La Nouvelle Tribune

Les articles 42 et 44 de la constitution ne seront pas touchés

Espace membre

Invités hier sur la chaine de télévision publique Ortb, les conseillers politiques du chef de l’Etat que sont Alexandre Hountondji et Amos Elègbè ont apporté selon eux les vraies intentions du président de la république sur la relecture de la constitution du 11 décembre 1990.

Ce que les gens ne savent pas, c’est que le président Yayi Boni est un homme de démocratie. Voici là l’un des propos qu’on peut retenir du passage sur la chaîne nationale hier des conseillers du président par rapport à la relecture de la constitution du Bénin. Pour eux, la révision de la constitution pourrait créer de l’instabilité politique au Bénin. C’est le cas par exemple de certains pays de la sous région dont ils ne veulent pas citer les noms. Pour preuve, le président a dit dans son discours d’investiture devant toute la nation qu’il brigue son deuxième et dernier mandat à la tête du Bénin. Pour Alexandre Hountondji, rien dans les textes envoyés par le gouvernement au parlement ne présume du changement de la constitution. Mais toujours selon les deux conseillers, au cas où il aurait révision, cette dernière ne se ferait pas par les députés, mais avec le consentement de la population béninoise ce qui veut dire qu’il y aura référendum. Le peuple aussi peut animer la vie politique du Bénin avec les partis politiques. Pour eux, s’il est vrai que certaines chose de la constitution peuvent être revue, il n’est pas aussi moins vrai que d’autres sont intouchables. Et dans ce cas, cette révision serait constitutionnelle. Cela veut signifier que seules certaines institutions de la république connaîtraient des modifications. Par exemple, la commission électorale nationale autonome (Cena) deviendrait une institution de la république, ainsi que l’organe présidentielle de la médiation (Opm). L’assemblée nationale ne serait plus un lieu de refuge pour ceux qui ont divorcés avec la loi. Son président peut être démis de sa fonction à tout moment. Et un nouveau code électoral définitif sera prévu par la nouvelle constitution en son article 81. La chose la plus sûre, est que les articles 42 et 44 de la constitution ne seraient pas revus. Pour eux, le gouvernement a 60 lois à passer en moins de 4 ans et il fera tout pour faire passer toutes ces lois. Si les béninois veulent que le Bénin fasse peau neuve, il doit aller vite. Pour finir, ils ont appelé la population à ne plus croire aux intoxications de certaines personnes par rapport au gouvernement