La Nouvelle Tribune

10ème sommet de la Cen-Sad

Espace membre

Kadhafi et Bozizé déjà à Cotonou
Le 10ème sommet des présidents de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (Cen-Sad) s’ouvre à partir du mardi 17 juin prochain. Dans ce cadre, deux Chefs d’Etat ont déjà foulé le sol béninois. Il s’agit du Colonel Mouammar Kadhafi, le Guide libyen et du général François Bozizé de la Centrafrique.
Comme à son habitude, c’est par voie terrestre que le Guide libyen, le Colonel Mouammar  Kadhafi est entré sur le territoire béninois. Plus précisément à la frontière bénino-togolaise à Hilla-Condji, où le président Boni Yayi est allé l’accueillir pour l’escorter dans la Capitale économique du Bénin. A Godomey, porte d’entrée de Cotonou, la délégation forte de plus d’une cinquantaine de véhicules, fut accueillie par une foule en liesse. Les  conducteurs de taxi moto, les fidèles et responsables musulmans, les élèves et étudiants, les groupes de femmes et autres curieux étaient tous au rendez-vous pour manifester leur joie et souhaiter la bienvenue au Guide de la Grande Jamahiriya. Dans sa limousine vert émeraude  blindée en compagnie du président béninois, le Colonel Kadhafi n’a pas caché sa joie d’être au Bénin en agitant la main pour saluer les milliers de Béninois sortis pour l’accueillir. Et ce, à la grande déception de tout ce bon monde qui aurait voulu qu’il marquât un arrêt afin qu’ils puissent le voir et le toucher si possible.  Avec l’arrivée du Guide libyen, initiateur de la Cen-sad, il faut signaler que le 10ème sommet de Cotonou prend réellement des allures d’un événement  de taille. Par ailleurs, il est  à noter que le général François Bozizé, président de la république centrafricaine est le premier des Chefs d’Etat à se rendre au Bénin. En effet, depuis 72 heures, le président centrafricain séjourne dans nos murs. Il a été accueilli  par son homologue béninois à l’aéroport international Bernardin Cardinal Gantin de  Cotonou. Pour lui, en venant en première position, il entend ainsi exprimer son amitié à son frère Boni Yayi et lui prouver qu’il était autant béninois que lui. Comme on peut le constater, le  ballet des Chefs d’Etats et de délégations a ainsi commencé.