La Nouvelle Tribune

Premier tour de la présidentielle: une ouverture sans incident majeur dans le 9ème arrondissement de Cotonou

Espace membre

Bénin - Dimanche 13 mars 2011. Jour du premier tour de la présidentielle au Bénin. Déjà aux environs de six heures trente, le centre de Zogbohouè abrité par l’école primaire publique Zogbohouè est littéralement pris d’assaut par des centaines de personnes impatientes d’accomplir leur devoir de vote. Ce centre est dans le 9ème arrondissement, commune de Cotonou, département du littoral. Pour certains, c’est l’envie de vite accorder leur  suffrage à leur candidat.

Par contre chez d’autres, c’est une question de planning pour la journée. «Monsieur, vous commencez à quelle heure ? Je dois aller à la messe à neuf heure » demande une jeune dame à l’un des agents de son bureau de vote. Chez d’autres, c’est pour ne pas subir le soleil.

 

Selon les informations d’indication de bureau de vote, de longues files d’attentes sont formées devant chacune des salles de classe devant servir de poste de vote. Au total, quinze bureaux de vote dans ce centre. Jusqu’à huit heures trente, les différents représentants des structures telles Cena, Ced et Cea s’attèlent pour la répartition du matériel, urne, isoloir, bulletin de vote, encre indélébile, etc. « C’est ce matin que nous avons reçu le matériel » nous confie un agent. « Nous ne les avons pas eu à la veille comme dans d’autres localités » a-t-il ajouté. A huit heures trente cinq le vote est effectif dans ce centre. Les citoyens votent sans difficultés. Du moins pour les électeurs qui ont suivi les premières phases de la Lépi. Ceux qui ont été enrôlés la semaine dernière après le vote de la loi du 04 mars,( « les électeurs non arrimés », selon la terminologie officielle(se sont pas encore pris en compte ici. Certes ils sont autorisés à voter mais ils sont renvoyés au siège de l’arrondissement à fifadji.

Le tour vers Mènontin Sud

Un tour au centre de vote de Mènontin Sud aux environs de 10 heures 30 permet de constater le déroulement dans une ambiance calme. Pas la moindre bousculade dans les rangs formés devant les neuf bureaux de vote de ce centre. Aux dires du représentant de la commune dans ce centre, l’affluence était grande à l’ouverture du centre aux environs de 07 heures. Les inscriptions sur les tableaux indiquent le démarrage du vote à sept heures vingt cinq. L’affluence a beaucoup baissé vers onze heures. Au niveau du Bv 09, c’est à peine une dizaine de personnes. Les électeurs non arrimés viennent ici à compte goûte et se retournent dès qu’ils sont informés de ce qu’ils sont attendus au siège de leur arrondissement

Le vote des électeurs « non arrimés » s’ouvre à 12h 07

Jusqu’à onze heures trente, ces électeurs non arrimés sont encore dans l’incertitude en dépit de l’assurance du représentant du Ced et d’autres responsables habiletés. Pour le moment, c’est seulement les citoyens régulièrement inscrits qui votent. « C’est vrai qu’ils nous rassurent de ce que nous allons commencer par voter bientôt mais je doute encore » s’inquiète un jeune homme. «Il n’y a même pas encore les bureaux de votes où nous allons voter » explique-t-il. A onze heure cinquante, le premier bureau s’installe. Mais le démarrage du vote ne sera pas automatique. Il va valoir attendre midi vingt cinq pour que le premier votant dans cette catégorie accomplisse son devoir.

La communication entre les représentants Ced et Cea fait défaut

Au siège du neuvième arrondissement, il s’est posé un problème de nombre de bureau de vote. En effet, d’après les premiers enregistrements, seuls trois bureaux de vote sont prévus au siège de cet arrondissement à Fifadji. Mais vu les réalités du terrain et du fait que tous les électeurs non arrimés de cet arrondissement doivent voter là, le besoin de l’installation d’autres bureaux de vote s’est fait pressant. C’est ainsi que sous l’égide du représentant Ced, deux bureaux se créent. Ce qui n’a pas plu au représentant Cea. Il réclame le respect des rôles et la communication entre eux. « Vous créez des bureaux de vote et je ne sais rien. Si vous êtes à la Ced, ce n’est pas parce que vous avez quelque chose de plus que nous. Il faut communiquer.» dit-il au représentant Ced. La compréhension ne tardera pas à venir. Le processus se poursuit pour la joie de ces électeurs non arrimés du 9ème arrondissement, Cotonou, Littoral.