La Nouvelle Tribune

Moukaram Badarou sur Zone Franche : « J’ai quitté le Prd par principe »

Espace membre

L’émission Zone Franche de Canal 3 a reçue hier Moukaram Badarou comme invité. Pour l’ancien secrétaire général du Parti du Renouveau Démocratique (prd) la dégradation morale est à son plus haut niveau et il est important de mener des actions pour le rétablissement de ces valeurs.

Restaurer les valeurs. C’est le principal aspect autour duquel est basée l’argumentation de Moukaram Badarou. Pour lui, la nation béninoise est en proie à une crise de valeur sans précédent due à la perte de vertu dans tous les domaines de la vie au Benin. La corruption, le culte de l’argent, la perte progressive des valeurs que sont le travail bien fait, l’intérêt général, la notion d’Etat ont perdu la place qui doit être la leur dans le quotidien des béninois. Son argument, bien que ne rejouant pas totalement le concept de refondation prôné par le Chef de l’Etat, ne s’en détourne tout de même pas. Pour Moukaram Badarou, seuls les mensonges ne se ressemblent pas et la concorde de ses idées avec celles défendues par le Chef de l’Etat est la preuve évidente de la présence d’un mal autour duquel l’unanimité est faite. « Le problème qui se pose n’est pas celui de bord politique. C’est un vrai malaise social. Je dirai, c’est la pire des crises. Si l’autre l’appelle refondation et que moi j’appelle renouer avec les repères, ça prouve qu’il y a croisement. Je ne sais pas à quoi recoupe la refondation, mais si elle a pour but la restauration des valeurs contenues dans la déclaration de l’indépendance et dans l’hymne nationale, alors on est en phase », a-t-il déclaré. L’invité d’hier, ne repousse tout de même pas du revers de la main la possibilité d’une collaboration avec le pouvoir en place. Sur cet angle de la question, il affirme « Si la refondation coïncide avec les idées que je défends, je n’hésiterai pas à répondre à l’appel sur cette question spécifique ». Son argumentation est venue en grande partie de son ouvrage « 50 ans d’indépendance, avec les valeurs ». Pour ce qui est de son départ du Prd, Plusieurs observateurs de la vie sociopolitique ont jugé de brusque la démission de l’ancien Secrétaire général du Parti du renouveau démocratique à la part très peu confortable à lui faite aux législatives. Mais l’invité d’hier trouve au contraire que son départ était uniquement dû à une question de principe. Pour lui, le communiqué rendu publique et qui fait état des griefs contre le parti n’est qu’une petite partie des misères qu’il a subit pendant des années et que seul son départ peut contribuer à y mettre fin. Même s’il ne se retrouve pas totalement dans les raisons agitées çà et là sur les causes de son départ, Moukaram Badarou ne s’en est pas totalement écarté au cours de son développement. Pour lui, le refus de le positionner sur la liste Prd comme titulaire aux législatives ne date pas de ces législatives. C’est à l’en croire le deuxième coup qu’il a essuyé après celle de 2007. Il s’agit donc aux dires de Moukaram Badarou d’un égarement entretenue par une guéguerre à l’interne qui l’ont contraint à quitter au plus tôt les choses. « J’ai quitté le Prd par principe. Ce n’est pas une question de combine avec quelque parti politique. C’est inconcevable qu’un secrétaire général soit positionné suppléant sur une liste. Cela ne s’est passé nulle part ailleurs. Cela n’est qu’un aspect de la question. Il y a plusieurs autres points sur lesquels je ne reviendrai pas », a-t-il affirmé.