèmes pourrait permettre aux Etats de mieux conjuguer leurs efforts pour aller de l’avant.

Benoît  Mètonou