La Nouvelle Tribune

Menaces à l’endroit des travailleurs: Boni Yayi apprend toujours à connaitre la maison

Espace membre

Bénin - Après cinq ans de pouvoir, nombre de Béninois étaient loin de penser que le chef de l’Etat pouvait renouer avec les pratiques de menace à l’égard des fonctionnaires de l’Etat. Pourtant… Lors de son adresse à la nation, en date du lundi 13 juin, lui permettant de répondre, comme du berger à la bergère, et notamment à la menace de grève de la coalition des syndicats de l’administration publique, Boni Yayi a lui-même menacé les travailleurs. De licenciement, pur et simple. Erreur. Boni Yayi n’a pas trouvé opportun le mouvement de paralysie de l’administration publique annoncée par les travailleurs. Il a jugé bon de les rappeler à l’ordre. La méthode utilisée avait, pourtant déjà, brillé par son échec au cours du premier mandat du chef de l’Etat. Ce dernier n’a pas semblé tirer leçons des expériences de la première mandature. On se demande si l’intrus connaissait vraiment bien la maison. La même menace contre les agents du ministère des finances a débouché sur la revalorisation de l’indice salariale de ces derniers. Pour le cas du ministère de la santé, Boni Yayi avait essuyé la honte face à son appel aux appelés du service militaire d’intérêt national. Le même exercice avec les agents de la douane peut être mis au compte de cette mauvaise politique de gestion du pouvoir. Les exemples sont légions, mais Boni Yayi 2 n’est toujours pas prêt à en retenir la leçon. L’erreur est humaine mais persister dans cette dernière est diabolique, dit le sage.

Aujourd’hui le chef de l’Etat a encore eu l’occasion de comprendre, suite à sa descente sur le terrain, que les travailleurs ne reculent pas devant ces vieilles menaces de défalcation encore moins de licenciement. Mieux ces derniers brandissent de saisir le Bureau international du Travail (Bit), si Boni Yayi persiste dans ses erreurs préjudiciables à la bonne gestion du pays.