La Nouvelle Tribune

Conquête du poste de maire de Ouidah

Espace membre

Probable alliance entre Adjovi et Yayi
Après la proclamation des résultats des élections communales et locales par la Commission électorale nationale autonome (Cena) le 20 mai dernier, les alliances et autres accords se nouent déjà entre les différents partis politiques et regroupements pour le contrôle des conseils communaux. A Ouidah, c’est le Rdl- Nouvel Espoir de Séverin Adjovi et les Fcbe du président Boni Yayi qui convoleraient en justes noces pour la circonstance.

Séverin Adjovi serait assuré de devenir le prochain maire de la ville de Ouidah. C’est ce qui se dessine en toute vraisemblance des diverses tractations en cours dans la cité historique. D’après certaines sources, l’ancien ministre de Mathieu Kérékou qui a conduit la liste du Rassemblement des démocrates libéraux (Rdl-Nouvel espoir) aux dernières élections municipales et locales aurait signé une alliance avec les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). L’objectif dudit accord serait que les conseillers élus sur la liste Fcbe apporteraient leurs  soutiens à Séverin Adjovi pour qu’il puisse obtenir la majorité pour accéder au poste de maire de la ville de Ouidah. Les conseillers de la liste Rdl-Ne voteraient également à leur tour pour soutenir les conseillers de la liste partenaire pour les autres postes auxquels ils seront candidats. En effet, sur dix-neuf (19) sièges que compte le conseil communal de l’ex-port d’embarquement des esclaves, la liste Rdl-Ne de Séverin Adjovi remporte cinq (05). Même score pour les Fcbe désormais alliée du Rdl-Ne. Le G13, autre liste concurrente dans la commune de Ouidah est détentrice de six (06) sièges pendant que la liste ‘’Forces clé’’ est créditée de deux (02) sièges et la Renaissance du Bénin (RB) obtient (01). Tout calcul fait, les deux listes alliées totalisent dix (10) sièges sur dix-neuf (19). Elles ont donc la majorité. Fortes de cette majorité, les deux listes entendraient faire la loi au prochain conseil communal qui sera installé le mardi prochain. Le tandem tiendra-t-il longtemps ?
Une alliance contre nature ?
En politique, tout est possible, dit-on. Cette assertion semble  se vérifier une fois encore avec l’alliance qui aurait vu le jour entre les deux parties. En effet, Séverin Adjovi, a connu certaines difficultés de la part du  pouvoir du Dr Boni Yayi dans le cadre de ses  activités. Actionnaire dans la société de téléphonie mobile Télécel, il s’est vu confronté au gouvernement qui a empêché l’exécution d’une décision de justice en sa faveur. Plus loin, en remontant dans le temps, malgré son soutien à Yayi-candidat pour le second tour de la présidentielle de mars 2006, il n’a reçu aucune récompense comme d’autres politiciens. Au vu de tous ces précédents, on appréhende la nature des relations entre l’homme d’affaires et la mouvance présidentielle. Ce qui a d’ailleurs servi de base à certains observateurs qui ont plus tôt pensé à un rapprochement entre Séverin Adjovi et Venance Gnigla, chef de fil du G13 à Ouidah. Contre  toute attente, c’est sur cette mouvance que d’aucuns estiment être la source de ses malheurs qu’il va s’appuyer pour accéder à la tête de la mairie de Ouidah.

Benoît Mètonou