La Nouvelle Tribune

Célestine Adjanohoun victime de son réveil tardif

Espace membre

Après le conflit de positionnement ayant opposé Emile Tossou et Zohoun Sylvain, la majoritaire présidentielle enregistre à nouveau d’autres contestations en son sein à la suite de la proclamation des résultats définitifs des législatives par la Cour constitutionnelle. Une nouvelle contestation proviendrait de Célestine Adjanonhoun qui dit être en tête de liste dans la 5ème circonscription électorale (Allada, Kpomassè, Ouidah, Toffo et Tori-Bossito). Dans son recours à la Cour, elle souhaiterait que la haute juridiction la rétablisse dans ses droits, en lieu et place de Chantal de Souza Yayi, l’épouse du président de la République, qui siège à l’Assemblée nationale. En effet, ce conflit de positionnement au sein de la majorité présidentielle suscite beaucoup de débats aussi bien dans les milieux intellectuels que politiques. Lors du dépôt des candidatures, il y a eu plusieurs listes pour une même circonscription électorale au point où les candidats ne savaient plus exactement ni leur position, ni laquelle des listes est finalement retenue. Au niveau de la Céna, des corrections ont été portées aux listes des Forces Cauris pour un Bénin émergent (Fcbe ), hors délais.

La brouille qui s’observe depuis peu au sein de la mouvance au pouvoir, suite aux législatives, frise une certaine complicité entre les Fcbe et les structures chargées de l’organisation et de la gestion des élections. Les uns et les autres ont alors joué le jeu de la mouvance et les soupçons de mainmise de la mouvance sur ces structures, dénoncés par les acteurs politiques, surtout ceux ne partageant pas la même vision que le Chef de l’Etat, s’avèrent se justifier à présent. Par ailleurs, on craint que cette erreur de positionnement dont se sert Célestine Adjanonhoun comme motif de contestation ne soit pas prise en compte par la Cour, après la proclamation des résultats définitifs et l’installation des députés devant siéger définitivement au parlement.

La  contestation devrait en effet être portée à l’appréciation de la Cour avant même la validation des différentes listes en compétition. Ce qui n’a pas été le cas; l’ex-directrice générale de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) était si sûre que tous les candidats de la liste, y compris elle-même, iraient sans condition au parlement au décompte final. Puisque, selon les Fcbe, la circonscription serait leur chasse-gardée. Cette action de la députée de la 5e législature, toutes proportions gardées, relève de l’utopie et ne saurait aboutir. La tache ne lui sera pas du tout facile.  Elle ferait mieux de garder son mal en patience pour les prochaines échéances en laissant sa coéquipière briguer son siège. Bien que ce recours a priori ait l’air de ne pas aboutir, la Cour est quand même appelée à jouer le rôle qui est la sienne, dire le droit en toute impartialité et en toute équité.