La Nouvelle Tribune

Irénée Agossa exige de la Céna de la Cps et de la Miréna l’affichage du fichier électoral

Espace membre

A quelques jours de la présidentielle prévue pour le 13 mars prochain, les candidats à la course multiplient leurs exigences pour une échéance transparente. L’Union fait la Nation (Un) à travers son traditionnel point de presse a déploré hier mercredi, l’interprétation faite de la loi dite complétive par le groupe majoritaire de la Céna. Elle a souhaité la transparence et la sincérité de la part des organes chargés d’enregistrer les citoyens. Ce souhait qui est en même temps une exigence, reste l’une des conditions déterminantes qui garantiront une échéance électorale crédible, selon Irénée Agossa qui a donné une conférence de presse à la direction nationale de campagne de l’Union. Il constate la volonté des Béninois laissés en rade de se faire recenser, ceci se manifeste par l’envahissement des centres apprêtés pour les recevoir. Le drame, c’est que les agents commis ont brillé par leur absence. Cette grève se traduit d’après le conférencier par la non signature de leur contrat de travail. Le processus ne doit oublier personne, même ceux qui se manifesteront pendant cette phase de rattrapage, car à en croire le conférencier, la volonté dont parle la loi complétive n’a pas été situé dans le temps. Le porte parole du candidat Adrien Houngbédji pense que l’union fait tous les efforts pour que sa victoire ne soit pas entachée, avant d’ajouter qu’elle ira aux élections dans les conditions fixées par la loi. Le conférencier s’est par ailleurs prononcé sur une affiche du Frap, affiche sur laquelle se trouve une équipe de football dont le capitaine serait visiblement le chef de l’Etat Boni Yayi. Il s’est demandé si c’est le capitaine meneur de jeu de l’affaire Icc services, de l’affaire Cen-sad ou de la disparition de Pierre Urbain Dangnivo. Bref Irénée Agossa veut simplement une précision afin que chaque béninois quel qu’il soit, comprenne la vision qui anime l’Union fait la nation, qui veut emprunter la voie contraire à celles de la division et du régionalisme. Le score est le vrai baromètre qui départage les équipes, c’est pourquoi le destin leur a donné le numéro 09. Pour finir, le conférencier a tenu à rassurer ses compatriotes afin qu’ils aillent massivement se faire enregistrer seul gage de la paix et de cohésion sociale.