La Nouvelle Tribune

Reckya Madougou invite les femmes à l’école du leadership

Espace membre

La jeune chambre internationale (jci) a procédé au lancement du toyp 2011. Cette cérémonie qui a eu comme marraine la ministre en Charge de la microfinance et de l’Emploi des Jeunes et des Femmes s’est déroulée au conseil national des chargeurs du Benin (cncb). C’était le samedi 13 aout dernier en présence de plusieurs jeunes et invités à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse.

Bref aperçu sur le concept du leadership, leadership dans le contexte féminin, quelques principes qui fondent le leadership féminin, rôle déterminant dans la vie associative. Ce sont là, les points qui ont été abordés dans la communication de la ministre Reckya Madougou au cours du lancement du toyp 2011. Le leadership qui vient du verbe anglais « to lead » qui signifie en français diriger, conduire est selon la ministre la fonction ou la position d’un leader. C’est aussi l’aptitude d’une personne à en diriger d’autres et à exercer une influence sur elles grâce à l’art d’inspirer les autres à nous suivre. Par rapport au leadership féminin elle pense que le contexte sociologique et parfois culturel dans lequel évolue la femme lui impose d’énormes défis à relever comparés à ceux à relever par l’homme. Ainsi, la femme doit pour jouer son rôle de leader se débarrasser des compromis entre vie privée et professionnelle. C’est-à-dire des contraintes liées au foyer et à la maternité qui conduisent bien des femmes à se priver de leur temps libre pour rattraper les écarts engendrés par les occupations familiales par exemple. Aussi, doit-elle savoir dès le départ quel type de femme elle veut devenir. En dehors de ça, elle doit non seulement se doter des compétences nécessaires pour s’affirmer mais aussi avoir des principes clairs à respecter rigoureusement et cultiver l’exemple. Elle doit produire des résultats pour démontrer ses capacités et son mérite, assumer sa féminité tout en se débarrassant des complexes de féminisme, accepter les responsabilités avec dignité et les assumer sans état d’âme et pour finir, elle doit jouer le rôle déterminant de la vie associative c’est-à-dire la nécessité du militantisme et du service. Comme un leader est un être qui s’éloigne de la moyenne, se hissant sans cesse vers le haut pour conduire sa communauté vers le meilleur, celle qui veut devenir leader doit impérativement avoir ces qualités. La femme leader est celle qui a une profonde détermination à être une femme de tête et non d’arrière garde. Par ailleurs, ne devient pas leader qui veut mais qui peut. Pour être leader, il faut apprendre à le devenir. L’apprentissage du leadership nécessite des astuces pour contourner les difficultés évidentes qui jalonnent le chemin. On peut déjà apprendre à devenir leader en étant responsable de classe, d’association d’élèves etc... La maitrise des techniques de communication avec l’art de persuasion est une faculté commune aux leaders de tous les temps qu’il faut aussi apprendre. Aussi, faut-il avoir non seulement la foi. C’est-à-dire la foi en Dieu pour les croyants, la foi en soi et en l’avenir, mais aussi cultiver l’esprit positif. C’est-à-dire que chaque difficulté doit faire monter un nouveau palier dans la longue marche vers la maturité et l’épanouissement. Elle a fini sa communication en demandant à toutes les femmes de lutter pour devenir des leaders.