La Nouvelle Tribune

Joseph Ahanhanzo pour un Port aux normes internationales

Espace membre

Bénin - Le nouveau Directeur général du Port autonome de Cotonou, Joseph Ahanhanzo a pris officiellement fonction hier mercredi 27 juillet 2011 à la faveur d’une cérémonie de passation de témoin au cours de laquelle, il a fait part de ses engagements et ambitions pour une entreprise d’Etat véritablement au service du développement économique et social du pays.

Orienter la gestion du Port autonome de Cotonou (Pac) vers les résultats, dans un système de veille stratégique et dans une démarche «qualité des services» suivant les normes internationales admises en matière de gestion portuaires. C’est l’engagement pris officiellement par Joseph Ahanhanzo, le nouveau Directeur général de cette société d’Etat. Il l’a exprimé de vive voix ce mercredi à l’occasion de la cérémonie de passion de service entre Albert Houngbo -son prédécesseur- et lui. C’était en présence du ministre de l’économie maritime, des transports maritimes et des infrastructures portuaires Jean Michel Abimbola, des personnalités politico-administratives, parents et amis.

Aux dires du nouveau Dg/Pac, il s’attellera à poursuivre l’œuvre de son prédécesseur axée sur l’amélioration de la contribution du personnel à la performance de l’entreprise, la mise en œuvre de la loi sur la bancarisation, les réformes budgétaires, comptables, organisationnelles, l’élaboration d’un plan stratégique de développement du Port de Cotonou, etc. Au-delà, Joseph Ahanhanzo promet conduire personnellement le processus de mise en place dans les meilleurs délais, d’un véritable plan stratégique assorti d’un programme opérationnel chiffré. Un plan qui, précise-t-il, s’appuiera sur une vision plus ambitieuse pour le Port. «Cet outil favorisera le développement d’une approche programmatique conséquente» a-t-il expliqué.

Joseph Ahanhanzo se dit aussi engagé pour faire face aux difficultés actuelles du Pac. Il s’agit d’après Jean Michel Abimbola, de l’engorgement de l’enceinte portuaire et de ses environs immédiats par les camions gros porteurs, la mise en œuvre peu satisfaisante des dispositions du code Isps entraînant de fréquentes menaces de déclassement du port de Cotonou, la non maîtrise des charges d’exploitation, une politique commerciale peut «agressive» qui prend peu en compte l’importance des pays utilisateurs du port en particulier ceux de l’hinterland, entre autres. Joseph Ahanhanzo place sa mission sous le signe de la concertation permanente et de recherche du consensus autour de tous les aspects vitaux de cette unité productrice que constitue le Port de Cotonou.