La Nouvelle Tribune

Marcellin Sassé sur Golf tv: des marchés de dupe avec les syndicats

Espace membre

Bénin - Invité sur l’émission «débats actuels» de Golf Télévision, le dimanche dernier, le coordonateur de la Cosynap s’est prononcé dans une démarche orientée vers l’avenir, prononcé sur «l’impact de la décision de la Cour sur la grève de la Cosynap». Il avait à ses côtés Toussaint Sagbo Fanou enseignant et syndicaliste.

Le coordonateur dans son propos introductif, a souligné que le gouvernement a pris un décret pour octroyer trois primes notamment la prime spécifique, la prime de rendement et celle de transport. Lors des négociations gouvernement-centrales syndicales, le gouvernement a indexe ces primes aux salaires des agents du ministère des finances en demandant aux travailleurs de l’administration publique à se mettre en regroupement inter syndical. Ceci permettrait de mettre sur pied un comité qui statuerait sur le cas des autres agents afin qu’ils bénéficient des mêmes avantages que leur collègue du ministère des finances. Il ressort de cette négociation un relevé dans lequel il y a, aux dires du coordonateur, un clair sombre qui amène à une crise de confiance entre le gouvernement et les syndicats. Puisque celui-ci est en contradiction avec le décret.

Toussaint Fanou quant à lui, partage l’ambigüité qu’il y a autour du relevé et pense que quelle que soit la nature des négociations, on ne peut embrasser tous les domaines à la fois. Il martèle que la grève est une grande gare à laquelle le train ne peut pas ne pas s’arrêter et ajoute qu’il faut une table de négociation. «On doit aller à la case départ, car la Cour constitutionnelle a dit le droit».

Pour Marcellin Sassé, la décision de la Cour est adressée au gouvernement. Et elle n’a pas demandé au gouvernement d’annuler le décret. «Le gouvernement a intérêt à éviter les pressions et les menaces de mort sur les responsables de la Cosynap, car nous lèverons la motion lorsque nos revendications seront satisfaites». Et de rappeler ensuite les trois grandes revendications qui font l’objet de la grève à savoir l’harmonisation des primes, le relèvement du point indiciaire et la correction des disparités catégorielles. La discrimination, selon lui, est condamnée et il souhaite que la justice soit établie. «En attendant, la Cosynap est en grève, mardi prochain», ajoute le coordonateur qui pense que la grève n’est pas une rupture de dialogue.