La Nouvelle Tribune

Gestion du Psd : la jeunesse proroge le règne des anciens

Espace membre

Le dernier Congrès du Parti social démocrate (Psd) continue de défrayer la chronique. Et la dernière sortie de la jeunesse du parti nourrit encore mieux les débats. Et pour cause. Alors que les commentaires fusent mettant en exergue la nécessité de la transition des règnes du Psd à sa jeunesse, on constate que ladite jeunesse est elle-même artisan du maintien de la « vielle classe ». Il suffit de lire et analyser sa dernière déclaration en date du 20 Aout dernier pour s’en rendre compte.

Dans ladite déclaration, elle affirme d’avoir, au regard de tout ce qui se passe à présent au sein du parti, « demander au président Bruno Amoussou de ne pas passer la main maintenant(…) de remettre les choses en ordre, ramener tous les militantes et militants sur les préoccupations qui font l’honneur du parti » avant de passer la main. Quoi de plus justifier si la guéguerre qui se constate entre les potentiels successeurs d’Amoussou peut avoir des conséquences fâcheuses sur la vie du parti, et ce si toutes les divergences ne sont aplanies avant tout départ de l’ancienne génération. Tout laisse présager qu’en dépit du vœu du « refus de l’immobilisme » fait par les militants et responsables du Psd, le départ d’Amoussou Bruno et sa génération ne sera pas de si tôt. En réalité, le désir de la fin de la saga de la « vielle classe » devrait être davantage l’affaire de la jeunesse du parti. Son engagement pour le rajeunissement des cadres devrait accélérer la transition puis la retraite de l’ancienne classe. Voila que c’est cette jeunesse qui milite pour le maintien du briscard et sa clique. Ce qui voudra dire que tant que les « divergences »vont persister, la jeunesse du Psd sera prête à soutenir le maintien d’Amoussou Bruno. Pourtant, le Parti du Social démocrate est, comme les tous premiers partis politiques de l’ère du renouveau démocratique qui demeurent encore, en transition. Et il ne peut avoir une véritable transition du genre sans changement. Chaque époque avec ses réalités et chaque génération avec ses défis. Les nouveaux dirigeants du Psd voudront, tout en restant fidèles à la ligne idéologique du Psd, lui insuffler une nouvelle dynamique pour y laisser leur empreinte. C’est la dynamique de la vie des partis politiques dans tout système qui se veut démocratique. On y arrivera. Mais pour le moment, la jeunesse du Psd a fait l’option d’œuvrer pour la prolongation du règne de la « vielle classe » à la tête du parti.