La Nouvelle Tribune

Au sujet de l'audit de la Lépi : la Rb lance un ultimatum de 6 mois au gouvernement

Espace membre

Léhady l’avait clarifié et la Renaissance du Bénin la met en oeuvre .Si pour tous les béninois, le parti de la Renaissance du Bénin (Rb) fait désormais partie de la mouvance présidentielle, il se pourrait que Léhady Soglo et les siens refusent d’être des béni-oui-oui de la Refondation.

Selon des sources internes aux instances dirigeantes du parti, les responsables de la Rb auraient donné un ultimatum de 6 mois au président de la République afin qu’il puisse revoir et corriger les imperfections de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) qui a servi pour les présidentielles et les législatives de mars et avril derniers. En réalité, le parti conditionne sa participation au jeu de la mouvance si et seulement si le gouvernement donne satisfaction à cette exigence. Cela signifie qu’au bout de 6 mois, si le gouvernement ne redresse pas la Lépi les « Houézèhouè » vont rompre la lune de miel qu’on constate entre eux et la mouvance présidentielle depuis peu. L’attitude des leaders de la Rb prouve que ce parti politique du sud du Bénin qui, dans un passé récent, était encore dans l’opposition n’a pas rejoint la mouvance sur un coup de tête comme certains ont l’habitude de le faire du jour au lendemain. Qu’il vous souvienne que, Léhady Soglo, actuel président de la Renaissance du Bénin, avait déclaré à la sortie de l’audience que le président leur avait accordé que son parti sera «un partenaire exigent, engagé et loyal au coté du Chef de l’Etat». Aussi, le secrétaire général de la Rb, Luc Attrokpo avait-il demandé au gouvernement lors d’une déclaration le 22 septembre passé de corriger la Lépi afin de permettre à toutes les personnes en âge et mises en rade en mars derniers d’entrer dans leur droit pour les communales de 2013. De son côté, Boni Yayi a un grand intérêt à satisfaire la revendication au risque de voir son projet de révision constitutionnelle bloqué au parlement. En effet, si les députés de la Rb quittent la mouvance parlementaire, le président de la République perd les 3/4 de l’Assemblée nationale dont il a besoin pour passer son texte de reforme constitutionnelle. A y voir de près, on peut affirmer sans risque de se tromper que cette revendication des leaders de la Rb est noble si on considère toutes les dérives qui ont été observées à cause de la Lépi lors des dernières élections au Bénin.