La Nouvelle Tribune

Les malades du Cnhu reçoivent la visite Abdoulaye Bio Tchané

Espace membre

Les malades ont besoin qu’on pense et s’occupe d’eux. Les responsables du Cnhu réclament de meilleures conditions de travail. Et seul l’Etat peut apporter des solutions idoines Mais le paradoxe est qu’en cinq ans de gestion, le Cnhu de Cotonou, le plus complexe hospitalier de notre pays continue de végéter dans des difficultés qui constituent une chape de plomb à la prise en charge des malades et une garantie de la santé primaire des Béninois. Des problèmes subsistent alors. Et c’est pour qu’à partir du 6 avril des solutions adéquates et optimales soient proposées et au personnel sanitaire et aux malades que le président Abdoulaye Bio Tchané a effectué mardi dernier une visite aux malades du Chnu.

Les services stratégiques ont été visités et le candiadt a touché du doigt le calvaire et la difficulté du personnel soignant à prendre en charge les malades qui viennent dans ce centre hospitalier.En compagnie du professeur Occéni Kèmoko Bagnan, le président Abdoulaye Bio Tchané a visité le services des urgences et de soins intensifs, les cliniques universitaires de chirugie viscérale, le service de la médécine interne, celui de la traumatologie, le centre universitaire de gynécologie obstétrique, le service de bactéorologie et d’ophtamologie. A chacune des étapes, la compassion gagnait le rang de la délégation. L’émotion était à son comble. Chacun des malades appelle le président au secours. Des hommes et des femmes malades et incapables de payer leurs soins de santé. Sans parents, des malades sont sans espoir et se trouvent des raisons à en vouloir au sort. «Ce que j’ai vu me renforce dans mon envie de mieux faire, me conforte dans mon opinion... Je pense qu’il faut prendre à bras le corps les problèmes du système sanitaire au Bénin». C’est ce que laisse entendre le président Abdoulaye Bio Tchané à l’issue de sa visite hier matin aux malades du Cnhu de Cotonou. «Il va falloir qu’on trouve une solution avec le président», espère le professeur Kèmoko Bagnan. Pour lui, au nombre des problèmes que le Chnu a, il y a les conditions de travail du personnel, la prise en charge des malades indigents et bien d’autres. A ces problèmes et difficultés, le candidat Abt comme a son habitude propose des solutions concrètes déjà contenues dans son projet de société. Entre autres autres réponses, la construction d’un 2ème hôpital de référence, une assurance maladie et une revaloristaion des conditions de travail du personnel sanitaire. Emues par cette visite et ne se sentant alors pas abandonnés, même des malades se sont laissés aller à des slogans de soutien. Même le personnel soignant n’est pas resté indifférent.