La Nouvelle Tribune

Débât sur RFI : «La société civile est politisée… », dixit Raymond Dossa

Espace membre

Raymond Dossa, membre de l’alliance Abt, Martin Assogba, président de l’Ong Alcrer, Pascal Todjinou, Secrétaire général de la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin(Cstb) et Guillaume Attingbe, président d’honneur de la Central des syndicat autonome(Csa) et actuel Conseiller technique au dialogue social du Premier ministre étaient les invités de l’émission « Le Débat africain » de Radio France internationale(Rfi) d’hier. Le débat a porté sur la Société civile béninoise. «La Société civile béninoise est politisée, partiellement ou entièrement à chacun de voir ». C’est la description qu’a fait Raymond Dossa de la Société civile béninoise sur l’émission « Le Débat Africain » de Radio France internationale (Rfi) de ce dimanche 28 Aout. Cet avis a été partagé par deux autres invités des quatre que comptait l’émission. Ce sont Pascal Todjinou et Martin Assogba. Selon eux, les membres de la Société civile qui entre au gouvernement sont nommés pour services rendus. Cela se justifie par le fait que certains servent d’appendice pour le pouvoir. Lorsqu’un membre de la Société civile est, par exemple, observateur de l’élection présidentielle et affirme dans son rapport que tout c’est bien passé, il est nommé à un poste politique. Mais ces départs affaiblissent les institutions d’où ils partent. Et quant il arrive que ceux qui entrent au gouvernement sont remerciés quelques mois plus tard, leur crédibilité prend un coup aux yeux de l’opinion publique. Cependant, Guillaume Attingbe n’y trouve pas d’inconvénient. Il a évoque l’idée de « Société civile technique ». « Nous reprochons un certains nombre de tares aux politiques. Mais s’ils nous sollicitent pour les aider à les corriger, nous devons accepter », a-t-il étayé. La réplique de l’autre camp est qu’ « Aller de la Société civile au gouvernement n’est pas le rôle de la Société civile. On ne peut être juge et partie ». Les uns et les autres ont reconnus que les institutions de la société civile doivent jouer véritablement leur rôle. Celles qui œuvre pour le respect des fondamentaux de la démocratie doivent s’y atteler. Et il doit en être de même pour celles qui luttent pour le développement économique et social. Martin Assogba préconise « le renforcement de la démarcation entre société civile et société politique ». Aussi a-t-il ajouté que les Organisations non gouvernementales(Ong) doivent s’intéresser davantage aux questions de développement économique.