La Nouvelle Tribune

Séminaire du groupe parlementaire Un à Ouidah : l’impasse sur les échecs électoraux continue

Espace membre

Loin des spéculations médiatiques et des folles rumeurs sur sa descente aux enfers, l’Un-du moins ce qui lui reste- s’est réunie ce jour pur réfléchir sur la nouvelle organisation à donner à son groupe parlementaire. Et comme, lors de ses dernières rencontres, les leaders de l’Un sont restés muets sur les questions prioritaires comme la défection de la Rb, les départs annoncés. Tout se passe comme si les derniers déboires aux élections présidentielle et législatives n’émeuvent pas le groupe.

C’est une sorte d’omerta qui règne à l’Un sur les échecs aux dernières élections. De ce sujet, on n’ose pas en parler. Après la tourmente Rb et la décision de suspension, l’union a simplement choisi de replonger dans son mutisme. Depuis les dernières élections, les sorties médiatiques de l’Un se sont raréfiées. Mieux, elle n’a jamais pris la peine de faire le bilan de sa dernière participation aux deux élections successives afin d’en tirer des leçons pour l’avenir. Pourtant, ce sujet est très important et la réussite lors des prochaines élections dépend de cela. Et pour cause, après ces dernières élections, la frustration et la déception sont à leur paroxysme au sein des militants de l’Un. Pour eux, certains leaders n’ont pas mouillé le maillot. Ils ont choisi de jouer avec le militantisme et l’engouement à la cause de l’Un. Si les options faites par les responsables de l’Un fâchent ses militants c’est beaucoup plus envers la majorité présidentielle qu’ils ont des griefs. Pur beaucoup de militants de l’Un et de béninois en général, l’élection présidentielle de mars 2011 est une mascarade, un hold up muri de vieille date et qui a bénéficié de soutien de pays étrangers. Ces élections ont augmenté l’indifférence et le dégout pour la chose politique. Depuis ces dernières élections, des milliers de militants n’arrivent pas à expliquer les vrais raisons de leurs échecs. Partout, c’est la déception des militants qui murmurent souvent « pourquoi nos leaders ont accepté cette mascarade », « ils nous doivent des explications ». Des jours passent sans qu’ils n’entendent rien de leurs leaders. Ceux-ci ont fini par comprendre que l’Un n’avait pas la force de lutte d’aller contre le système qui se met en place. Frustration dans l’âme, des milliers de militants attendent que ses leaders reviennent les voir lors des prochaines élections pour leur dire toute leur amertume.

Un conclave pour rien

Le visage très rayonnant présenté par le président Bruno Amoussou au cours de ce conclave de Ouidah contraste pourtant avec les déboires actuelles de sa coalition. Un grand parti membre, la Rb vient de faire défection, des départs de membres influents sont enregistrés ces derniers jours, de folles rumeurs annoncent d’autres dissidences, le candidat de l’union à la dernière élection présidentielle est accusé par certains de ses alliés politiques…Sur toutes ces préoccupations de l’heure, le président Amoussou, encore moins les autres responsables n’ont rien dit. En cherchant à être plus efficace à l’Assemblée national, l’Un va-t-elle absoudre tous ces griefs et ces accusations portées contre elle aujourd’hui. Pas si sûr. C’est pourquoi le conclave de Ouidah n’a servi à rien.