La Nouvelle Tribune

Direction de campagne de Yayi: Atouts et handicaps de Mathurin Nago

Espace membre

Après mouts tergiversations, le Président de la république, candidat à sa propre succession, vient de choisir son directeur de campagne, dans l’optique de l’élection présidentielle du 06 Mars prochain. En attendant de rendre publique la configuration de son équipe nationale de combat. Son nom, Mathurin Coffi Nago. Quelles sont ses forces, ses faiblesses?

Deux fois députés, ancien ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, ancien Président de la SSS (Société Sucrière de Savè) pour ceux qui ne le savent pas. Et actuel Président de L’Assemblée Nationale, Mathurin Nago a la lourde mission, en tant que directeur de campagne de  permettre à l’actuel chef d’Etat, Boni Yayi, de rempiler.

 

De quels atouts dispose t-il, véritablement, pour accomplir une telle œuvre?

Penser qu’une personnalité, pétrie d’expérience comme Mathurin Nago, ne répondrait pas aux attentes du docteur Boni Yayi, dans le combat pour la reconquête du pouvoir, c’est faire preuve de légèreté politique. Le professeur Nago,  ancien doyen de la faculté des sciences agronomiques pendant plusieurs années, qui a le privilège de diriger l’Assemblée Nationale du Bénin, de siéger plusieurs années durant autour de la table sacrée et symbolique du conseil des ministres, n’est pas  un néophyte en politique. Le choix de Boni Yayi, compte tenu de la percée de « l’Union fait la Nation », dans le département du Couffo, et de la visibilité politique que peut offrir le perchoir à un homme politique, est tout sauf naïf.

Malheureusement Mathurin Nago est en train de faire ses preuves, et …

Si l’on considère sa gestion actuelle  du pouvoir législatif, on est en droit de se demander si le Président Nago est suffisamment indiqué pour conduire l’équipe qui aura à affronter la redoutable machine  électorale de « l’Union fait la nation ». Comment peut- on donc mener une bataille d’une telle ampleur lorsqu’on n’a pas été capable de trouver une seule fois le consensus politique avec 83 députés. Il s’agit ici  évidemment, de convaincre 3 520 676 électeurs. Pire, dans son Bopa natal, son éternel challenger, l’ancien député Jean- Claude Hounkponou, vient de donner son onction au candidat unique de « l’Union fait la nation », Adrien Houngbédji. Son partenaire sur la liste des Fcbe, lors des législatives de 2007, Cyriaque Domingo, originaire de Houéyogbé, dans la même circonscription électorale, a fait de même. Toute chose qui amène déjà nombre d’observateurs à conclure que le directeur de campagne de Boni Yayi a peu d’ancrage politique dans son fief traditionnel.

 

Seulement attention!

La directrice de campagne de Boni Yayi en 2006 a pour nom Vicencia Boco. Elle n’était à l’époque ni ministre, ni Présidente de l’Assemblée Nationale, encore moins de fief électoral. Et pourtant, elle avait fait gagner Boni Yayi  avec un score de 75% en 2006.