La Nouvelle Tribune

La Rb contre-attaque et justifie sa position

Espace membre

Depuis son ralliement à la majorité présidentielle, la Renaissance du Bénin est de venue la risée de plusieurs de ses anciens alliés de l’Un. Mais en dépit des attaques visant à le déstabiliser et le discréditer complètement, c’est la sérénité au sein de cette formation politique. « La Rb n’a pas trahi, c’est elle qui a plutôt été trahie», entend-on dire dans les milieux proche de ce parti, naguere membre de la plus vaste coalition de l’opposition.

La Rb a pris depuis quelques jours  la courageuse décision de soutenir la politique de la «main tendue» du président Boni Yayi. Cette nouvelle orientation lui a permis de faire son entrée au gouvernement, un poste ministériel en main, en ayant accepté de prendre, avec le président Boni Yayi, le train de la refondation. A peine a-t-elle posé  l’acte que des personnes se lèvent pour dénoncer une certaine trahison de sa part. Selon des de gens proches de cette formation politique, c’est un manque d’information qui est à la base de telles réactions. Car la décision de collaborer avec le gouvernement a été prise à la base par les militants après une analyse minutieuse de la situation politique nationale et des perspectives politiques qui s’offrent à ce parti. Ce n’est donc pas une décision unilatérale de Lehady ou de ses géniteurs, comme on  le susurre, ça et là. Mais avant d’y arriver, le parti a dû faire des constats de comportements peu recommandables de la part de certains membres de l’Union fait la Nation. Juste après la présentation de serment par le Chef de l’Etat, des partis membres de l’Un avaient commencé à négocier pour leur propre compte, des postes au gouvernement. Les tractations allaient bon train, à l’insu de la Rb. Selon des recoupements d’informations relayees par des responsables de la Rb, presque tous les partis de l’Un négociaient. Les mêmes sources précisent que le Psd, par exemple, aurait pris une décision au sein de son bureau politique pour l’entrée au gouvernement. Au Prd, même si on a joué un peu au cache-cache, il n’en demeure pas moins que le parti a tenté de négocier des places au gouvernement, insiste-t-on.

 

D’ailleurs le communiqué de presse de la cellule de communication de Me Adrien Houngbédji en donne la preuve. «Le Président Adrien Houngbédji s’en est remis au premier responsable de l’Union fait la nation pour agir au nom de l‘alliance, dans le cadre de la «politique de main tendue» annoncée par le Président Yayi Boni », lit-on dans ce communiqué.  Il est donc clair que le Prd avait, de fait, accepté le principe. C’est toutes ces manœuvres subreptices et politiciennes qui ont amené les responsables de la Rb à comprendre qu’ils étaient isolés et que tout se tramait dans leurs dos. Les textes étaient donc bafoués et la collégialité, pierre philosophale et principe sacré venait d’être foutu en l’air.  Dans cette ambiance de jungle où la confiance a déserté le forum, la Rb qui a toujours été victime de la traitrise, a décidé de prendre son destin en main. Et c’est ainsi que les militants à la base, informés des coups bas de ses alliés, ont demandé au bureau politique du parti de prendre une nouvelle orientation politique. D’ailleurs ils l’ont si bien dit eux-mêmes lors de leur déclaration de presse du 16 Juin dernier. Après avoir rappelé les nombreux efforts fournis pour la consolidation de ce groupe, ils ont ajouté que la Rb n’a pas trahi l’Un. «A la Rb, le respect d’un engagement reste toujours notre règle et permettez-nous de dire que personne n’a de leçons d’opposition à donner à notre parti», avaient-ils dit. Alors, de quel côté se trouve la trahison? La Rb, en tout cas a décidé de regarder dans une autre direction et de s’atteler vraiment au bien-être des populations. Le reste n’est que du verbiage qui ne tarderait pas à s’estomper dans les jours à venir. La Rb, quant à elle, a choisi le chemin du progrès et de la prospérité et invite les autres à lui emboîter les pas.