La Nouvelle Tribune

Accusation de manipulation des syndicats: le disque rayé du gouvernement

Espace membre

Depuis l’éclatement de la tension sociale, les nombreuses rencontres entre le gouvernement et les centrales syndicales pour une sortie de crise n’ont rien donné. Mieux le gouvernement a choisi de faire usage d’autres moyens tels la publication par voix de presse des primes et autres avantages accordés aux travailleurs depuis l’arrivée au pouvoir de Boni Yayi, les menaces et intimidations du premier magistrat. Sans oublier d’autres décisions du genre prises dans la précipitation. En effet, dans ce bras de fer qui oppose gouvernement et centrales syndicales, les proches du pouvoir ont choisi de rendre la tâche encore plus dure à Boni Yayi en accusant les syndicalistes d’être manipulés par des obédiences politiques surtout celles de l’opposition. Un argument tout trouvé pour livrer au peuple les travailleurs qui ne demandent que des conditions de vie meilleure. Pour les caciques du régime visiblement au service du Chef de l’Etat, les syndicalistes seraient en mission pour les opposants dont le seul but est de pourrir cette seconde mandature dite de la refondation. L’argument n’est pas en béton et risque de ne pas arranger les choses vu que l’opposition actuelle a déjà énormément de problèmes en son sein pour aider les grévistes dans une crise qui dégrade sérieusement l’économie nationale. Par ailleurs, ce discours est obsolète, on le rappelle est vieille pour qui connait le pays et avait déjà échoué dans un passé récent au moment même ou les centrales syndicales et les forces de l’opposition se sont réunies dans le Front pour la défense de la démocratie (Fdd). Le gouvernement doit chercher à régler les problèmes au lieu de chercher chaque fois des bouc-émissaires pour se dédouaner de ses turpitudes.