La Nouvelle Tribune

Encore des mises en garde aux entrepreneurs qui retardent les travaux

Espace membre

Le ministre des réformes portuaires, Issa Badarou, accompagné du Coordonnateur national de Mca-Bénin, Samuel Batcho et bien d’autres personnalités ont effectué hier une visite sur les différents sites où se réalisent des travaux de grande envergure au  Port de Cotonou. A l’occasion, ils n’ont pas manqué de mettre en garde certains entrepreneurs qui traînent encore les pas, insistant sur la nécessité de respecter  le délai contractuel. « Aucun retard ne doit  être toléré. Nous sommes aujourd’hui limités par les délais qui doivent être rigoureusement respectés. En tout cas, le 5 octobre 2011 prochain, nous devons avoir fini avec  ce premier Compact». Le ministre en charge des réformes portuaires et du transport maritime, avait le ton ferme  et la voix forte quand il s’exprimait ainsi hier dans l’enceinte portuaire. Il s’y est rendu en compagnie des responsables du Millénium challenge account Bénin et autres personnalités pour constater de visu l’évolution des travaux engagés. Si au niveau du lot 1 et lot 2, l’autorité ministérielle exprime un certain satisfécit,  il se dira un peu déçu des travaux du lot 3 qui évoluent à pas lents. Il s’en prendra directement à l’entreprise principale qui en  a la charge, Utl, sommant les responsables présents de  tout faire pour que les retards observés soient rattrapés. En dépit du fait  que  le Mca-Bénin,  a dû récupérer une partie du marché de  ce lot pour la confier à Sogéa-Satom, déjà occupés par d’autres travaux sur place, le constat reste amer. Le lot 3 n’offre pas encore les garanties que les travaux finiront à temps.

Le  Coordonnateur national de Mca-Bénin Samuel Batcho n’a pas  aussi .mâché ses mots : «Si les travaux ne finissent pas à bonne date,  les entreprises  concernées ne seront pas payées. Nous sommes d’ailleurs entrain de prendre déjà des dispositions juridiques  dans ce sens». Après ses mises en garde récentes, Batcho a encore  appelé à la responsabilité des entrepreneurs pour ne pas faillir à leur mission. «Nous ne voulons pas prendre la responsabilité  de payer après  leurs factures  par le budget national» a-t-il aussi affirmé. Il revient également sur les avancées notées au niveau du Lot 1 où les travaux sont déjà terminés et livrés , ainsi que le lot 2, qui devrait pouvoir finir également  au plus tard  le 15 août prochain. Le Coordonnateur du Mca-Bénin se dit davantage préoccupé par l’achèvement de tous les travaux engagés par le programme au niveau du Port de Cotonou  à 140 jours  aujourd’hui de la fin du Compact. Le ministre Badarou a  également fait  savoir  hier  à  ce niveau  qu’aucun centime ne devrait être retourné aux Etats-Unis, l’unique partenaire financier. Il a aussi  annoncé que le gouvernement béninois se prépare déjà pour solliciter un second programme, d’où l’urgence, à le croire d’aller vite et de bien finir ce premier compact. Il faut noter que les travaux en cours au Port de Cotonou s’inscrivent au programme des réalisations prévues par le projet «Accès aux marchés» de Mca-Bénin. Entre autres, le lot 1 porte sur  la conception et la construction  de l’épi d’arrêt de sable d’un montant de 28,662 millions de dollars Us, visant à freiner l’encombrement du bassin portuaire. Le lot 2 est relatif à la  conception et  à la construction  de deux postes à quai pour 48, 162 millions de dollars avec  pour objectif d’augmenter  les capacités d’accueil au port de Cotonou. Le lot 3 quand à lui porte sur la conception et la construction de re-zoning, électricité et éclairage, sécurité et vidéo surveillance, lutte contre incendie, routes et parkings, le tout pour un montant de 47,874 millions de dollars Us. Le montant global  du programme Mca-Bénin est de 307,298 millions de  dollars Us et couvre  la période 2006-2011. L’objecti global visé est d’accélérer  la  croissance économique et la réduction de la pauvreté au Bénin. Le progamme ambitionne surtout d’accroître les investissements et les activités du secteur privé grâce à l’amélioration des infrastructures physiques et institutionnelles. Outre le projet «Accès aux marchés», les trois autres mis en œuvre depuis lors sont, «Accès au foncier», «Accès à la justice» et «Accès aux services financiers»