La Nouvelle Tribune

Le front anti-Yayi se consolide

Espace membre

Il n’a pas attendu les résultats du premier tour de l’élection présidentielle avant de commencer la préparation du second tour. Aussitôt le scrutin achevé, Me Adrien Houngbédji, candidat unique de l’Un, a entamé des concertations avec les autres candidats. Depuis mardi, il rend visite aux autres candidats afin de susciter un front solide pour barrer la voie au président-candidat Boni Yayi décidé à rempiler à tout prix. En politique, la chance sourit à ceux qui savent anticiper sur les faits. Alors que tout le peuple est dans l’attente des résultats du premier tour avec une guerre des chiffres entre coterie politique, le candidat unique de l’Union fait la Nation, Me Adrien Houngbédji, ne semble pas, lui, se laisser emporter par l’incertitude et l’oisiveté politique. Dès mardi, il a entamé une tournée de prise de contact avec les autres candidats à l’élection présidentielle.  Ce jour même, il a rencontré les candidats Abdoulaye Bio Tchané et Issa Salifou qui, selon des chiffres provisoires et non authentifiées, arriveraient respectivement à la 3è et la 4è places. Avec eux le candidat unique, apparemment sûr du second tour, malgré les rumeurs qui annoncent la victoire au premier tour de Boni Yayi,  a échangé sur les similitudes entre leurs différents projets de société pour s’entendre et mener des actions communes les semaines et mois à venir. De façon concrète, Me Adrien Houngbédji a demandé à ses hôtes de se mettre de son côté pour le combat ultime entre lui et Boni Yayi et pour assurer à notre pays un meilleur devenir. Les concertations se sont poursuivies mercredi avec d’autres candidats comme Christian Lagnidé, Kessilé Tchala et bien d’autres. Hier jeudi, neuf des 13 candidats à l’élection présidentielle dont Me Houngbédji se sont réunis chez le candidat Kessilé Tchala afin de peaufiner les stratégies et mieux s’organiser pour contrer Boni Yayi au second tour. Selon des chiffres provisoires annoncés, il viendrait en tête du premier. Ceci complique la donne pour ses nombreux adversaires qui veulent son départ et explique le sérieux de ces concertations. Boni Yayi n’est plus maitre de son destin, en cas de second tour. On put comprendre le forcing actuellement en cours pour passer au premier tour.