La Nouvelle Tribune

Les députés ouvrent la 3è session extraordinaire de l’année 2011

Espace membre

Deux points sont inscrits à l’ordre du jour. Il s’agit de l’ouverture de la 3è session extraordinaire de 2011 et la reprise des autres membres des Bureaux des Commissions Permanentes de l’Assemblée Nationale conformément à la Décision DCC 11-047 du 21 juillet 2011. Après le premier point, le président Mathurin Nago a fait rappeler certaines dispositions du règlement intérieur à ses collègues dont celles des articles 35.2c, 143, 144, 145, 146, 149, 150, 151 et celle de l’article 88 de la Constitution. Ces dispositions concernent surtout l’élection des bureaux au sein des commissions et également le processus d’élaboration et du vote de l’avant projet de budget du parlement. Pour ce qui est du second point de l’ordre du jour d’hier, le président Nago a affecté le dossier à tous les présidents des commissions permanentes suite à la décision Dcc 11-047 du 27 juillet 2011 de la Cour constitutionnelle. Il a invité les députés de ces commissions à prendre connaissance de ces dispositions du règlement intérieur afin qu’ils prennent leur responsabilité. Il poursuit en disant que les réunions électives au sein des commissions seront dirigées par les bureaux d’âge. Pour finir, il a invité tous les présidents de groupes parlementaires autour d’une même table afin que le processus soit respecté sans contestation. Il a profité de l’occasion, lors de l’adoption de l’ordre du jour de la 3è session extraordinaire, pour parler de l’étude prochaine de l’avant projet de budget exercice 2012 de l’Assemblée nationale. Selon lui, cet avant projet de budget exercice 2012 est élaboré par les questeurs en collaboration avec les autres membres du bureau de l’institution parlementaire. Ce qui sera affecté par la suite à la commission compétente, c'est-à-dire celle des finances et des échanges pour étude et adoption en plénière. Il a mis l’accent sur le fait que le projet de budget exercice 2012 du parlement doit être envoyé au ministre des finances pour intégration au budget général de l’Etat gestion 2012 avant la fin du mois d’août de cette année. Après ces clarifications, la séance a été suspendue pour deux heures afin que les députés accordent leur violon pour les élections des autres membres des bureaux des commissions permanentes.

Les députés peinent à dégager un consensus

(Ils se retrouvent à nouveau ce jour) Les députés de la 6è législature se retrouvent une fois encore ce jour au palais des gouverneurs à Porto-Novo suite au rendez-vous manqué du mardi dernier relatif à l’élection du reste des membres des bureaux des commissions permanentes. Ils tenteront ce jour de trouver le consensus afin que tous les organes soient mis en place pour poursuivre les travaux de la 3è session extraordinaire de l’année 2011 à l’Assemblée nationale. Outre ce point, les députés auront à examiner quatre dossiers de ratification d’accords de prêts. On se rappelle que les députés de l’opposition et leurs collègues de la majorité parlementaire n’ont pas pu accorder leur violon le mardi dernier après de nombreuses tractations par rapport aux postes aux députés de l’opposition conformément à la décision DCC 11-047 du 21 juillet 2011 de la Cour constitutionnelle. Selon certaines informations proches des députés membres de ces commissions, les députés de la majorité parlementaire auraient accordé à leurs collègues de l’opposition quelques postes de vice-président, de secrétaire, de 1er rapporteur et de 2è rapporteur. Ce qui ne serait pas du goût du coordonnateur de l’UN Idji Kolawolé qui aurait voulu lors des négociations avoir si possible un poste de président parmi les cinq. Mais les députés de la mouvance s’y sont opposés et ont dit que la décision de la Cour ne fait pas cas de ce schéma. Finalement, le président Idji a demandé au président Nago de lui accorder un temps afin qu’il rende compte aux députés de son groupe parlementaire. Et comme apparemment rien n’est encore prêt, ces élections des autres membres des bureaux des commissions permanentes sont reportées à ce jour.