La Nouvelle Tribune

Nouveau Dg à la Sbee: Marius Hounkpatin sur les traces de ses prédécesseurs

Espace membre

Mercredi dernier, le Chef de l’Etat a procédé au limogeage du Dg de la Sbee Godeffroy Chékété. Comme tous les autres, ce limogeage ne donne pas l’impression d’avoir réglé le problème de fond. Un «nouveau» Dg est nommé. Mais, il hérite d’un système pourri et d’une société qui traine encore des tares. Seuls perdants, les clients, qui doivent attendre longtemps pour voir le bout du tunnel. Comme tous les autres limogeages sous l’ère du changement, celui du Dg Godeffroy Chékété a aussi son côté mystère. Jamais, les vraies raisons ne seront connues. La victime devrait s’éclipser comme toutes les autres avant elle, sans sanction et attendre, peut-être, le temps d’une promotion à la Marina. Idem pour les griefs. Jamais formalisés par des structures compétentes, ils restent souvent sous le sceau de l’oralité et ne permettent aucune poursuite. Une tête vient et recommence les mêmes fautes. Le temps de la colère présidentielle passé, on oublie le fautif. Les problèmes, eux, demeurent et les populations continuent avec leurs souffrances. Mercredi, le Chef de l’Etat s’est encore adonné à cet exercice. La tête de Godeffroy Chékété est tombée. Officiellement rien n’est dit. Mais officieusement, on apprend que le Chef de l’Etat aurait été informé des nombreux désagréments subis par les clients de cette société et qu’il aurait décidé de sévir. Pourtant, les augmentations de prix de l’énergie électrique remontent à un peu plus d’un an. Elles ont été décrétées publiquement, en conférence de presse. Il serait surprenant que cela soit l’une des raisons du limogeage. Le Chef de l’Etat est censé être au courant de la question. Il est remplacé par Marius Hounkpatin actuellement conseiller technique à l’énergie du Chef de l’Etat.

Le nouveau Dg nommé par le Chef de l’Etat est un homme du sérail. Son itinéraire s’apparente à celui qu’il vient de remplacer. Mais Marius Hounkpatin est-il l’homme idéal pour réussir cette mission? Pas si sûr. En effet, Marius Hounkpatin a trainé sa bosse depuis plusieurs décennies dans ce secteur.  Cadre du ministère de l’énergie et de la Sbee,  il est supposé connaître les problèmes de l’entreprise. Pas si sûr qu’il soit étranger à tous les errements qui ont secoué la Sbee et qui l’ont conduit dans la déliquescence actuelle. Si malgré sa présence à d’importants postes de responsabilité dans le secteur, il n’a pu rien faire pour changer la donne, ce n’est pas évident qu’il  en soit capable à son nouveau poste. Surtout qu’il va hériter d’un système pourri qui ne lui facilitera pas la tâche, comme ce fut le cas pour son prédécesseur.

Depuis 2006, plusieurs limogeages ont été opérés mais rien n’a changé au niveau de la gestion de nos sociétés d’Etats à économie mixte. Ce fut le même cas du Dg des Douanes, James Sagbo, imposé presque manu militari après une vive contestation des syndicats de l’administration douanière. Quelques mois après les résultats produits par l’homme sont en deçà des espérances et il a été remercié. Sans être un oiseau de mauvais augure, on peut oser dire que le limogeage auquel le chef de l’Etat vient de procéder, mercredi dernier, risque de faire pitch.