La Nouvelle Tribune

Introduction d’une proposition de résolution pour vérifier la gestion de Nago

Espace membre

Quinze jours pour la commission des lois pour déposer son rapport
Le président de l’Assemblée nationale Mathurin Coffi Nago n’a pas fini avec les mécontentements de ses collègues protestataires. Au cours de la séance plénière d’hier consacré aux  des questions orales au gouvernement, les députés signataires de la proposition de résolution n’ont pas renoncé à la procédure de destitution engagée contre le président de l’Assemblée nationale.

Ils viennent d’introduire en plénière la proposition de résolution écrite au président Mathurin Nago. C’est au cours de la lecture des différentes communications introduites sur la table du président de l’Assemblée nationale que les députés signataires ont demandé son examen en procédure d’urgence. Cette demande a suscité hier au sein de l’hémicycle quelques minutes de débats houleux. La pomme de discorde est que, saisi par le président de séance André Dassoundo pour donner un délai pour que la commission des lois dépose son rapport, la présidente Hélène Aholou Kèkè dira qu’elle respectera rigoureusement le délai de 30 jours prévu par le règlement intérieur. Ce qui n’a pas plu aux députés signataires qui ont aussitôt protesté. Selon le député Tidjani Serpos, il a rappelé les dispositions de l’article 114 alinéa 1 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui dispose << la commission saisie d’une proposition de résolution tendant à la création d’une commission parlementaire d’information, d’enquête ou de contrôle doit déposer son rapport dans les 30 jours de la session ordinaire suivant l’affectation de cette proposition>>. A en croire le député Prd, comme c’est une procédure d’urgence ce n’est pas le délai de 30 jours qui sera prise en compte car la réponse de la présidente de la commission des lois ne satisfait pas. << On veut connaître le délai à  accorder à la commission des lois pour faire le travail>> a renchérit le député Augustin Ahouanvoébla. mais d’avis contraire, le député Chabi Sika dira que le débat en cours est inopportun car dit-il, il ne faut pas mettre la charrue devant les boeufs. Selon Epiphane Quenum, tous les présidents d’Assemblée nationale ont toujours demandé un délai à la commission. Pour lui, on ne peut pas tordre le cou à la pratique parlementaire car l’article 114 du règlement intérieur s’inscrit dans une procédure parlementaire. Finalement une suspension a été accordée afin que les membres de la commission des lois se revoient pour harmoniser leur point de vue.  A la reprise, la commission des lois donnera un délai de quinze jours, autrement dit le 13 juin prochain, pour déposer son rapport.

Ismail Kèko