La Nouvelle Tribune

Pour réclamer la suppression des nouveaux programmes d’études

Espace membre

La Cstb-Atacora déclenche une grève de 24 heures
«Boni Yayi, il faut arrêter l’assassinat de l’école»… «Arrêter les nouveaux programmes d’études»… «Non à l’assassinat de l’esprit de nos enfants»… «Non au nouveau Cep»… Ce sont là des slogans que des enseignants du primaire ont scandé dans la matinée d’hier jeudi à travers la ville de Natitingou.

Membres de la section départementale de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb), ils étaient une vingtaine, branchages en main à faire le tour de la ville pour chuter à la préfecture.
Arrivés à la préfecture, ils ont été reçus par le Secrétaire général, Mora Orou Barou à qui ils ont adressé leur motion. A travers cette motion signée de Kassa Mampo et lue par Enock Obiné, les manifestants réclament la suppression pure et simple des nouveaux programmes d’études. Car, précise-t-il, ce programme abrutit les apprenants. Pour eux, le gouvernement doit repenser l’école à travers des programmes qui tiennent compte de l’instruction qualitative des enfants. Une instruction qui implique l’enseignement dans les langues nationales. «L’essentiel n’est pas de nommer un ministre de l’alphabétisation pour la promenade», commente Kassa Mampo. Puis il ajoute dans son improvisation: «Les nouveaux programmes d’études ne concernent pas les enfants de Boni Yayi, n’ont plus les enfants des ministres. Ils sont dans des établissements où l’enseignement est de qualité. Et si on ne revoit pas les programmes que nous sommes obligés de dispenser actuellement, ce sont eux qui viendront remplacer leurs parents président, ministres et nos enfants à nous demeureront dans la pauvreté.» 

Fortuné Sossa